Jour 5 – L’Église est la famille de Dieu

VERSETS BIBLIQUES :

1 Pierre 2:4-9 Louis Segond
4 Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu ;
5 et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d'offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus Christ.
6 Car il est dit dans l'Écriture : Voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse ; Et celui qui croit en elle ne sera point confus.
7 L'honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l'angle, Et une pierre d'achoppement Et un rocher de scandale ;
8 ils s'y heurtent pour n'avoir pas cru à la parole, et c'est à cela qu'ils sont destinés.
9 Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière,

1 Jean 4:7-21 Louis Segond
7 Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car l'amour est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.
8 Celui qui n'aime pas n'a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
9 L'amour de Dieu a été manifesté envers nous en ce que Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par lui.
10 Et cet amour consiste, non point en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu'il nous a aimés et a envoyé son Fils comme victime expiatoire pour nos péchés.
11 Bien-aimés, si Dieu nous a ainsi aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres.
12 Personne n'a jamais vu Dieu ; si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous, et son amour est parfait en nous.
13 Nous connaissons que nous demeurons en lui, et qu'il demeure en nous, en ce qu'il nous a donné de son Esprit.
14 Et nous, nous avons vu et nous attestons que le Père a envoyé le Fils comme Sauveur du monde.
15 Celui qui confessera que Jésus est le Fils de Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu.
16 Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour ; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
17 Tel il est, tels nous sommes aussi dans ce monde : c'est en cela que l'amour est parfait en nous, afin que nous ayons de l'assurance au jour du jugement.
18 La crainte n'est pas dans l'amour, mais l'amour parfait bannit la crainte ; car la crainte suppose un châtiment, et celui qui craint n'est pas parfait dans l'amour.
19 Pour nous, nous l'aimons, parce qu'il nous a aimés le premier.
20 Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et qu'il haïsse son frère, c'est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère qu'il voit, comment peut-il aimer Dieu qu'il ne voit pas ?
21 Et nous avons de lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. 

RÉFLEXIONS :

Lis 1 Pierre 2 :4-9 et 1 Jean 4 :7-21 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que cela signifie de s’aimer les uns les autres et comment peux-tu le vivre ?

En tant que disciple de Christ, comment peux-tu être une pierre vivante dans Son corps ?

CONTENU :

Lorsque l’on parle de l’amour, il est important de bien comprendre qu’il ne s’agit pas d’une émotion, ni d’un sentiment. Aimer est un choix et une décision qui se concrétise par une manière de vivre et des actes. Dieu a décidé de nous aimer avant la fondation du monde et Il a prouvé Son amour en donnant Christ à la croix (cf. Romains 5 :8). Lorsque nous Le rencontrons, par le Saint-Esprit, Il répand Son amour dans nos cœurs. L’Église est construite sur des relations suscitées par le Saint-Esprit et nous sommes uns en Lui. Ce qui veut dire que nous n’avons pas besoin de prier pour l’unité ni pour que nous puissions nous aimer les uns les autres, nous avons simplement besoin de nous aligner sur ce que Dieu dit et a fait. Ainsi, nous n’aimons pas les autres en fonction de nos affinités mais parce que Dieu a mis Son amour surnaturel dans notre cœur. L’Église est constituée de personnes qui, dans le monde, pourraient s'entretuer ou se haïr cordialement, mais qui en Lui deviennent une famille, des frères et sœurs en Christ qui œuvrent ensemble. C’est le ministère de la réconciliation que Christ nous a donné.

La Bible nous rappelle que nous ne pouvons pas dire que nous aimons Dieu que nous ne voyons pas si nous n’aimons pas notre frère que nous voyons (cf. 1 Jean 4 :20). On ne choisit pas les gens que Dieu met avec nous au sein de notre église locale, cependant nous pouvons décider de les aimer... Et cet amour se révèle de manière concrète lorsque nous décidons de prendre soin des autres, d’honorer l’autre et de le traiter selon ce que Dieu dit qu’il est et non pas selon ce que nous voyons de lui aujourd’hui. Aimer, c’est savoir encourager en toutes circonstances, ne pas juger mais au contraire soutenir et accompagner dans les temps difficiles, agir avec prévenance et bonté,... As-tu déjà remarqué que lorsque tu te mords la langue, la première chose que cette dernière va faire est d’aller caresser la dent qui l’a mordue ? C’est une image de l’harmonie du corps physique qui s’applique au corps de Christ.

L’amour pour les autres est le moyen que Jésus a choisi pour que le monde sache que nous sommes Ses disciples (cf. Jean 13 :35). Cet amour nous conduit naturellement à ne plus nous centrer sur nous-mêmes et sur notre propre réussite pour au contraire chercher le succès de l’autre et son développement. Nous réalisons ainsi qu’aucun membre de l’Église ne peut faire les choses tout seul. La meilleure chose à faire est de nous assurer que tout le monde fonctionne en collaboration afin que chacun(e) devienne un disciple. Ainsi, une église de disciples ne laissera personne « au chômage » car un disciple va toujours chercher à devenir comme son maître, qui est Jésus.

Parce que l’Église est souvent vue comme un bâtiment ou comme ce qui se passe dans le bâtiment, le service (ministère) est synonyme de tâches et de fonctions au sein même de la communauté. Alors qu'en fait l’Église est le corps de Christ appelé à envahir et servir le monde, et ce dans toutes les sphères de la société.

Dès lors, ton ministère prend place dans la communauté de l'église, mais également en dehors. Dieu a un ministère spécifique pour toi là où Il t’a placé, dans ton quartier, ton lieu de travail, l’association dont tu fais partie, partout où tu es. Il t’a établi comme berger pour les personnes qui ne Le connaissent pas encore, afin que tu prennes soin d’eux, que tu les aimes et leur permette de retrouver leur chemin vers Dieu. Et pour cela nous avons besoin du soutien les uns des autres. Tous seuls, nous ne sommes qu’une pierre, mais ensemble nous constituons un édifice solide pour Sa gloire.

Considère un instant les personnes que Dieu a mises autour de toi et qui ne Le connaissent pas encore... Ce n’est pas un hasard, Dieu t’a mis là afin que tu sois une bénédiction pour eux, alors n’attends pas pour faire ton possible pour manifester Son amour et leur faire du bien. Tu seras surpris(e) par ce qui va se passer...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

JOUR 7 - Nos paroles ont un impact sur la vie et le succès des gens qui nous entourent, il est donc important de savoir proclamer ce que Dieu dit...

VERSETS BIBLIQUES :

Juges 6 :11-15
Jean 1 :42
Proverbes 18 :21

VERSETS RÉFÉRENCE :

Juges 6:11-15 Louis Segond
11 Puis vint l'ange de l'Éternel, et il s'assit sous le térébinthe d'Ophra, qui appartenait à Joas, de la famille d'Abiézer. Gédéon, son fils, battait du froment au pressoir, pour le mettre à l'abri de Madian.
12 L'ange de l'Éternel lui apparut, et lui dit: L'Éternel est avec toi, vaillant héros!
13 Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, si l'Éternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent: L'Éternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d'Égypte? Maintenant l'Éternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian!
14 L'Éternel se tourna vers lui, et dit: Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian; n'est-ce pas moi qui t'envoie?
15 Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père.

Jean 1:42 Louis Segond
42 Et il le conduisit vers Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre).

RÉFLEXIONS :

Lis Juges 6 :11-15 et Jean 1 :42 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

L’ange appelle Gédéon « vaillant héros », alors qu’il ne l’est pas encore, pourquoi dit-il cela ?

Jésus change le nom de Pierre, pourquoi fait-il cela ?

CONTENU :

Le véritable fruit de nos vies ce n’est pas nous qui le portons, mais ce sont ceux que nous avons influencé. Le véritable succès n’est pas dans ce que nous possédons, ni dans ce que nous accomplissons, le succès c’est influencer et libérer les autres pour qu’ils deviennent ce que Dieu désire, qu’ils entrent dans leur destinée. Saisir cette réalité du succès implique de savoir parler de la bonne manière, car notre langue nous donne le pouvoir de donner la vie ou la mort (cf. Proverbes 18 :21). Ce que nous disons a une influence importante sur les autres, cela peut changer le cours de leur vie et de leur éternité.

Dans ce texte de Juges 6, l’ange de l’Eternel vient à la rencontre de Gédéon. Ce dernier n’a pas une haute estime de lui-même et sa position familiale et sociale est loin d’être favorable. D’un point de vue humain, il est loin d’être un héros et il ne semble pas en avoir les prédispositions. Et pourtant, l’ange de l’Eternel va le saluer par cette déclaration surprenante : « L’Eternel est avec toi vaillant héros ! » (cf. Juges 6 :12). En fait, Dieu ne traite pas Gédéon à la mesure de ce qu’il semble être, ni ce qu’il pense de lui-même et encore moins de ce que les autres pensent. Dieu s’adresse à Gédéon selon ce qu’Il pense de Lui, Il le voit comme un vaillant héros et c'est la destinée qu'Il a prévue pour lui.

Personne ne naît héros, mais nous le devenons par nos choix, nos décisions et nos actions. Ainsi, de la même manière, nous ne sommes pas appelés à traiter l’autre en fonction de ce qu’il ou elle est aujourd’hui, mais en fonction de ce que Dieu dit et voit. Si nous traitons notre prochain et parlons à l’autre selon ce qui est aujourd’hui, cette personne ne pourra pas changer, alors que si nous agissons et déclarons ce qui doit être, nous permettons à cette personne de devenir ce qu'elle est destinée à être. Nos paroles ne sont pas des constatations, mais des déclarations de ce que Dieu voit, veut et dit. Il nous incombe de savoir discerner ce que l’autre doit devenir et agir et de parler en fonction de cela.

Il ne s’agit pas ici de parler ou d’agir de manière hypocrite, à savoir en disant des choses que l’on ne pense pas. Il est nécessaire de s’accorder avec Dieu en mettant notre foi en accord avec Lui. Il ne s’agit pas non plus de caresser les gens dans le sens du poil sans oser rien dire d’autre, et l’exemple parfait est celui de Jésus. Lorsqu’Il rencontre Simon, Il va changer son nom pour l’appeler Pierre. Cela peut vous sembler anodin et pourtant en agissant ainsi Jésus fait une déclaration forte, Il traite Pierre à la mesure de ce qu’Il doit être. Dès lors, il n'est plus dé ni comme un suiveur (Simon veut dire « celui qui écoute »), mais comme un rocher sur lequel des générations de disciples vont être bâties. Car dans la pensée juive de l’époque, le nom était directement relié à l’identité. Ainsi, chaque fois que Jésus s’adressait à Pierre, Il déclarait ce que celui-ci était appelé à devenir : un homme qui serait un roc pour l’Evangile et un soutien pour beaucoup. Vous pouvez également lire Genèse 17 et vous verrez que Dieu fait la même chose avec Abraham.

Être disciple de Christ et marcher dans la victoire, ce n’est pas seulement s’écarter de la critique et des paroles négatives, mais c’est également savoir utiliser nos bouches pour édifier les gens qui nous entourent afin qu’ils deviennent des héros au sein de leur génération. Apprenons donc à utiliser notre langue pour bâtir, bénir et traiter l’autre selon ce que Dieu dit et veut. Cela commence par savoir garder nos oreilles attentives à ce que Dieu dit et nos cœurs centrés sur Son Royaume. Dieu fait de toi quelqu’un qui lève des héros et cela commence maintenant. Décide donc d’aligner ta langue sur Sa volonté, car l’Eternel est avec toi, vaillant héros...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 5 – Le témoin est revêtu de puissance, celle du Saint-Esprit...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Actes 1:8 Louis Segond
8 Mais vous recevrez une puissance, le Saint Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu'aux extrémités de la terre.

Actes 4:23-31 Louis Segond
23 Après avoir été relâchés, ils allèrent vers les leurs, et racontèrent tout ce que les principaux sacrificateurs et les anciens leur avaient dit.
24 Lorsqu'ils l'eurent entendu, ils élevèrent à Dieu la voix tous ensemble, et dirent : Seigneur, toi qui as fait le ciel, la terre, la mer, et tout ce qui s'y trouve,
25 c'est toi qui as dit par le Saint Esprit, par la bouche de notre père, ton serviteur David : Pourquoi ce tumulte parmi les nations, Et ces vaines pensées parmi les peuples ?
26 Les rois de la terre se sont soulevés, Et les princes se sont ligués Contre le Seigneur et contre son Oint.
27 En effet, contre ton saint serviteur Jésus, que tu as oint, Hérode et Ponce Pilate se sont ligués dans cette ville avec les nations et avec les peuples d'Israël,
28 pour faire tout ce que ta main et ton conseil avaient arrêté d'avance.
29 Et maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, et donne à tes serviteurs d'annoncer ta parole avec une pleine assurance,
30 en étendant ta main, pour qu'il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges, par le nom de ton saint serviteur Jésus.
31 Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient assemblés trembla ; ils furent tous remplis du Saint Esprit, et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance.

RÉFLEXIONS :

Lis Actes 1 :8 et 4 :23-31 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Dieu a mis en nous Sa Puissance pour que nous soyons des témoins, quels ont été les signes qui ont accompagné le témoignage de Jésus durant Son ministère terrestre et celui de Ses disciples ?

Quels seront les signes qui vont accompagner mon témoignage (Jean 14 :12) et comment vivre cela ?

CONTENU :

Ce verset de Jean 14 :12 est tellement extraordinaire et cela paraît tellement fou que certains commentateurs bibliques ont tenté de l’expliquer en disant que ces choses plus grandes étaient la somme de ce que l’Eglise allait accomplir dans Son ensemble. Cependant ce n’est pas le cas, mets ta foi en action et crois simplement ce que Jésus a promis : tu es appelé(e) à accomplir de plus grandes choses que Lui car Il est monté vers le Père et Il a envoyé le Saint-Esprit pour te donner Sa puissance ! Ainsi le témoignage n’est pas seulement un style de vie, mais nous avons un partenaire, le Saint-Esprit. Il est Celui qui touche les cœurs pour libérer la vie de Christ et Sa puissance.

Le verset d’Actes 1 :8 nous rappelle très clairement l’importance de recevoir la puissance du Saint-Esprit. C’était tellement essentiel que Jésus est spécialement apparu à deux de Ses disciples qui étaient en train de s'éloigner afin qu’ils reviennent à Jérusalem (cf. Luc 24 :13-33). Il en est de même pour nous aujourd’hui : nous avons besoin d’être revêtus de la puissance du Saint- Esprit pour vivre la vie de témoins à laquelle Jésus nous appelle. Dans le texte d’Actes 4 que nous avons lu, nous y voyons ces premiers disciples prier tous ensemble et demander à Dieu de l’assurance et de l’audace pour témoigner. Mais aussi demander que leur témoignage soit accompagné de signes et de prodiges, car le Royaume de Dieu n’est pas une question de paroles, mais de puissance (cf. 1 Corinthiens 4 :20). Nous consacrerons un chapitre entier sur le fait de vivre dans le miraculeux.

Pour revenir à la prière de Ses disciples, Dieu les exauce et le lieu où ils sont rassemblés pour prier se met à trembler... Il ne s’agissait pas simplement d’approuver leur demande, mais aussi de les pousser à sortir de là où ils étaient, car personne ne voudrait rester dans une bâtisse qui tremble... Cela nous rappelle l’importance de sortir de nos zones de confort et de sécurité, pour être des témoins qui expérimentent la puissance de Dieu. Car Dieu désire nous voir témoigner, et Il est toujours prêt à manifester Sa puissance pour accompagner notre témoignage. Ferme tes yeux un instant et imagine : le Saint-Esprit est dans les starting-blocks au ciel, prêt à agir, Il n’attend qu’une seule chose : que tu témoignes !

Lorsque l’on parle de puissance du Saint-Esprit, nous pouvons comprendre :

■ La capacité donnée par Dieu : Il nous rend capable de faire des choses que nous n’aurions pas pu faire naturellement. Pierre n’aurait pas pu prêcher comme Il l'a fait à la Pentecôte si Dieu ne l'en avait pas rendu capable. Lorsque nous faisons notre part, Dieu vient libérer Sa puissance pour nous propulser plus loin...

■ La puissance de Dieu vient sur le disciple à un moment précis pour une tâche particulière, comme celle de guérir les malades ou de proclamer la Parole de Dieu. C’est ce que Pierre a vécu lorsqu’il a dit au paralytique : « Je ne possède ni argent, ni or, mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus-Christ de Nazareth : lève-toi et marche ! » (Actes 3 :6). C’est cela être rempli du Saint-Esprit et c’est une réalité pour nous aujourd’hui, alors vivons-le !

■ Il s’agit également d'utiliser un nouveau langage, dans ce cas-là il s’agissait de parler dans des langues qu’ils n’avaient pas apprises pour raconter les merveilles de Dieu dans la langue de ceux qui les écoutaient. La puissance du Saint-Esprit nous permet de parler d’une manière qui va toucher les cœurs. Nous reviendrons plus tard sur le fait de parler en langues et de l’importance que cela a dans notre vie de disciple. Nos paroles ne dépendent pas de notre intelligence et de nos connaissances, mais de l’inspiration du Saint-Esprit car Il sait comment toucher le cœur de nos auditeurs.

■ Des signes prodigieux (des flammes de feu, un bruit comme un vent violent...) attirent l’attention des gens. Dieu est toujours là pour attirer l’attention et confirmer Sa Parole par des signes et des prodiges. Cela nous permet ainsi de nous attendre à ce quelque chose se passe lorsque nous témoignons de Christ et le plus grand miracle qui soit ce sont des vies qui rencontrent Jésus. A la Pentecôte, il y en a eu 3'000 !

Mets ta vie à Sa disposition en développant une relation d’intimité avec le Saint-Esprit pour recevoir Sa puissance et attends-toi au miraculeux lorsque tu commences à témoigner. Tu verras, tu vas être surpris(e)...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 – Être témoin n’est pas une corvée, c’est un style de vie 

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 4:1-42 Louis Segond
1 Le Seigneur sut que les pharisiens avaient appris qu'il faisait et baptisait plus de disciples que Jean.
2 Toutefois Jésus ne baptisait pas lui-même, mais c'étaient ses disciples.
3 Alors il quitta la Judée, et retourna en Galilée.
4 Comme il fallait qu'il passât par la Samarie,
5 il arriva dans une ville de Samarie, nommée Sychar, près du champ que Jacob avait donné à Joseph, son fils.
6 Là se trouvait le puits de Jacob. Jésus, fatigué du voyage, était assis au bord du puits. C'était environ la sixième heure.
7 Une femme de Samarie vint puiser de l'eau. Jésus lui dit : Donne-moi à boire.
8 Car ses disciples étaient allés à la ville pour acheter des vivres.
9 La femme samaritaine lui dit : Comment toi, qui es Juif, me demandes-tu à boire, à moi qui suis une femme samaritaine ? - Les Juifs, en effet, n'ont pas de relations avec les Samaritains. -
10 Jésus lui répondit : Si tu connaissais le don de Dieu et qui est celui qui te dit : Donne-moi à boire ! tu lui aurais toi-même demandé à boire, et il t'aurait donné de l'eau vive.
11 Seigneur, lui dit la femme, tu n'as rien pour puiser, et le puits est profond ; d'où aurais-tu donc cette eau vive ?
12 Es-tu plus grand que notre père Jacob, qui nous a donné ce puits, et qui en a bu lui-même, ainsi que ses fils et ses troupeaux ?
13 Jésus lui répondit : Quiconque boit de cette eau aura encore soif;
14 mais celui qui boira de l'eau que je lui donnerai n'aura jamais soif, et l'eau que je lui donnerai deviendra en lui une source d'eau qui jaillira jusque dans la vie éternelle.
15 La femme lui dit : Seigneur, donne-moi cette eau, afin que je n'aie plus soif, et que je ne vienne plus puiser ici.
16 Va, lui dit Jésus, appelle ton mari, et viens ici.
17 La femme répondit : Je n'ai point de mari. Jésus lui dit : Tu as eu raison de dire : Je n'ai point de mari.
18 Car tu as eu cinq maris, et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai.
19 Seigneur, lui dit la femme, je vois que tu es prophète.
20 Nos pères ont adoré sur cette montagne ; et vous dites, vous, que le lieu où il faut adorer est à Jérusalem.
21 Femme, lui dit Jésus, crois-moi, l'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père.
22 Vous adorez ce que vous ne connaissez pas ; nous, nous adorons ce que nous connaissons, car le salut vient des Juifs.
23 Mais l'heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité ; car ce sont là les adorateurs que le Père demande.
24 Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité.
25 La femme lui dit : Je sais que le Messie doit venir (celui qu'on appelle Christ); quand il sera venu, il nous annoncera toutes choses.
26 Jésus lui dit : Je le suis, moi qui te parle.
27 Là-dessus arrivèrent ses disciples, qui furent étonnés de ce qu'il parlait avec une femme. Toutefois aucun ne dit : Que demandes-tu ? ou : De quoi parles-tu avec elle ?
28 Alors la femme, ayant laissé sa cruche, s'en alla dans la ville, et dit aux gens :
29 Venez voir un homme qui m'a dit tout ce que j'ai fait ; ne serait-ce point le Christ ?
30 Ils sortirent de la ville, et ils vinrent vers lui.
31 Pendant ce temps, les disciples le pressaient de manger, disant : Rabbi, mange.
32 Mais il leur dit : J'ai à manger une nourriture que vous ne connaissez pas.
33 Les disciples se disaient donc les uns aux autres : Quelqu'un lui aurait-il apporté à manger ?
34 Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de celui qui m'a envoyé, et d'accomplir son oeuvre.
35 Ne dites-vous pas qu'il y a encore quatre mois jusqu'à la moisson ? Voici, je vous le dis, levez les yeux, et regardez les champs qui déjà blanchissent pour la moisson.
36 Celui qui moissonne reçoit un salaire, et amasse des fruits pour la vie éternelle, afin que celui qui sème et celui qui moissonne se réjouissent ensemble.
37 Car en ceci ce qu'on dit est vrai : Autre est celui qui sème, et autre celui qui moissonne.
38 Je vous ai envoyés moissonner ce que vous n'avez pas travaillé ; d'autres ont travaillé, et vous êtes entrés dans leur travail.
39 Plusieurs Samaritains de cette ville crurent en Jésus à cause de cette déclaration formelle de la femme : Il m'a dit tout ce que j'ai fait.
40 Aussi, quand les Samaritains vinrent le trouver, ils le prièrent de rester auprès d'eux. Et il resta là deux jours.
41 Un beaucoup plus grand nombre crurent à cause de sa parole ;
42 et ils disaient à la femme : Ce n'est plus à cause de ce que tu as dit que nous croyons ; car nous l'avons entendu nous-mêmes, et nous savons qu'il est vraiment le Sauveur du monde.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 4 :1-42 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelle est la stratégie de Jésus pour partager l’Evangile ? Quels obstacles rencontre-t-Il et comment les contourne-t-Il

Qu’est-ce que cela m’enseigne en ce qui concerne mon témoignage ?

CONTENU :

T'es-t-il déjà arrivé de te trouver dans une situation où tu as envie d’être seul, de ne parler à personne et de ne pas être dérangé ? C’est exactement ce qui se passe ici : Jésus est fatigué, il a faim et il a envoyé tous Ses disciples en ville pour chercher à manger. Cela révèle clairement Son désir d’être tranquille. Mais soudain Il voit de loin une femme s’approcher du puits pour venir y puiser de l’eau. Il aurait pu simplement faire semblant de dormir ou ignorer sa présence, ce qui outre le fait de vouloir être tranquille aurait été culturellement la bonne chose à faire. Car à cette époque il n’était pas commun de voir des hommes engager la conversation avec des femmes et encore moins des juifs parler à des samaritains (il y avait une profonde inimitié entre ces peuples). Et pourtant Jésus ne se laisse pas arrêter par ces choses et Il engage la conversation avec cette femme. Le témoignage est pour Lui un style de vie et rien ne peut s’y opposer.

De la même manière que Jésus était en mission pour le Père 24 heures sur 24, nous avons été appelés à être en mission en tout temps et en toutes circonstances. Car en réalité lorsque Jésus nous a ordonné « d’être Ses témoins », Il ne parle pas seulement de témoigner, mais d’ÊTRE témoins ! Il ne s’agit donc pas seulement de paroles, mais également d’attitudes, de notre manière de vivre tout entière. Il s’agit de vivre l’Evangile en re étant les valeurs du Royaume de Dieu – ces dernières sont résumées dans les chapitres 5 à 7 de Matthieu – dans toutes les circonstances de notre vie.

Quelqu’un a dit un jour : « Je n’entends pas ce que tu dis, car ce que tu es parle trop fort... ». Être témoin, c’est réaliser que parler de Jésus est une chose, mais que cela s'avère inutile si nous ne vivons pas à la mesure de nos paroles. Être témoin de Christ n’est rien de moins qu’un style de vie. François d’Assise l’avait bien compris lorsqu’il disait : « Prêche l’Evangile en tout temps et si nécessaire utilise des mots ». Trop souvent, nous avons tendance à conditionner l’évangélisation à des moments spécifiques, alors que Dieu a prévu que nos vies reflètent Sa vie. N’oublions pas que c’est la seule raison pour laquelle nous ne sommes pas encore au ciel : pour pouvoir témoigner et faire des disciples... Il faut en profiter maintenant, car au ciel on ne pourra plus évangéliser.

Il est important de réaliser que le monde qui nous entoure nous observe bien plus que ce que nous pouvons le réaliser. Les personnes que nous côtoyons régulièrement ou non sont attentives à notre manière de vivre, à nos réactions et à nos paroles, et toutes ces choses vont avoir un impact sur leurs vies. C'est pour cela que nous devons être intentionnels dans notre manière de vivre afin de révéler Jésus en tout temps et en toutes circonstances.

Par ailleurs, ce n’est pas à nous de choisir à qui et quand nous voulons témoigner. Jésus, en voyant cette femme venir au puits, a reconnu le rendez- vous que le Père avait planifié pour Lui. De la même manière, nous sommes en mission pour Son Royaume, nos vies Lui appartiennent et Il arrange pour nous des rendez-vous dans l’agenda de nos vies. Souvent les changements de plans, les rencontres inopinées ou ces événements qui pourraient nous contrarier sont en réalité des opportunités que Dieu met devant nous, car souvenons-nous que Ses voies ne sont pas nos voies (cf. Esaïe 55 :8). Alors, plutôt que de lutter ou de nous énerver, apprenons simplement à reconnaître ce que Dieu est en train de faire et choisissons de nous aligner sur Ses projets.

Ainsi, il est important que nous puissions commencer nos journées en les soumettant à Dieu et en Lui demandant de nous organiser des rendez-vous divins. Demandons-Lui d’avoir le discernement pour reconnaître ce qu’Il est en train de faire et de renouveler chaque jour en nous notre passion pour les perdus. Dieu ne pourra nous utiliser que dans la mesure de notre disponibilité intérieure. Si nous sortons de la maison en colère, stressés ou énervés, il est évident que nous ne serons pas disposés à témoigner et les personnes que nous croiserons n’auront aucune envie de nous ouvrir leur cœur. Alors que si nous sommes disponibles et joyeux, Dieu va pouvoir ouvrir des portes là où il ne semblait pas y en avoir, avec des rencontres inattendues... C’est dans cette attitude de foi que Dieu va nous utiliser. Cette préparation est constante, cette disponibilité va nous donner de faire du témoignage un style de vie, et cela indépendamment des circonstances... Ne va pas plus loin avant d’avoir parlé avec Dieu pour décider de te rendre disponible à Son égard et de t’engager à ce que rien ne soit plus prioritaire que Sa volonté de faire des disciples.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Être témoin, c’est transmettre notre passion...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Romains 1:16 Louis Segond
16 Car je n'ai point honte de l'Évangile: c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec,

 2 Timothée 1:6-12 Louis Segond
6 C'est pourquoi je t'exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l'imposition de mes mains.
7 Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse.
8 N'aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l'Évangile,
9 par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels,
10 et qui a été manifestée maintenant par l'apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Évangile.
11 C'est pour cet Évangile que j'ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d'instruire les païens.
12 Et c'est à cause de cela que je souffre ces choses ; mais j'en ai point honte, car je sais en qui j'ai cru, et je suis persuadé qu'il a la puissance de garder mon dépôt jusqu'à ce jour-là.

RÉFLEXIONS :

Lis Romains 1 :16 et 2 Timothée 1 :6-12 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi est-ce que le témoignage est si important ?

Paul parle de souffrances à cause du témoignage de l’Evangile, qu’est-ce qui le motive à continuer de témoigner et qu’est-ce que cela m’inspire pour ma vie ?

CONTENU :

Lorsque l’on parle de témoigner, il est important de souligner à nouveau que c’est simple. Ce n’est pas quelque chose que nous devons nous forcer à faire, au contraire c’est quelque chose qui doit devenir naturel. Tout d’abord parce que nous ne parlons pas d’une religion, mais d’une relation que nous entretenons avec le Dieu vivant. Nous ne parlons pas non plus de règles, ni de lois mais d’une relation d’amour avec un Dieu qui nous a tellement aimés qu’Il a choisi de prendre notre punition afin que nous soyons réconciliés avec le Père par Sa mort et Sa résurrection. Nous ne parlons pas non plus d’une vie ennuyeuse mais au contraire d’une vie extraordinaire, pleine de fun, de défis et de victoires. Témoigner est simple, il s’agit de vivre une vie de disciple et de partager l’amour de Dieu et la puissance de l’Evangile dans nos vies. Cela n’a rien de théorique, c’est du vécu et vient d'une relation passionnée avec Dieu.

J’ai un ami qui est réellement passionné de chasse, ce qui le pousse à toujours finir par me parler de choses liées à la chasse lorsque nous passons du temps ensemble. Bien que ce ne soit pas un sujet qui m’intéresse particulièrement, j’ai remarqué que par moment sa passion est telle que j’ai même envie de l’accompagner pour vivre cette expérience avec lui. C’est normal, car la passion est communicative et c’est ainsi que notre témoignage se doit d’être le débordement de notre relation passionnée pour Christ.

Ainsi, le témoignage ressemble à une allumette enflammée qui s’approche d’autres allumettes. Vous savez ce que cela va produire : ces autres allumettes vont à leur tour s'enflammer ! De même, sans ce feu du Saint-Esprit à l’intérieur de nos vies, cette passion divine pour le Royaume de Dieu et pour voir des vies rencontrer Christ, sans cette compassion pour celles et ceux qui passeront l’éternité en enfer s’ils n’entendent et ne répondent pas favorablement au message de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, sans tout cela, témoigner n’est qu’une contrainte pour nous et que nous infligeons à tous ceux à qui nous témoignons... Il est donc de notre responsabilité de cultiver une vie passionnée pour Christ, et de ne jamais permettre que notre vie chrétienne devienne une routine.

Paul déclare qu’il n’a pas honte de l’Evangile car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit... Pour bien comprendre la puissance de ces paroles, nous avons besoin de revenir à un fondement que nous avons posé, à savoir le fait que le salut ne concerne pas uniquement l’éternité, mais qu'il commence dès notre conversion et implique l’esprit, l’âme et le corps de toute personne qui choisit de croire. Comprendre cela donne du sens à notre témoignage... Tout d’abord, nous sommes passionnés non seulement d’amour pour notre Dieu, mais également pour ce que Dieu désire faire dans la vie des gens que nous côtoyons. Ce que Dieu a fait pour nous et en nous, Il peut et veut également le faire pour eux...

Notre témoignage est quelque chose de personnel que personne ne peut nous ôter, ni discuter. Car si on peut discuter de théologie, débattre des questions de foi ou contester l’existence de Dieu, personne ne peut mettre en doute ce que Dieu a fait pour nous et en nous... La puissance du témoignage, c’est qu’il ne repose pas sur des principes ou des théories, mais sur du vécu. Et lorsque nous racontons notre histoire et ce que nous vivons avec Dieu, le Saint-Esprit est à l’œuvre pour toucher les cœurs de nos auditeurs... Cette flamme du Saint-Esprit qui est en nous touche les autres, car le Saint-Esprit est toujours à l’œuvre lorsque nous partageons la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu autour de nous. Par ailleurs, le désir de Dieu est que tous soient sauvés (cf. 1 Timothée 2 :4).

Pour conclure, nous sommes appelés à être des témoins en tous lieux et en toutes circonstances, car le témoignage n’est que le résultat de notre passion pour Christ et de notre amour pour notre prochain. Pour vivre ainsi, il nous faut nous décentrer de nous-mêmes afin de nous centrer uniquement sur Christ. La passion est quelque chose qui s’entretient et se développe... Prends donc des habitudes de vies qui vont te permettre de cultiver cette passion. Réfléchis à une ou deux choses que tu peux faire tous les jours pour cela, ensuite note-les dans ta Bible et fais-en une habitude...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 – ENTENDRE ET OBÉIR AUX CRITÈRES DE DIEU 

Tout ce qu’il te semble avoir entendu de la part de Dieu doit obéir aux critères suivants : être biblique, être juste et constructif et t'apporter la joie du Saint-Esprit.

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 3:29 Louis Segond
29 Celui à qui appartient l'épouse, c'est l'époux ; mais l'ami de l'époux, qui se tient là et qui l'entend, éprouve une grande joie à cause de la voix de l'époux : aussi cette joie, qui est la mienne, est parfaite.

Nombres 23:19 Louis Segond
19 Dieu n'est point un homme pour mentir, Ni fils d'un homme pour se repentir. Ce qu'il a dit, ne le fera-t-il pas ? Ce qu'il a déclaré, ne l'exécutera-t-il pas ?

1 Corinthiens 10:23 Louis Segond
23 Tout est permis, mais tout n'est pas utile ; tout est permis, mais tout n'édifie pas.

1 Thessaloniciens 1:6 Louis Segond
6 Et vous-mêmes, vous avez été mes imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations, avec la joie du Saint Esprit,

Romains 14:17 Louis Segond
17 Car le royaume de Dieu, ce n'est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint Esprit.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 3 :29 ; Nombres 23 :19 ; 1 Corinthiens 10 :23 ;
1 Thessaloniciens 1 :6 ; Romains 14 :17 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelle est la référence suprême pour savoir si ce que nous avons entendu vient bien de Dieu ?

Lorsque Dieu nous parle, qu’est-ce que cela produit en nous ?

CONTENU :

Quand on cherche à entendre la voix de Dieu, la question récurrente est toujours de savoir si ce que l’on pense avoir entendu vient de Dieu ou pas. Tu as certainement déjà rencontré des chrétiens qui te disent régulièrement : « Dieu m’a dit... » et, quelques temps plus tard, il semble que Dieu leur ait dit le contraire... Ce qui veut dire qu’au moins l'une des deux affirmations ne provenait pas de Dieu, voire même les deux ! Il faut savoir que nous avons tous des filtres dans nos vies qui nous empêchent parfois de comprendre correctement ce que Dieu nous dit : nous pouvons être influencés par nous-mêmes (sentiments, émotions, désirs, etc.), par les autres, par les circonstances, par le diable ou d’autres puissances occultes. Lorsque l’on croit que Dieu nous a parlé, le meilleur moyen de le confirmer est de le mettre en action en obéissant à ce que nous avons entendu. Car l’obéissance retardée est déjà de la désobéissance et elle ouvre la porte au doute. Cependant, avant cela, il y a quelques critères importants qui nous permettent de tester ce que l'on a reçu.

Tout d’abord, cela doit être biblique, ainsi Dieu ne va jamais dire quelque chose de contraire à l’enseignement de Sa Parole. Par exemple, si une personne dit que Dieu lui a dit de divorcer de son conjoint non-croyant pour se marier avec quelqu’un d’autre, ce n’est clairement pas Dieu qui a parlé, mais la chair de la personne. Dieu n’est pas un homme pour mentir et Il ne va jamais dire quelque chose qui contredit ce qu’Il nous a déjà dit dans la Bible. Et il ne s’agit pas nécessairement de faire référence à un verset spécifique, mais à la globalité et l’esprit de l’enseignement biblique.

Par ailleurs, lorsque Dieu nous parle, cela doit être juste et constructif. Juste, c’est-à-dire en rapport avec la justice qui est révélée dans les valeurs du Royaume de Dieu que nous trouvons développées dans Matthieu 5 à 7. La justice de Dieu fait d’une part opposition au péché, mais d’autre part à l’accusation. Ainsi Dieu ne va jamais parler pour accuser ou condamner, mais au contraire, Il va parler pour relever et pardonner. Ainsi, si nous sommes dans l’erreur, Il va nous convaincre de péché afin de nous permettre de nous repentir et de changer de voie. Ainsi lorsque Dieu nous parle, ce sera toujours en accord avec les valeurs de Son Royaume, mais cela sera également constructif ou, pour utiliser un terme biblique, pour édifier. Dieu ne parle jamais pour ne rien dire, lorsqu’Il parle c’est pour édifier nos vies ou les vies de ceux qui nous entourent ou encore Son Royaume. Il désire nous voir grandir et être transformés de gloire en gloire pour Son Royaume.

Enfin, lorsque Dieu nous parle, cela crée toujours la joie du Saint-Esprit en notre fort intérieur, ce qui ne signifie pas que nous serons toujours réjouis ou tranquilles dans nos émotions ou nos sentiments. En réalité, souvent lorsque Dieu nous parle, cela provoque de l’inconfort dans notre âme, voire même de la pression. Néanmoins, dans notre esprit, là où nous sommes en communion avec Dieu, le Saint-Esprit libère Sa joie. C’est à nous de bien déterminer ce à quoi nous voulons donner de l’importance. Il n’est pas question ici de paix, car souvent des chrétiens te diront qu'ils ne sont pas en paix avec telle ou telle chose, mais ce qu’ils veulent dire, c’est que leur âme est troublée par ce que Dieu met dans leur cœur et j’aimerais dire que c’est normal. Jésus était troublé dans le jardin de Gethsémané avant d’aller à la croix, mais dans Son esprit, il y avait la joie de l’obéissance (cf. Jean 12 :27). De la même manière, Abraham ne pouvait pas être en paix pour aller sacrifier son fils (cf. Genèse 22) et pourtant cela n’a certainement pas empêché son esprit d’être réjoui de faire ce que Dieu lui avait dit.

Une chose importante à souligner, c’est que parfois Dieu nous donne des directions qui concerne l’avenir afin que nous puissions nous préparer et prier pour cela. Ça ne veut pas dire forcément que nous devons les faire du tac au tac, dans l’urgence, comme par exemple le mariage, quitter son travail, partir en mission, etc. Si nous ne sommes pas attentifs l’ennemi peut essayer de nous faire croire que c'est de Dieu et qu'il faut le faire vite pour que l'urgence nous empêche d'être sages et nous pousse à faire des choix qui ne sont pas alignés. Lorsque Dieu parle, nous devons également savoir reconnaître Son temps.

Prends le temps de méditer sur ces différents critères afin de les intégrer dans ton cœur afin que lorsque Dieu parle à ton cœur tu puisses évaluer ce que tu as entendu. Dieu désire te parler et te conduire dans des projets extraordinaires et défiants.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – NOTRE CONSCIENCE : LE TYMPAN DE NOTRE COEUR

Notre conscience est le tympan de notre cœur et est appelée à s’affiner.

VERSETS RÉFÉRENCE :

Genèse 25:27-34 Louis Segond
27 Ces enfants grandirent. Ésaü devint un habile chasseur, un homme des champs ; mais Jacob fut un homme tranquille, qui restait sous les tentes.
28 Isaac aimait Ésaü, parce qu'il mangeait du gibier ; et Rebecca aimait Jacob.
29 Comme Jacob faisait cuire un potage, Ésaü revint des champs, accablé de fatigue.
30 Et Ésaü dit à Jacob : Laisse-moi, je te prie, manger de ce roux, de ce roux-là, car je suis fatigué. C'est pour cela qu'on a donné à Ésaü le nom d'Édom.
31 Jacob dit : Vends-moi aujourd'hui ton droit d'aînesse.
32 Ésaü répondit : Voici, je m'en vais mourir ; à quoi me sert ce droit d'aînesse ?
33 Et Jacob dit : Jure-le moi d'abord. Il le lui jura, et il vendit son droit d'aînesse à Jacob.
34 Alors Jacob donna à Ésaü du pain et du potage de lentilles. Il mangea et but, puis se leva et s'en alla. C'est ainsi qu'Ésaü méprisa le droit d'aînesse.

RÉFLEXIONS :

Lis Genèse 25 :27-34 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Selon ce texte, est-ce qu’Esaü était conscient de ce qui était important pour Dieu ? Explique...

De quoi notre conscience a-t-elle besoin d’être purifiée ?

CONTENU :

La conscience est un cadeau que Dieu a mis à l'intérieur de chaque être humain : que nous connaissions Dieu ou pas, nous avons une conscience. Cependant, lorsque nous avons placé notre confiance en Dieu, nous découvrons que notre conscience s’affine et devient de plus en plus sensible. Néanmoins, nous devons aussi savoir que la conscience peut être réduite au silence ou même être étouffée. Notre conscience est façonnée par les personnes auxquelles nous faisons confiance, ainsi que par notre éducation, le système de valeur de notre société, etc. C’est un moyen que Dieu nous a donné pour que nous puissions savoir reconnaître ce qui est bien et ce qui est mal (cf. Hébreux 13 :18).

Lorsque nous avons rencontré Christ, notre conscience a été purifiée et renouvelée (cf. Hébreux 10 :22), notre échelle de valeur a changé, la Parole de Dieu est devenue notre référence et le Royaume de Dieu notre valeur fondamentale. Il est donc important de cultiver une relation permanente avec le Saint-Esprit afin qu’Il puisse modeler notre conscience. Il y a des choses importantes pour Dieu que nous avons tendance à négliger et certaines choses importantes pour nous ne le sont pas du tout pour Dieu... Esaü avait une conscience aiguë de sa faim, en revanche il n’avait aucune conscience en ce qui concernait son droit d’aînesse. C’est ce qui l’a amené à accepter de troquer ce dernier contre un simple plat de lentilles, échangeant ainsi un privilège assurant son avenir contre quelque chose d’immédiat (cf. Genèse 25 :29-34). Notre conscience doit toujours rester centrée sur le futur, avec l’éternité en ligne de mire, ce qui va nous inspirer dans nos choix immédiats en tenant compte des conséquences futures, car Dieu s’intéresse à notre éternité avant toute chose. Rappelons-nous : que nous servirait-il de gagner le monde si nous perdons notre âme (cf. Matthieu 16 :26) ?

Le péché étouffe notre conscience, ainsi par exemple la personne qui commet l’adultère dans ses pensées et qui ne se laisse pas reprendre par Dieu au travers de sa conscience va trouver des excuses pour penser que ce n’est pas si grave et que finalement ce n’est même pas un péché. Ce qui risque d’engendrer l’action physique de l’adultère, car éteindre sa conscience c’est ouvrir la porte à une manière de vivre de péché. Lorsque quelqu’un banalise quelque chose de grave aux yeux de Dieu, c’est qu’il en est probablement coupable lui-même ou prêt à y succomber. Tu connais certainement cette histoire qui dit que si tu jettes une grenouille dans une casserole d’eau bouillante elle va en ressortir immédiatement, alors que si tu la mets dans de l’eau froide et que tu fais ensuite chauffer l’eau, cette grenouille va mourir sans même essayer de sortir de la casserole. De la même manière, le péché, sous le couvert de la tolérance, essaye de faire passer certaines choses comme normales, alors qu’aux yeux de Dieu elles ne le sont pas... Souvenons-nous toujours que Dieu aime le pécheur et qu’Il s’est donné Lui-même pour le libérer de son péché, par contre Dieu hait le péché. Notre conscience a besoin de rester affinée grâce à notre relation avec Dieu, afin que nous ne tombions pas dans la religiosité qui condamne à tout bout de champ ni dans le piège de la tolérance de l’humanisme.

C’est pour cette raison que nous avons besoin de rester centrés sur Jésus et que notre esprit soit animé par le Saint-Esprit, car c’est ce qui nous permettra de vivre dans la plénitude de la grâce de Dieu sans sombrer dans le compromis. Lorsque notre conscience nous reprend, la seule véritable réponse à donner est la repentance, car c’est cette dernière qui nous permet d’avoir une conscience purifiée en nous redonnant une véritable sensibilité à la voix de Dieu.

Notre conscience n’est jamais trop sensible et il est important de bien savoir l’écouter, car c’est le tympan de notre cœur pour être à l'écoute de la voix de Dieu. Prends donc un moment avec Dieu et je t’encourage à décider devant Dieu d’écouter et de suivre ta conscience.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – La sainteté n’est pas facultative, c’est un ordre !

La sainteté n’est pas facultative, c’est un ordre !

VERSETS RÉFÉRENCE :

1 Pierre 1:15-16 Louis Segond

15 Mais, puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite, selon qu'il est écrit:
16 Vous serez saints, car je suis saint.

RÉFLEXIONS :

Lis 1 Pierre 1 :15-16 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi Dieu donne-t-Il un tel ordre ?

Comment reconnaît-on une sainteté factice qui n’honore pas Dieu et quelles en sont les caractéristiques ?

CONTENU :

Te rends-tu compte que nous irons au ciel et passerons l’éternité avec Dieu uniquement parce que nous avons placé notre confiance en Jésus ? Et que le fait d’avoir fait un jour une prière de repentance nous garantit à jamais de recevoir notre salut ? Néanmoins, ne considérer que cela conduit les gens à vivre une double vie, donnant l'image de « bon chrétien » à l’église et ayant une vie « normale » le reste du temps... Ce qui en réalité est une position très inconfortable, car on n’est alors bien nulle part...

De plus, il n’est pas possible de vivre ainsi et de prétendre à l’assurance de son salut, car la Bible déclare que sans la sanctification, nul ne verra le Seigneur (cf. Hébreux 12 :14). L’assurance du salut est une attestation intérieure du Saint-Esprit à notre esprit dans la mesure où le point de départ de notre vie chrétienne est une conversion profonde qui s’est manifestée par une coupure réelle vis-à-vis du péché dans notre vie. D’autre part, Jésus n’a pas deux personnalités, Il n’est pas le Sauveur de certains et le Seigneur pour d’autres, cela en fonction de ce que l’on choisit. Il est à la fois notre Seigneur et notre Sauveur. Nous ne pouvons pas prétendre rencontrer le Sauveur Jésus sans être confronté à Sa Seigneurie et de ce fait Le voir transformer nos vies.

Dieu nous laisse toujours libres, cependant nous avons un choix à faire : celui d’aimer Dieu et de Le suivre ou bien celui de vivre notre vie selon nos propres critères et désirs. Même lorsque nous sommes remplis du Saint-Esprit et assurés du pardon de Dieu, nous avons besoin de rester vigilants à l’égard du péché pour ne pas nous tromper nous-mêmes en pensant quelque chose du style : « C’est étonnant, je peux pécher et rester dans la foi... ». Car le péché est très insidieux, il commence à la manière d’une semence, mais tôt ou tard, il nous rattrape et nous détruit si nous n’avons pas su le confesser et l’abandonner.

Le péché commence souvent par quelque chose de simple et de petit. Dans Josué 7 :21, Akân décrit très bien le cheminement qui l’a mené vers le péché lorsqu’il dit : « j’ai VU... j’en ai eu ENVIE et je l’ai PRIS... », et cela l’a conduit à la mort. De la même manière, le péché nous mène à la mort si nous ne nous repentons pas, c’est pourquoi Dieu nous donne cet ordre de nous mettre à part, c’est-à-dire de nous sanctifier. Le péché s'immisce par ce que nous voyons et/ou pensons : on ne peut pas s’empêcher de voir ou de penser certaines choses, ce qui engendre de la tentation. Jusque-là il n’y a pas encore de péché, la tentation n’est pas un péché : même Jésus a été tenté (cf. Luc 4 :2), cependant Jésus n’a jamais commis de péché. Cependant c'est notre manière de gérer la tentation qui peut produire le péché.

Notre responsabilité est d’obéir à l’ordre de sanctification de Dieu en choisissant de rejeter toutes pensées et toutes images qui nous empêchent de nous mettre à part pour notre Dieu. Nous ne devons alors pas cultiver ou nourrir ces choses, savoir détourner le regard, refuser la convoitise et l’envie afin de trouver la plénitude dans la présence de Dieu. Jésus a vaincu la tentation en utilisant la Parole de Dieu, agissons donc de même. Par exemple, pour vaincre la convoitise, nous pouvons tout simplement proclamer ce verset de Colossiens 2 :10 qui déclare que nous avons tout pleinement en Christ. Ainsi, si sans Lui, nous n’avons rien et qu’Il est la source de tout, nous n'avons donc pas besoin de nous préoccuper de cela. Ou nous pouvons encore proclamer Matthieu 6 :33 pour affirmer notre décision de chercher le Royaume de Dieu avant toutes choses et qu’il s’agit là de notre priorité en sachant que tout le reste nous est donné par Christ.

Le Seigneur nous donne un ordre : « Soyez saints comme je suis saint. » Quelle va être notre réponse ? Prends du temps pour prier afin de te positionner devant Dieu.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 1 – La Sainteté un état de vie : une vie de mise à part pour Dieu

La sainteté, ce n’est pas avoir une auréole et marcher cinquante centimètres au-dessus du sol, mais c’est un état de vie : une vie de mise à part pour Dieu

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 17 :15-19 Louis Segond
15 Je ne te prie pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal.
16 Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde.
17 Sanctifie-les par ta vérité: ta parole est la vérité.
18 Comme tu m'as envoyé dans le monde, je les ai aussi envoyés dans le monde.
19 Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu'eux aussi soient sanctifiés par la vérité.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 17 :15-19 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Dans ce texte de Jean 17, pour quelle raison Jésus prie-t-Il Son Père ?

Quelle est la première demande de Jésus dans Sa prière ? Et pourquoi, selon toi ?

CONTENU :

Lorsque l’on parle d’être saint, de nombreuses personnes n’ont pas une bonne vision de ce qu’est la sainteté́, pour beaucoup cela rime avec une vie monastique. Cette conception provient du système de canonisation de l’église traditionnelle qui nous transmet une image de saints auréolés et parfaits, lesquels semblent flotter en dehors de la réalité́ en vivant de manière quasi parfaite. Ceci est une fausse vision de la sainteté́. Pour d’autres, la sainteté rime avec quelque chose de négatif, d’austère, de triste, de frustrant et de contraignant... Au contraire, la sainteté est quelque chose de merveilleux, de joyeux et d'incroyablement épanouissant. Et en réalité, la sainteté n’est pas liée à nos actions mais à notre identité.

Dans ce texte de Jean 17, à quelques heures de Sa crucifixion, Jésus formule une prière particulière pour Ses disciples, donc pour nous aussi, afin que nous soyons saints. Cela révèle bien la conception que Jésus avait de la sainteté et de sa nécessité pour nous. Tout d’abord, Jésus va prier concernant notre relation avec le monde. Il ne demande pas au Père de nous retirer du monde, mais de nous garder du Malin. Ce qui s’oppose à ce que nombre de chrétiens espèrent secrètement, à savoir que Dieu les retire du monde pour les isoler dans Sa présence. Certains vont même essayer de faire le maximum pour sortir du monde, cependant ce n’est pas la volonté de Dieu. Il désire nous envoyer dans le monde. Ainsi, ce n’est pas à nous de sortir du monde, mais au monde de sortir de nous ! Car ce n’est pas en refusant d’affronter les pièges de la tentation et en s’isolant complètement que nous deviendrons résistants au péché. La sainteté, c’est tout sauf vivre dans une bulle, au contraire, c’est faire la différence dans le monde, à cause de Sa présence en nous.

Être saint, c’est choisir de répondre à l’appel de Dieu et à notre identité de disciples en mettant notre vie à part pour Le servir dans le monde, là où Il nous a placés pour être Sa lumière et apporter Son salut. Si Dieu avait prévu que nous sortions du monde, Il aurait simplement prévu de nous prendre avec Lui au ciel dès que nous l'avions rencontré ou après notre baptême. Mais ce n’est pas le cas, car Il a choisi de nous envoyer dans le monde pour être des ambassadeurs de Son Royaume et écrire Son histoire. Alors arrêtons de vouloir absolument sortir du monde, n’essayons pas de le faire en tentant de créer nos structures aseptisées de toute influence du monde... Au contraire, profitons de pouvoir être dans le monde pour y répandre la lumière et la vie de Christ, car c’est une chance unique que nous ne pourrons plus faire dans l’éternité...

Dieu désire que nous vivions afin de Le représenter dans le monde. Et c’est à nous de décider de mettre notre vie à part pour Le servir. Se mettre à part, c’est choisir de faire sortir le monde de nos vies afin que la plénitude de la nature de Christ et de Son Royaume nous remplisse. Cela vient toucher directement à la motivation de nos vies, à savoir est-ce que nous vivons pour nous-mêmes dans le but de satisfaire nos propres désirs ou est-ce que nous vivons pour Christ et pour Son Royaume ? Il s’agit de renoncer à faire de notre propre vie le centre de notre monde afin que Jésus devienne et soit notre seule raison de vivre et d’exister. Ainsi, nous ne vivons plus pour nous-mêmes, mais pour Celui – Christ – qui vit en nous, ce qui nous permet d’être dans le monde sans être du monde.

Adoptons donc cette vision positive et simple de la sainteté, à savoir une vie mise à part pour Le servir, et décidons de nous engager dans cette voie unique et exceptionnelle... Avant de continuer ta journée, prends un moment pour mettre ta vie à part pour Dieu, choisis de te libérer de tout ce qui te retient de Le servir, engage-toi simplement avec Lui, tu peux prier ces paroles inspirées d’Hébreux 12 :1-2 : « Je rejette tout fardeau et le péché qui m’enveloppe si facilement et je cours avec persévérance l’épreuve qui m’est proposé en gardant les yeux fixés sur Jésus qui est l’auteur de ma foi et qui la mène à la perfection ». Et fais de cette prière une habitude quotidienne...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram