Jour 1 – Les miracles, les signes et les prodiges sont des interventions de Dieu dans notre quotidien

 

VERSETS RÉFÉRENCE : 

Actes 28:1-10 Louis Segond
1 Après nous être sauvés, nous reconnûmes que l'île s'appelait Malte.
2 Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune; ils nous recueillirent tous auprès d'un grand feu, qu'ils avaient allumé parce que la pluie tombait et qu'il faisait grand froid.
3 Paul ayant ramassé un tas de broussailles et l'ayant mis au feu, une vipère en sortit par l'effet de la chaleur et s'attacha à sa main.
4 Quand les barbares virent l'animal suspendu à sa main, ils se dirent les uns aux autres: Assurément cet homme est un meurtrier, puisque la Justice n'a pas voulu le laisser vivre, après qu'il a été sauvé de la mer.
5 Paul secoua l'animal dans le feu, et ne ressentit aucun mal.
6 Ces gens s'attendaient à le voir enfler ou tomber mort subitement; mais, après avoir longtemps attendu, voyant qu'il ne lui arrivait aucun mal, ils changèrent d'avis et dirent que c'était un dieu.
7 Il y avait, dans les environs, des terres appartenant au principal personnage de l'île, nommé Publius, qui nous reçut et nous logea pendant trois jours de la manière la plus amicale.
8 Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s'étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit.
9 Là-dessus, vinrent les autres malades de l'île, et ils furent guéris.
10 On nous rendit de grands honneurs, et, à notre départ, on nous fournit les choses dont nous avions besoin. 

RÉFLEXIONS :

Lis  Actes 28 :1-10 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

En tant que disciple de Christ, comment définirais-tu le terme « miracle » en plusieurs points ?

Ce texte d’Actes 28 nous décrit une journée de l’apôtre Paul. A sa place, comment aurais-tu réagi ?

CONTENU :

Tout d’abord, il est important de bien déterminer le sens du mot « miracle », car notre vision du monde a été profondément marquée et remodelée par le rationalisme et le doute systématique. Pour être plus exact, notre pensée a été remodelée par une philosophie naturaliste et humaniste qui définit le monde comme étant le résultat de causes naturelles et matérielles. Ainsi, on ne vous empêchera pas directement de croire en Dieu : c’est beaucoup plus subtil que cela, on vous dira que vous pouvez croire ce que vous voulez, que cela est permis, mais que la réalité se limite au monde des causes naturelles. A partir de là, ce que vous croyez sur le plan du miraculeux est automatiquement relégué au domaine de l'imaginaire, et l'idée même de le tester sur le plan naturel semble absurde : les miracles n'existent pas... donc les miracles n'existent pas. Voilà en réalité la profondeur du raisonnement des philosophes qui disent que ce que vous croyez ne peut pas avoir d’influence sur la réalité, comme si la foi était totalement en dehors de la réalité. Au fond, c'est l’homme qui a créé un dieu à son image et non plus Dieu qui a créé l’Homme à Son image, ce qui conduit à un rejet et à un déni du miraculeux. On a tendance à s’appuyer sur ce que l’on connaît au lieu de reconnaître que Dieu est le Créateur de toutes choses, le Tout-Puissant qui opère des miracles.

Dans le texte que nous avons lu, nous lisons le descriptif d’une journée « normale » de l’apôtre Paul où Dieu intervient avec puissance. De la même manière, Il a prévu d’agrémenter le quotidien de chacun d'entre nous par Sa puissance. Paul fait naufrage, échappe à la mort et se retrouve sur l’île de Malte. Alors qu’il veut mettre du bois dans le feu, une vipère le mord. Les habitants du pays présents sur place se disent : « Il va mourir, c’est certainement un homme mauvais et la 'justice' l’a puni ». Car à leurs yeux et dans leur compréhension, la morsure de la vipère n’est pas le résultat des circonstances ou du hasard mais c’est une intervention surnaturelle. Par la suite, ils constatent que Paul n’est pas affecté par la morsure – ce qui est la conséquence de la promesse que Jésus nous a faite dans Marc 16 :16s. Ils en déduisent alors que Paul est un dieu. Tout cela se passe sur l’île de Malte, il y a près de 2000 ans et bien avant le rationalisme...

Qu’aurions-nous dit dans les mêmes circonstances ? Qu’il s’agit d’une chance extraordinaire, d’une coïncidence, que la vipère n’avait pas de venin, qu’elle était déjà morte, qu’en fait c’était une couleuvre, etc. ? Une chose est certaine, nous n’aurions jamais fait les mêmes déductions que les gens autour de Paul à ce moment-là. Et cela parce que notre vision du monde est différente : nous réfléchissons tout d’abord à toutes les causes naturelles possibles et nous laissons la place à la possibilité d’un miracle comme étant la dernière probabilité ! Voire souvent, cette dernière explication est tout simplement rejetée et on préfère l’appeler « hasard », tout en nous disant qu’il doit bien avoir une explication rationnelle et une cause naturelle et logique, mais que nos connaissances présentes ne nous permettent pas de l'expliquer.

Dieu ne nous demande pas d’abandonner notre logique ni de renoncer à notre quotient intellectuel parce que nous sommes disciples... Bien au contraire, Dieu nous invite à avoir l’intelligence de comprendre que le monde dans lequel nous vivons est plus grand que ce que nous pensons : il n’y a pas seulement un monde visible, il y a aussi un monde invisible et ce que nous voyons n’est que le résultat de ce qui se passe dans l'invisible (cf. Hébreux 11:3).

Un miracle est donc une irruption du monde invisible dans notre monde visible. C’est ce que nous ne voyons pas et espérons qui devient visible. Néanmoins le miracle biblique est bien plus qu’un phénomène surnaturel, c'est Dieu qui est à la source du miracle, à son origine, et non pas le diable. C’est une intervention de Dieu en faveur de sa Création. Ainsi, le simple fait que quelque chose soit surnaturel ne signifie pas nécessairement que cela vienne de Dieu.

Au travers de cette définition, il nous apparaît que les miracles accomplis par Jésus et qu’il accomplit encore aujourd’hui au travers de son corps, l’Eglise, ont toujours eu pour but pour révéler quelque chose du caractère et de la nature de Dieu. Ils sont une manifestation évidente de Son amour, de Sa compassion, ou d’autres facettes de son caractère telles que Sa justice, Sa  fidélité, Son omniscience, etc. Un vrai miracle divin va toujours amener à l’adoration de Dieu et à élever le nom de Jésus.

Un miracle n’est pas quelque chose que l’on peut faire par nous-mêmes, ce n’est pas un tour de magie ou quelque chose qui va attirer l’attention sur nous-mêmes. Dieu est l’unique auteur des miracles. Le livre des Actes montre très clairement que c’est Jésus, par le Saint-Esprit, qui opérait les miracles au travers des mains des apôtres. Pourquoi ne pas prendre un temps pour demander au Saint-Esprit de venir te rencontrer et te révéler tout ce qui pourrait faire obstacle au miraculeux dans ta vie ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 2 – Les miracles ne sont pas des actes extraordinaires qui n'ont lieu que très rarement, au contraire, ils font partie du quotidien de Dieu et peuvent faire partie du nôtre !

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 14:12-13 Louis Segond
12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père;
13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.

1 Corinthiens 4:20 Louis Segond
20 Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.

Hébreux 11:33-34 Louis Segond
33 qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions,
34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 14 :12-13, 1 Corinthiens 4 :20 et Hébreux 11 :33-34 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que ces passages t'inspirent ?

Vis-tu une vie de miracles dans ton quotidien ? Si oui, qu'est-ce qui te permet de vivre ainsi et, si non, qu’est-ce qui y fait obstacle ?

CONTENU :

Dans notre langage, le mot miracle implique quelque chose qui est hors norme et exceptionnel, voire extraordinaire. De ce fait, nous pouvons avoir tendance à enfermer le miraculeux dans le tiroir des exceptions, ce qui va nous conduire à vivre nos vies de disciples par nos propres forces. Si c’est le cas, il est important de se repentir, de changer de manière de voir, car Dieu a prévu que les miracles ne soient pas des exceptions dans la vie du disciple, car en fait ils en sont la règle et la norme...

Le miracle est quelque chose de surnaturel, c’est une intervention divine dans notre monde. Ce surnaturel est en réalité le naturel de Dieu, ce qui implique qu'ils doivent devenir le naturel pour nous qui sommes Ses enfants. Lorsque nous lisons les Evangiles et les Actes des Apôtres, nous découvrons très rapidement que le miraculeux faisait partie du quotidien de Jésus et par la suite de l’Eglise. C’était quelque chose de normal et de naturel, ceux qui suivaient Jésus ne pouvaient même plus imaginer que cela ne se produise pas. Non seulement eux, mais même les religieux de l’époque qui ne croyaient pas en Jésus savaient que le miraculeux était la norme pour Lui, ce qui les conduisaient à l’observer et à attendre le miracle pour l’accuser (cf. Marc 3 :2). En tant qu’enfants de Dieu et disciples de Christ, Son naturel est appelé à devenir notre naturel.

La vie de disciple ne peut pas être vécue bibliquement sans la dimension du surnaturel, car sinon cela indique que nous vivons selon la chair et non par l’Esprit. Le miracle est le résultat normal et direct de la collaboration du Saint- Esprit avec nous. Dieu désire manifester Sa puissance et révéler Son amour, c’est pour cette raison que Jésus a dit que nous ferions de plus grandes œuvres que Lui (cf. Jean 14 :12). Car Dieu est proche de nous, Il s’intéresse à nous et désire profondément agir dans notre vie quotidienne, et ce à chaque instant et en tous lieux. Dès lors, pour vivre le miraculeux, nous devons arrêter de compter sur nos propres forces et sur nos capacités ainsi que renoncer à vouloir limiter Dieu à ce que nous pensons possible. De la même manière que la plupart des miracles de Jésus ont eu lieu en dehors de la synagogue, nous sommes appelés à vivre la plus grande partie des miracles en dehors des murs de nos bâtiments d’églises. Ils sont un signe pour le monde qui viennent révéler l’amour de Dieu pour permettre aux gens de rencontrer Jésus.

Car le miracle ne consiste pas uniquement dans des choses spectaculaires, tels un paralytique qui marche ou une personne aveugle qui voit. Dieu désire manifester Sa Puissance et Son intervention dans tous les domaines de nos vies, y compris les plus petites choses, pour nous ainsi que pour les personnes qui nous entourent. C’est ce qui permet à Paul de dire que le Royaume de Dieu ne consiste pas dans des mots, mais dans de la puissance (cf. 1 Corinthiens 4 :20). Saisir cette réalité nous permet de ne plus être de celles et de ceux qui subissons les événements, mais au contraire d'être de celles et de ceux qui les provoquons et qui écrivons l’Histoire.

Sans le miraculeux, notre vie n'entrera jamais dans son plein potentiel et nous passerons à côté de notre destinée. Alors, entre dans Son naturel, commence à t’attendre à Dieu dans toutes les situations que tu peux rencontrer. Prends un moment de prière pour dire à Dieu ta soif de vivre Ses projets au quotidien et décide d’aligner ton agenda sur le Sien... Vivre le miraculeux, c’est simple, c’est une question de relation et de partenariat avec Dieu.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Les miracles ont un but : confirmer la Parole de Dieu. Ils suivent naturellement l’annonce de l’Evangile

VERSETS RÉFÉRENCE :

Actes 8:9-11 Louis Segond
9 Il y avait auparavant dans la ville un homme nommé Simon, qui, se donnant pour un personnage important, exerçait la magie et provoquait l'étonnement du peuple de la Samarie.
10 Tous, depuis le plus petit jusqu'au plus grand, l'écoutaient attentivement, et disaient : Celui-ci est la puissance de Dieu, celle qui s'appelle la grande.
11 Ils l'écoutaient attentivement, parce qu'il les avait longtemps étonnés par ses actes de magie.

Matthieu 10:7-8 Louis Segond
7 Allez, prêchez, et dites : Le royaume des cieux est proche.
8 Guérissez les malades, ressuscitez les morts, purifiez les lépreux, chassez les démons. Vous avez reçu gratuitement, donnez gratuitement.

1 Corinthiens 2:4-5 Louis Segond
4 et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance,
5 afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

RÉFLEXIONS :

Lis  Actes 8 :9-11, Matthieu 10 :7-8 et 1 Corinthiens 2 :4-5 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Dans ces textes, quels rapports découvres-tu entre l’annonce de l’Evangile et les miracles ?

Selon toi, pourquoi est-il important que le miraculeux accompagne directement le témoignage de l’Evangile ?

CONTENU :

Dans ce texte d’Actes 8, nous pouvons clairement voir le contraste entre la sorcellerie de Simon le magicien qui cherchait à attirer l’attention sur lui et les miracles opérés par Philippe, lesquels accompagnaient sa prédication de l’Evangile. Le but des miracles n’est jamais de nous mettre en avant, ni d’attirer l’attention sur nous (même si inévitablement cela risque de se produire) et encore moins de servir nos intérêts personnels, le but est de révéler qui est Jésus et de conduire des personnes à Le rencontrer. Pour se prévenir de tout orgueil, il est essentiel de savoir rendre la gloire à Dieu ; notre prière régulière devrait être quelque chose comme : « Seigneur, quoiqu'il arrive, je m’engage à Te rendre toute la gloire et à ne rien prendre pour moi, car toute la gloire Te revient à Toi et à Toi seul. J'ai conscience que sans Toi je ne peux rien ».

Le ministère de Jésus, tel qu'il est rapporté dans les Evangiles, nous révèle clairement que les miracles accompagnaient constamment Ses enseignements, car Dieu aime faire du bien et révéler Son amour par Sa puissance (cf. Actes 10 :38). Nous trouvons un autre exemple dans Actes 3 où une foule accourt vers Pierre et Jean après la guérison miraculeuse du boiteux. Pourquoi cet attroupement ? Non à cause de ce que ceux-ci avaient dit, mais du fait que tous ont vu cet homme danser alors qu’ils le connaissaient comme étant infirme. Le miracle suit parfois l’annonce de l’Evangile et parfois il le précède, ou les deux... Ici Pierre va clairement dire qu’il n’est pas l’auteur de ce miracle, mais que cet homme a été guéri par le nom de Jésus. Suite à sa prédication, un grand nombre croit et est ajouté à l’Eglise (cf. Actes 4 :4).

Accompagner le message de l’Evangile par des signes et des miracles est la norme de Dieu (cf. Hébreux 2 :4 et Marc 16 :20). Ainsi le miracle a un objectif : celui d’attester que ce que Dieu a déclaré est vrai mais également de confirmer ce qui a été annoncé de manière concrète. Car la Parole de Dieu est puissante et agissante, chaque verset contient en Lui-même la puissance nécessaire pour opérer le miracle pour lequel il a sa raison d'être (cf. Esaïe 55 :11). Dans ce que Dieu dit, il n'y a pas uniquement des mots, mais il y a la puissance pour accomplir ce qui est dit. Les miracles et les prodiges sont une illustration claire de la volonté de Dieu. De plus, comme nous l'avons déjà vu, la parole, qui est un don de Dieu, est créatrice, à l'image de la Sienne, c'est pourquoi annoncer Sa Parole va nous introduire dans le surnaturel et Dieu va confirmer Sa Parole par des miracles. Ainsi, nous pouvons nous attendre à ce que ces choses se produisent de manière simple et systématique à chaque fois que nous parlons de Dieu, de Son Royaume et cela notamment auprès de celles et ceux qui ignorent complètement l’amour de Dieu pour eux.

Lorsque nous témoignons de l’Evangile à des personnes qui ne connaissent pas encore Jésus comme leur Seigneur et Sauveur, nous pouvons simplement suivre les instructions de Jésus. Il nous a ordonné d’annoncer la Bonne Nouvelle du Royaume, de guérir les malades, de ressusciter les morts, de purifier les maladies incurables (cf. Matthieu 10 :7-8). Il s’agit d’un ordre et non d’une suggestion. La vie de disciple que Dieu a prévu pour nous passe par les miracles, ce n’est pas réservé à certaines personnes et ne dépend pas de notre niveau de connaissance ni de consécration. Cela dépend de Sa Parole, de notre engagement à annoncer Son Royaume et de notre foi à nous attendre à vivre et à voir Sa puissance se manifester.

Dieu veut faire du bien, guérir, libérer et intervenir de manière concrète et puissante dans les vies.

Assurons-nous que notre foi est fondée sur Sa puissance et non pas sur des raisonnements intellectuels (cf. 1 Corinthiens 2 :4-5). J’aimerais te défier à être prêt à vivre le miraculeux à chaque fois que tu parles de Jésus, à t’attendre à cela et à te mettre en action pour que Dieu manifeste Sa puissance. De grandes choses sont en réserve pour toi et de nombreuses vies vont être transformées alors que tu entres toujours plus dans ce partenariat avec Dieu....

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 – Les miracles nécessitent d'avoir foi en la grandeur et en la puissance de Dieu, ainsi qu’une véritable intimité avec le Saint-Esprit...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 6:34-37 Louis Segond
34 Quand il sortit de la barque, Jésus vit une grande foule, et fut ému de compassion pour eux, parce qu'ils étaient comme des brebis qui n'ont point de berger; et il se mit à leur enseigner beaucoup de choses.
35 Comme l'heure était déjà avancée, ses disciples s'approchèrent de lui, et dirent : Ce lieu est désert, et l'heure est déjà avancée ;
36 renvoie-les, afin qu'ils aillent dans les campagnes et dans les villages des environs, pour s'acheter de quoi manger.
37 Jésus leur répondit : Donnez-leur vous-mêmes à manger. Mais ils lui dirent : Irions-nous acheter des pains pour deux cents deniers, et leur donnerions-nous à manger ?

Marc 11:22-23 Louis Segond
22 Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi en Dieu.
23 Je vous le dis en vérité, si quelqu'un dit à cette montagne : Ote-toi de là et jette-toi dans la mer, et s'il ne doute point en son coeur, mais croit que ce qu'il dit arrive, il le verra s'accomplir.

RÉFLEXIONS :

Lis  Marc 6 :34-37, 11 :22-23 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quels obstacles Jésus a-t-il dû franchir pour manifester la puissance miraculeuse du Royaume de Dieu ?

Qu’est-ce que cela signifie pour moi et de quelle persévérance ai-je besoin ?

CONTENU :

Dieu désire donc que nous vivions une vie dans laquelle nous ferons davantage de miracles que ce que Jésus lui-même a accompli (cf. Jean 14 :12), et cela non pas de manière occasionnelle mais quotidienne. Vivre des miracles est simple, c’est la norme du Royaume de Dieu et pourtant nous devons souvent reconnaître que ce n’est pas ce que nous expérimentons. Qu’est-ce qui nous en empêche ? Tout d’abord, nous devons réaliser que ce que nous appelons foi (ou que la foi que nous croyons posséder) n’est pas la foi qui est requise par Dieu. C’est la foi en Dieu, mais pas la foi de Dieu. Et l’incrédulité, le manque de foi, est ce qui a conduit Jésus à qualifier Ses disciples de « race incrédule... » (cf. Matthieu 17 :17). Notre foi est importante pour Dieu.

Vivre dans le miraculeux nécessite de notre part une vie de foi, ce qui est bien plus qu’un simple assentiment intellectuel. La foi de Dieu, celle dont Jésus parle dans Marc 11 :22, est un engagement réel et profond de notre cœur et de notre vie toute entière dans ce que nous croyons. C’est le résultat d’une révélation que Dieu nous donne dans notre esprit qui fait que nous savons sans l’ombre d’un doute que ce qu’Il a dit va s’accomplir. Une vie de foi dans la puissance de Dieu est le résultat normal d’une relation intime et profonde avec Dieu. Dieu devient alors pour toi plus réel qu’un être humain avec qui tu pourrais manger un repas, Il devient plus proche qu’un ami, qu’un membre de ta famille ou même que ton conjoint.

L’intimité avec Dieu est cette relation dans laquelle nous mettons Dieu au centre de tout, ce qui nous conduit à être en permanence en dialogue avec Lui. C'est une relation qui Lui permet de nous dire tout ce qu’Il désire nous dire, mais également au sein de laquelle nous pouvons tout Lui dire. C’est dans cette intimité que nous saurons discerner le possible là où d’autres voient l’impossible. Ainsi l’élément le plus important d’une vie de foi est notre sensibilité à Sa voix, où nous entendons ce qu’Il dit et fait afin de pouvoir amener cela à devenir réel dans notre monde. Certes, il pourra arriver que nous subissions des moqueries ou du rejet de la part de ceux qui n’ont pas vu ce que nous avons vu dans l’Esprit ou entendu ce que nous avons entendu de Dieu, mais cela n'en reste pas moins un privilège incomparable.

Dieu a choisi d'opérer des miracles en partenariat avec nous. Il attend donc que nous coopérions avec Lui, Il a besoin que nous agissions de concert avec Lui. N'oublions jamais que sans Lui, nous ne pouvons rien faire... Vivre le miracle commence par le fait de prendre conscience du besoin, c’est ce qu’ont fait les disciples lorsqu’ils sont venus dire à Jésus de renvoyer la foule pour qu’elle puisse aller se nourrir (cf. Marc 6 :36). Lorsque nous avons identifié́ le besoin, nous devons être attentifs et chercher l’intimité avec Dieu a n de pouvoir entendre Sa réponse, car ce dernier désire agir d’une manière qui va certainement nous étonner et nous surprendre. C'est ce qui s'est passé lorsque Jésus a dit aux disciples : « Donnez-leur vous-mêmes à manger » ... Sa solution n’est pas la nôtre et notre obéissance permet au miracle de se produire...

C’est là que nous avons besoin de la foi de Dieu car elle nous permet de nous accorder avec Lui. Sa solution va toujours nous sembler étrange, surprenante et même impossible. C’est à nous de nous mettre en action pour faire ce que Dieu nous demande de faire en nous attendant à ce qu'Il intervienne avec Sa puissance miraculeuse. C’est la folie de l’obéissance de la foi qui fait toute la différence. Cela dépend simplement de nous, car Dieu a plus envie de faire des miracles que nous ! Garde tes yeux ouverts sur les besoins et demande à Dieu ce qu’Il désire faire en restant prêt à agir... Et cette vie de miracle peut commencer dès ce jour !

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 5 – Il est indispensable d’être audacieux pour vivre dans le miraculeux, car le Royaume de Dieu appartient aux « violents » ... 

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 5:35-43 Louis Segond
35 Comme il parlait encore, survinrent de chez le chef de la synagogue des gens qui dirent : Ta fille est morte ; pourquoi importuner davantage le maître ?
36 Mais Jésus, sans tenir compte de ces paroles, dit au chef de la synagogue : Ne crains pas, crois seulement.
37 Et il ne permit à personne de l'accompagner, si ce n'est à Pierre, à Jacques, et à Jean, frère de Jacques.
38 Ils arrivèrent à la maison du chef de la synagogue, où Jésus vit une foule bruyante et des gens qui pleuraient et poussaient de grands cris.
39 Il entra, et leur dit : Pourquoi faites-vous du bruit, et pourquoi pleurez-vous ? L'enfant n'est pas morte, mais elle dort.
40 Et ils se moquaient de lui. Alors, ayant fait sortir tout le monde, il prit avec lui le père et la mère de l'enfant, et ceux qui l'avaient accompagné, et il entra là où était l'enfant.
41 Il la saisit par la main, et lui dit : Talitha koumi, ce qui signifie : Jeune fille, lève-toi, je te le dis.
42 Aussitôt la jeune fille se leva, et se mit à marcher ; car elle avait douze ans. Et ils furent dans un grand étonnement.
43 Jésus leur adressa de fortes recommandations, pour que personne ne sût la chose ; et il dit qu'on donnât à manger à la jeune fille.

Matthieu 11:12 Louis Segond
12 Depuis le temps de Jean Baptiste jusqu'à présent, le royaume des cieux est forcé, et ce sont les violents qui s'en s'emparent.

Jean 2:1-11 Louis Segond
1 Trois jours après, il y eut des noces à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là,
2 et Jésus fut aussi invité aux noces avec ses disciples.
3 Le vin ayant manqué, la mère de Jésus lui dit : Ils n'ont plus de vin.
4 Jésus lui répondit : Femme, qu'y a-t-il entre moi et toi ? Mon heure n'est pas encore venue.
5 Sa mère dit aux serviteurs : Faites ce qu'il vous dira.
6 Or, il y avait là six vases de pierre, destinés aux purifications des Juifs, et contenant chacun deux ou trois mesures.
7 Jésus leur dit : Remplissez d'eau ces vases. Et ils les remplirent jusqu'au bord.
8 Puisez maintenant, leur dit-il, et portez-en à l'ordonnateur du repas. Et ils en portèrent.
9 Quand l'ordonnateur du repas eut goûté l'eau changée en vin, -ne sachant d'où venait ce vin, tandis que les serviteurs, qui avaient puisé l'eau, le savaient bien, -il appela l'époux,
10 et lui dit : Tout homme sert d'abord le bon vin, puis le moins bon après qu'on s'est enivré ; toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à présent.
11 Tel fut, à Cana en Galilée, le premier des miracles que fit Jésus. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

RÉFLEXIONS :

Lis  Marc 5 :35-43, Matthieu 11 :12 et Jean 2 :1-11 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelle est cette violence dont parle Jésus et qu’est-ce cela t'inspire pour ta vie ?

D’après ces textes, quelle est la violence de la foi et l’audace que tu peux voir ? Qu’est-ce que cela a demandé à ces auteurs ?

CONTENU :

En tant que disciples de Christ, nous sommes appelés à être des provocateurs de miracles. C’est d’ailleurs exactement ainsi que le premier miracle de Jésus a eu lieu. Jésus ne faisait que ce qu’Il voyait le Père faire (cf. Jean 5 :19) et Il n’avait pas prévu de faire de miracles ce jour-là. Il va d’ailleurs clairement le dire à Marie (cf. Jean 2 :4). Cependant Marie ne va pas se laisser troubler par ce refus, elle va provoquer le miracle en ordonnant aux serviteurs d’obéir à Jésus (cf. Jean 2 :5), Le poussant ainsi à changer l’eau en vin. Son attitude est défiante et elle nous montre un exemple de ce que nous sommes appelés à vivre pour devenir des provocateurs de miracles et libérer ainsi la réalité du Royaume de Dieu.

Il y a cependant quelques éléments importants à considérer à ce sujet. La première des choses est la présence de Jésus. Il était invité au mariage et, pour vivre le miraculeux, nous avons besoin que Jésus, le Créateur de toutes choses, soit là. Nous devons faire de Lui notre Seigneur et permettre que Sa présence soit établie en nous par le Saint-Esprit, car Il est Celui qui fait les miracles et les prodiges. Ce texte nous montre aussi que Marie a pris conscience du besoin : il n’y avait plus de vin, ce qui est une situation problématique car c’était l’honneur de la famille du marié qui était en jeu. De la même manière, pour devenir provocateurs de miracles, nous devons prendre conscience des besoins qui nous entourent. Le miracle a pour but de révéler Jésus afin de transformer et bénir le monde qui nous entoure et afin que le plus de personnes possibles Le rencontrent. Nous ne sommes jamais motivés par nos intérêts, mais par notre amour pour Christ et pour notre prochain.

L’obéissance demeure certainement le point fondamental de la vie de disciple et c’est encore le cas ici. Les serviteurs ont choisi d’obéir à Marie, puis à Jésus, au risque de paraître stupides, voire même d’être punis pour avoir apporté de l’eau à la place de vin (cf. Jean 2 :7s). Devenir provocateur de miracles implique de choisir d’obéir à Dieu, et ce quel qu'en soit le coût et ce qu’Il va nous demander. C’est une décision que l’on prend au préalable et sur laquelle nous ne faisons aucun compromis. L’obéissance reste la clé de tout pour vivre le miraculeux, car Dieu va toujours agir en nous rendant partenaires avec Lui. Nous faisons ce que nous pouvons et Lui fait le reste.

Il est également nécessaire d’exercer la violence de la foi qui permet au Royaume de Dieu de se manifester et de se révéler. C’est ce que Marie fait lorsque Jésus la rejette, elle ne s’arrête pas aux obstacles et sait qu’Il est le seul à pouvoir faire quelque chose dans cette situation. Ainsi elle croit que Dieu peut même changer Ses plans, non que Dieu change dans Son caractère profond, mais simplement qu’Il met notre foi à l’épreuve. Il ne nous dit pas nécessairement ce qu’Il serait prêt à faire si nous avions seulement le courage d’oser le Lui demander et de nous mettre en action pour cela...

Cette violence de la foi s’exerce tout d’abord contre nous-mêmes, contre notre nature humaine qui s’oppose à la volonté de Dieu mais également contre les circonstances de ce monde qui sont diamétralement contraires aux réalités du Royaume de Dieu. Être violent, c’est renoncer à s’écouter et à considérer ce que nous voyons comme la vérité, mais au contraire choisir de libérer notre foi en Dieu pour que Son règne vienne.

Jésus attend que nous nous mettions en action pour provoquer le miraculeux et que de nombreuses vies soient changées et bouleversées... C’est à nous de faire le premier pas pour cela. Ayons le courage de Lui demander d’intervenir tout en agissant en accord avec Sa Parole. Le monde a besoin d’une manifestation de la puissance et de l’amour de notre Dieu et c’est par toi que cela va se produire....

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 6 – Vivre dans le miraculeux, c’est choisir de faire du ciel notre référence et d’agir afin que le Royaume de Dieu se manifeste sur la terre

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 6:10 Louis Segond
10 que ton règne vienne; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.

Luc 10:9 Louis Segond
9 guérissez les malades qui s'y trouveront, et dites-leur : Le royaume de Dieu s'est approché de vous.

Luc 17:20-21 Louis Segond
20 Les pharisiens demandèrent à Jésus quand viendrait le royaume de Dieu. Il leur répondit : Le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards.
21 On ne dira point : Il est ici, ou : Il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous.

RÉFLEXIONS :

Lis  Matthieu 6 :10, Luc 10 :9,17 :20-21 et Colossiens 1 :13 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Selon toi, qu’est-ce que le Royaume de Dieu ? Décrit ce que c’est, comment il se manifeste et comment le vivre.

Qu’est-ce que ces textes inspirent pour ta vie ?

CONTENU :

Durant Son ministère terrestre, la vie de Jésus a été marquée par de nombreux signes et miracles, au point qu’on ne pourrait pas tous les écrire (cf. Jean 21 :25). Ces signes et miracles étaient directement liés à une autre de Ses priorités : le Royaume de Dieu. Jésus n’a cessé de mentionner la venue du Royaume de Dieu, Il a envoyé Ses disciples pour l’annoncer et Il nous appelle à en faire notre mission et notre priorité. Cela révèle deux choses pour nous qui sommes Ses disciples : tout d’abord que le miraculeux fait partie du Royaume de Dieu et deuxièmement que nous sommes invités à adopter un style de vie dans lequel nous faisons de Son Royaume une priorité pour nos vies.

Le Dr R. T. Kendall définit le Royaume de Dieu ainsi : « C’est la présence tangible de Dieu et la grâce qui rend capable ». C’est la réponse de Dieu pour notre monde. Ce dernier attend – sans forcément le savoir – que le Royaume de Dieu vienne et c’est au travers de l’Eglise que cela va s'accomplir (cf. Romains 8 :19). C’est pour cela que Jésus nous demande de prier pour que Son règne vienne. C’est un style de vie où nous choisissons non seulement de faire de Christ notre Roi, mais également de L’inviter à venir vivre en nous par le Saint-Esprit afin de révéler Christ autour de nous comme le Roi des rois et le Seigneur... Nous faisons également de notre priorité le fait de révéler Son royaume en manifestant Sa présence partout où nous allons.

Vivre le royaume de Dieu est un style de vie, ce qui implique que ce soit simple et naturel. Il s’agit de se centrer sur ce qui intéresse Dieu et non sur ce qui nous intéresse nous. La question à se poser n’est pas de savoir ce dont j’ai besoin pour faire ce que Dieu veut, mais de réaliser ce que j’ai et qui je suis en Lui pour accomplir Sa volonté. Nous avons tout en Lui (cf. Colossiens 2 :10), nous avons été bénis afin de devenir des bénédictions. Cela implique que nous servions les autres, que nous exercions le ministère de guérison, de délivrance, etc. C’est à nous de décider de vivre un style de vie qui va faire la dfférence et qui va permettre à Son règne de s'étendre.

Pour le dire autrement, nous sommes invités à entrer dans la simplicité de la foi et de l’action. Christ vit en nous et Il désire agir au travers de nous. Il s’agit d’adopter un mode de vie dans lequel nous saisissons toutes les occasions de permettre au Royaume de Dieu de se manifester. Prends le temps de lire les Evangiles et de souligner toutes les fois où Jésus fait des miracles et opère des guérisons. Tu découvriras qu’il n’y a pas de circonstances particulières, ni de lieux spécifiques, Il agit partout, pour tous, selon les besoins. Et nous sommes appelés à faire de même, à savoir de saisir toutes les occasions pour prier pour les malades et pour que des miracles aient lieu, en tous lieux et pour tous ceux qui sont dans le besoin.

Par exemple, si tu rencontres un malade dans la rue, n’hésite pas à lui proposer de prier pour lui. Tu remarqueras que la plupart des gens répondent favorablement lorsqu’on leur propose de prier pour eux. Peut-être parce qu’ils pensent que l’on va prier pour eux plus tard à l’église... Lorsqu’ils te disent « oui », à ce moment-là, dis-leur simplement que tu vas prier maintenant et je t’encourage à leur demander de te donner la main, comme un symbole de leur accord. Ils n’ont pas besoin d’avoir la foi, ni de croire en Dieu, il suffit qu’ils acceptent que tu pries, car nous ne voulons jamais prier à l’encontre de la volonté des gens. Ensuite, lorsque tu pries, fais-le simplement et courtement avec des mots que la personne peut comprendre. Sois toujours très attentif à ce que la personne ne soit pas embarrassée ou gênée. Prier avec quelqu’un est simple et naturel. Prie rapidement et, une fois que tu as prié, demande-lui comment il ou elle se sent et demande-lui de faire quelque chose qu’il ou elle ne pouvait pas faire avant. Attends-toi à Dieu. Si le miracle a lieu, gloire à Dieu, sinon dis à la personne que tu vas continuer de prier pour elle dans ton temps avec Dieu (et fais-le !).

Prier pour le miraculeux fait partie de la vie de tout disciple. Prends la décision de saisir les occasions qui vont se présenter à toi. Demande à Dieu des occasions, qu'Il te donne également le discernement pour que tu puisses les voir et le courage de les saisir. Ensuite mets-toi en action et sois surpris par ce que Dieu va faire... Il vit en toi et te transforme a n de te permettre de vivre l’impossible... Le monde t’attend !

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 7 – Vivre dans le miraculeux nécessite d’accepter la tension entre le « maintenant » et le « pas encore » ...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 8:22-25 Louis Segond
22 Ils se rendirent à Bethsaïda; et on amena vers Jésus un aveugle, qu'on le pria de toucher.
23 Il prit l'aveugle par la main, et le conduisit hors du village ; puis il lui mit de la salive sur les yeux, lui imposa les mains, et lui demanda s'il voyait quelque chose.
24 Il regarda, et dit : J'aperçois les hommes, mais j'en vois comme des arbres, et qui marchent.
25 Jésus lui mit de nouveau les mains sur les yeux ; et, quand l'aveugle regarda fixement, il fut guéri, et vit tout distinctement.

Philippiens 1:6 Louis Segond
6 Je suis persuadé que celui qui a commencé en vous cette bonne oeuvre la rendra parfaite pour le jour de Jésus Christ.

Hébreux 10:35-36 Louis Segond
35 N'abandonnez donc pas votre assurance, à laquelle est attachée une grande rémunération.
36 Car vous avez besoin de persévérance, afin qu'après avoir accompli la volonté de Dieu, vous obteniez ce qui vous est promis. 

RÉFLEXIONS :

Lis  Marc 8 :22-25, Philippiens 1 :6 et Hébreux 10 :35-36  et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Selon toi, pourquoi est-ce que Jésus a dû s’y prendre à deux reprises pour guérir cet aveugle ?

La persévérance est indispensable pour vivre le miraculeux, comment peux-tu développer cette dernière dans ta vie de foi ?

CONTENU :

Lorsque nous prions pour les miracles, nous sommes contraints de reconnaître que nous ne voyons pas encore 100% de résultats immédiats. Ce qui ne signifie pas que Dieu ne veut pas le faire. En fait, il s'agit de la tension qui existe entre le « maintenant » et le « pas encore ». Lorsque nous considérons le ministère terrestre de Jésus, nous constatons que tous les miracles ont été instantanés sauf dans le cas de l’aveugle du texte ci-dessus où Jésus a dû s’y prendre à deux reprises. Cela ne concerne pas seulement Jésus, car au début de l’Eglise il y avait encore 100% de guérisons. Si tu relis le début des Actes des Apôtres, tu peux voir que tous les malades étaient guéris (cf. Actes 5 :16). Or tous veut dire tous ! Ce n’est que par la suite que le « tous » est passé à « beaucoup » (cf. Actes 8 :7). On ignore la raison de ce changement, cependant ce que nous pouvons établir, c’est que la volonté de Dieu et Ses projets sont que « tous » soient guéris.

Ce qui nous ramène face à cette question : pourquoi parfois le miracle ne se produit-il pas instantanément ? La première chose, c’est que le problème n’est jamais du côté de Dieu, mais toujours de notre côté... De plus, particulièrement s’il s’agit de guérison, nous ne devons jamais mettre en cause la foi des autres. La seule personne que nous pouvons remettre en question, c’est nous-mêmes. Nous pouvons alors prendre du temps avec Dieu pour chercher Sa face et s’assurer que nous avons bien entendu Sa voix, que notre cœur est bien connecté avec le Sien et que rien ne fait obstacle à Sa présence dans notre vie. Il ne s’agit pas de s’accuser, ni de faire de l’introspection, mais simplement de demander au Saint-Esprit de nous révéler ce qui a besoin d'être mis en lumière. S’il y a quelque chose, alors c’est simple, nous nous repentons et continuons de prier pour le miracle.

S’il n’y a rien, ce qui est tout-à-fait possible, alors simplement nous nous positionnons pour continuer à chercher Dieu et à nous attendre à Lui pour vivre Son miracle. Souvent lorsque nous commençons à prier et que quelque chose se passe, nous ne voyons pas encore l’exaucement total, mais il peut déjà se produire une amélioration. C'est le cas lorsque Jésus a prié pour cet aveugle : celui-ci ne voyait pas clairement, mais quelque chose s’était passé. Soyons attentifs à cela et n’hésitons pas à prier une deuxième fois, en remerciant le Seigneur pour cette amélioration et en déclarant que lorsqu’Il commence quelque chose, Il l’amène toujours à son terme. Dieu ne fait jamais les choses à moitié... N’abandonnons jamais notre prière en chemin, tenons ferme dans la foi jusqu’à ce qu’à ce que la guérison se produise. Car quelles que soient la durée et les circonstances, Dieu accomplit toujours ce qu’Il promet !

Vivre le miraculeux implique de la persévérance et de l’obéissance pour obtenir ce que Dieu nous a promis (cf. Hébreux 10 :36). Ne cherchons jamais d’excuses à Dieu pour expliquer pourquoi le miracle ne s’est pas encore produit, restons fermement ancrés dans Sa promesse, et accompagnons les personnes qui nous entourent avec foi et amour. Nous n’avons pas besoin de comprendre le pourquoi du « pas encore », ce dont nous avons besoin c’est de croire et de rester proches de Dieu.

Cette tension entre le « maintenant » et le « pas encore » fait partie de la vie normale du disciple, il nous faut l’accepter en sachant que Dieu agit toujours et que Ses promesses finissent toujours par s’accomplir. Il nous suffit de tenir ferme dans la foi en persévérant dans la prière. Si aujourd’hui tu es toujours dans l'attente de miracles et que tu as des questions sans réponses, c’est le moment de les déposer devant Dieu. Tu peux prier en Lui disant simplement : « Seigneur je ne comprends pas pourquoi ces miracles ne se sont pas encore produits, mais je te fais confiance. Je crois en Toi, en Ton amour et en Ta puissance et je choisis de ne rien laisser entraver notre relation d’intimité. Je Te donne mes questions sans réponses et si Tu veux m’expliquer, c’est OK, mais sinon c’est également OK et je continuerai de croire en Toi et de m’attendre à Toi. Amen ».

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 2 – La Bible décrit l’Église de différentes manières...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Éphésiens 1:22-23 Louis Segond
22 Il a tout mis sous ses pieds, et il l'a donné pour chef suprême à l'Église,
23 qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous.

Éphésiens 2:20 Louis Segond
20 Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire.

Matthieu 16:18 Louis Segond
18 Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre je bâtirai mon Église, et que les portes du séjour des morts ne prévaudront point contre elle.

Romains 9:26 Louis Segond
26 et là où on leur disait: Vous n'êtes pas mon peuple! ils seront appelés fils du Dieu vivant.

RÉFLEXIONS :

Lis Éphésiens 1 :22-23 et 2 :20, Matthieu 16 :18, Romains 9 :26 et Galates 4 :5-6 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Comment est-ce que ces textes décrivent l’Eglise ?

Et selon toi, que signifient ces différents noms et qu’est-ce que cela implique pour nous aujourd’hui ?

CONTENU :

Dans Matthieu 16 :18, Jésus dit : « Je bâtirai mon Église... ». Cela nous montre plusieurs choses : tout d’abord, que l’Église appartient à Dieu et à personne d’autre. Il en est Le seul propriétaire. L'Église est là pour Lui et pour servir Ses objectifs. Personne ne peut s’approprier l’Église ou l’utiliser pour servir ses propres buts et objectifs. En fait, l’Église, c’est nous qui, ensemble, servons Sa vision et il n’est jamais question de notre propre ministère mais de Son ministère. Nous devons être vigilants, quel que soit notre niveau de responsabilité, de ne jamais nous approprier l’Église ou le ministère en disant des choses comme : c’est mon église, ma vision, mon ministère, etc. Car, si c’est le cas, tu ne cherches au fond qu'à bâtir ta propre petite personne et non pas Son Royaume. En outre, nous ne sommes pas appelés à bâtir Son Église, mais à faire des disciples. Dieu seul bâtit. Par conséquent, si nous croyons être responsables de défendre Dieu en protégeant l’honneur de l’Église, nous nous trompons. En revanche, nous avons le devoir de rester proches de Lui pour accomplir Sa volonté et être des disciples qui reflètent Sa nature et Son amour, car c’est ainsi qu’Il bâtit Son Église.

Paul compare également l’Église à un temple dont le fondement est Jésus-Christ et dont la pierre angulaire sont les apôtres et les prophètes. Cela implique que certains hommes partagent le ministère de fondation de Jésus dans l’édification de Son Église, tel Paul qui se décrit lui-même comme étant un sage architecte (cf. 1 Corinthiens 3 :10) tout en reconnaissant que le fondement est toujours et uniquement Jésus. En fait, ce fondement, c’est la révélation de qui est Christ et cette révélation est le fruit d'une intimité avec Lui. C’est ainsi que Jésus a pu dire à Pierre qu’Il bâtirait Son Église sur la révélation que celui-ci avait reçue, à savoir que Jésus était le Christ, le Fils du Dieu vivant. Ainsi, pour vivre l’Église, nous n’avons pas besoin de notre sagesse, ni de notre intelligence humaine, mais de la révélation que Christ nous donne. La référence au temple nous parle également du fait que Dieu désire que Sa gloire demeure continuellement dans Son temple, c'est-à-dire l’Église. C'est pourquoi l’Eglise doit être constituée d'un groupe de gens qui, lorsqu’ils se rassemblent, expérimentent la gloire de Dieu ainsi que toute la puissance du surnaturel. Se rassembler pour célébrer Dieu n’est jamais ennuyeux ou religieux, au contraire, c’est un temps de joie et de réjouissance.

L’Église nous est encore présentée comme une maison ou, pour le dire autrement, une famille. En ce sens, l’Église est par excellence un lieu de vie et de liberté. En rencontrant Jésus et en entrant dans la réalité spirituelle de Sa maison, nous nous sentons pour la première fois de notre vie « à la maison », dans un environnement où nous sommes libres d’être nous-mêmes sans chercher à jouer un rôle, ni à prouver quoi que ce soit... Lorsque l’Église est vécue comme une communauté d’amour basé sur l’amour de Christ, alors elle est une source de guérison et de réconciliation pour les hommes et les femmes dont la vie a été brisée parce qu’ils étaient éloignés du Père céleste.

L’Église est comparée à un corps, mais nous n’allons pas en parler pour l’instant car nous y reviendrons plus tard en détail. Enfin, dans les textes que nous avons lus, il est parlé de l’Église comme d'une nation. Ce qui implique que notre appartenance à l’Église de Jésus-Christ nous confère une identité nouvelle. Bien que nous ne perdions pas notre identité culturelle et nationale, nous devenons premièrement citoyens du Royaume de Dieu. Tu peux être sans papiers sur cette terre, néanmoins ton nom est inscrit sur les registres du ciel. Tu peux avoir perdu tes droits sur cette terre, il n'en reste pas moins que tu as reçu l’autorité d’enfant de Dieu et que ton Père est le Roi des rois.

Être membre de Son Église est un privilège extraordinaire qu'Il nous a donné uniquement par amour pour nous. Cela nous encourage à prendre notre place et à vivre pleinement la réalité de l’Église dans la relation avec Christ, avec les autres et le monde. Prends un moment pour méditer tout ce que tu viens de lire sur l’Église et ce que cela implique dans ta vie quotidienne.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Le Saint-Esprit fait de l’Église un lieu de vie, de salut, de croissance et de miracles...

 VERSETS RÉFÉRENCE :

Actes 2:42-47 Louis Segond
42 Ils persévéraient dans l'enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières.
43 La crainte s'emparait de chacun, et il se faisait beaucoup de prodiges et de miracles par les apôtres.
44 Tous ceux qui croyaient étaient dans le même lieu, et ils avaient tout en commun.
45 Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, et ils en partageaient le produit entre tous, selon les besoins de chacun.
46 Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur,
47 louant Dieu, et trouvant grâce auprès de tout le peuple. Et le Seigneur ajoutait chaque jour à l'Église ceux qui étaient sauvés.

Éphésiens 3:9-11 Louis Segond
9 et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses,
10 afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd'hui par l'Église la sagesse infiniment variée de Dieu,
11 selon le dessein éternel qu'il a mis à exécution par Jésus Christ notre Seigneur,

Romains 16:25-27 Louis Segond
25 A celui qui peut vous affermir selon mon Évangile et la prédication de Jésus Christ, conformément à la révélation du mystère caché pendant des siècles,
26 mais manifesté maintenant par les écrits des prophètes, d'après l'ordre du Dieu éternel, et porté à la connaissance de toutes les nations, afin qu'elles obéissent à la foi,
27 à Dieu, seul sage, soit la gloire aux siècles des siècles, par Jésus Christ ! Amen ! 

RÉFLEXIONS :

Lis Actes 2 :42-47, Ephésiens 3 :9-11 et Romains 16 :25-27 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que Paul appelle « le plan de Dieu » ?

Selon ces textes, quel est le rôle du Saint-Esprit dans l’Église ?

CONTENU :

L’Église n’est pas une invention humaine, ce n’est pas non plus une organisation caritative, une simple association, un club ou tout autre mouvement fondé sur de bonnes intentions. L’Église fait partie du plan éternel de Dieu, c’est « le mystère caché de toute éternité en Dieu ». Il est important de bien comprendre que l’Église n’est pas là pour nous, pour nous satisfaire, nous donner ce dont nous avons besoin, nous distraire, ni même pour nous plaire. Je dirais que peu importe par exemple si la louange te plaît ou pas, car de toute manière elle ne t’est pas destinée, ce qui est important c’est que tu y prennes ta place pour Le louer ! Nous sommes l’Église et cette Église existe pour Lui, afin d’accomplir Sa volonté et de permettre que Son règne vienne. Car c’est cela Sa priorité (cf. Matthieu 6 :10).

Jésus dit dans Matthieu 16 :18 : « Je bâtirai mon Église et les portes du séjour des morts ne prévaudront pas contre elle ». Souvent cela a été compris comme le fait que rien ne peut éteindre ou détruire l’Église. De ce fait, nombre d’églises ont adopté une position défensive et protectionniste en vue de garder la foi intacte... Cependant, ce n’est pas du tout ce que Jésus a voulu dire ici, au contraire. Pense aux portes de ta maison : elles peuvent uniquement s’ouvrir ou se fermer mais jamais elles ne vont venir t'attaquer dans ton canapé, car elles sont fixées à un endroit et leur rôle est de laisser le passage ou de l’interdire. Mais si la porte ne t'attaque pas parce qu'elle ne se déplace pas, en revanche toi tu peux l'ouvrir ou l'enfoncer... C’est exactement de cela dont Jésus parle.

L’Église est sur la terre pour manifester le Royaume de Dieu et faire reculer le royaume des ténèbres. Ce qui veut dire que l’Eglise est appelée à être offensive et agressive pour chasser les démons, conquérir des territoires usurpés par satan et ses sbires. Cette agressivité est dirigée contre le monde spirituel uniquement (cf. Ephésiens 6 :12). Rien ne peut arrêter l’Église qui est en marche.

Jésus promet de bâtir Son Église et pour cela Il nous demande de faire de toutes les nations des disciples. Cela signifie que Jésus s’occupe de Son Église et veille à la faire grandir, et de notre côté nous devons nous occuper de faire des disciples. Si en revanche nous cherchons à bâtir notre ou nos églises selon notre modèle ou notre vision personnelle, Dieu ne nous garantit pas le succès. Le succès est garanti à ceux qui écoutent Dieu et mettent en pratique ce qu’Il met sur leurs cœurs. Le défi est qu'il est souvent plus facile de vouloir adopter une méthode ou un programme que de chercher Dieu pour recevoir Ses projets et Sa volonté pour Son Église. Il a un plan unique pour toi et c’est dans Sa présence que tu peux le comprendre.

Dans les Actes des Apôtres, nous voyons que le grand acteur de l’Église est le Saint-Esprit. C’est Lui qui fait grandir l’Église en ajoutant chaque jour celles et ceux qui sont sauvés par la foi, c'est Lui qui opère des miracles, convainc les cœurs, dirige l’Église, établit des leaders, envoie en mission, etc. Nous avons besoin du Saint-Esprit pour être l’Église que Christ désire que nous soyons. Ainsi la norme de l’Église est d’être conduite par le Saint-Esprit afin de vivre dans le naturel de Dieu et de voir le nombre de disciples être multiplié. Prends le temps de relire le Nouveau Testament en te débarrassant de l’image de ce qu’est l’Église aujourd’hui. Ainsi, tu recevras mieux Son cœur et Sa vision.

Le Royaume de Dieu, c’est la présence du Roi – Christ – et c’est par l’Église que Son Royaume s’étend lorsque les multitudes rencontrent Jésus comme Seigneur et Sauveur. Mais c'est également lorsque les disciples vivent la réalité du Royaume là où ils sont. Apprends donc à collaborer avec le Saint-Esprit pour être l’Église que Christ désire et amener le ciel sur la terre...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram