Jour 1 – Les miracles, les signes et les prodiges sont des interventions de Dieu dans notre quotidien

 

VERSETS RÉFÉRENCE : 

Actes 28:1-10 Louis Segond
1 Après nous être sauvés, nous reconnûmes que l'île s'appelait Malte.
2 Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune; ils nous recueillirent tous auprès d'un grand feu, qu'ils avaient allumé parce que la pluie tombait et qu'il faisait grand froid.
3 Paul ayant ramassé un tas de broussailles et l'ayant mis au feu, une vipère en sortit par l'effet de la chaleur et s'attacha à sa main.
4 Quand les barbares virent l'animal suspendu à sa main, ils se dirent les uns aux autres: Assurément cet homme est un meurtrier, puisque la Justice n'a pas voulu le laisser vivre, après qu'il a été sauvé de la mer.
5 Paul secoua l'animal dans le feu, et ne ressentit aucun mal.
6 Ces gens s'attendaient à le voir enfler ou tomber mort subitement; mais, après avoir longtemps attendu, voyant qu'il ne lui arrivait aucun mal, ils changèrent d'avis et dirent que c'était un dieu.
7 Il y avait, dans les environs, des terres appartenant au principal personnage de l'île, nommé Publius, qui nous reçut et nous logea pendant trois jours de la manière la plus amicale.
8 Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s'étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit.
9 Là-dessus, vinrent les autres malades de l'île, et ils furent guéris.
10 On nous rendit de grands honneurs, et, à notre départ, on nous fournit les choses dont nous avions besoin. 

RÉFLEXIONS :

Lis  Actes 28 :1-10 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

En tant que disciple de Christ, comment définirais-tu le terme « miracle » en plusieurs points ?

Ce texte d’Actes 28 nous décrit une journée de l’apôtre Paul. A sa place, comment aurais-tu réagi ?

CONTENU :

Tout d’abord, il est important de bien déterminer le sens du mot « miracle », car notre vision du monde a été profondément marquée et remodelée par le rationalisme et le doute systématique. Pour être plus exact, notre pensée a été remodelée par une philosophie naturaliste et humaniste qui définit le monde comme étant le résultat de causes naturelles et matérielles. Ainsi, on ne vous empêchera pas directement de croire en Dieu : c’est beaucoup plus subtil que cela, on vous dira que vous pouvez croire ce que vous voulez, que cela est permis, mais que la réalité se limite au monde des causes naturelles. A partir de là, ce que vous croyez sur le plan du miraculeux est automatiquement relégué au domaine de l'imaginaire, et l'idée même de le tester sur le plan naturel semble absurde : les miracles n'existent pas... donc les miracles n'existent pas. Voilà en réalité la profondeur du raisonnement des philosophes qui disent que ce que vous croyez ne peut pas avoir d’influence sur la réalité, comme si la foi était totalement en dehors de la réalité. Au fond, c'est l’homme qui a créé un dieu à son image et non plus Dieu qui a créé l’Homme à Son image, ce qui conduit à un rejet et à un déni du miraculeux. On a tendance à s’appuyer sur ce que l’on connaît au lieu de reconnaître que Dieu est le Créateur de toutes choses, le Tout-Puissant qui opère des miracles.

Dans le texte que nous avons lu, nous lisons le descriptif d’une journée « normale » de l’apôtre Paul où Dieu intervient avec puissance. De la même manière, Il a prévu d’agrémenter le quotidien de chacun d'entre nous par Sa puissance. Paul fait naufrage, échappe à la mort et se retrouve sur l’île de Malte. Alors qu’il veut mettre du bois dans le feu, une vipère le mord. Les habitants du pays présents sur place se disent : « Il va mourir, c’est certainement un homme mauvais et la 'justice' l’a puni ». Car à leurs yeux et dans leur compréhension, la morsure de la vipère n’est pas le résultat des circonstances ou du hasard mais c’est une intervention surnaturelle. Par la suite, ils constatent que Paul n’est pas affecté par la morsure – ce qui est la conséquence de la promesse que Jésus nous a faite dans Marc 16 :16s. Ils en déduisent alors que Paul est un dieu. Tout cela se passe sur l’île de Malte, il y a près de 2000 ans et bien avant le rationalisme...

Qu’aurions-nous dit dans les mêmes circonstances ? Qu’il s’agit d’une chance extraordinaire, d’une coïncidence, que la vipère n’avait pas de venin, qu’elle était déjà morte, qu’en fait c’était une couleuvre, etc. ? Une chose est certaine, nous n’aurions jamais fait les mêmes déductions que les gens autour de Paul à ce moment-là. Et cela parce que notre vision du monde est différente : nous réfléchissons tout d’abord à toutes les causes naturelles possibles et nous laissons la place à la possibilité d’un miracle comme étant la dernière probabilité ! Voire souvent, cette dernière explication est tout simplement rejetée et on préfère l’appeler « hasard », tout en nous disant qu’il doit bien avoir une explication rationnelle et une cause naturelle et logique, mais que nos connaissances présentes ne nous permettent pas de l'expliquer.

Dieu ne nous demande pas d’abandonner notre logique ni de renoncer à notre quotient intellectuel parce que nous sommes disciples... Bien au contraire, Dieu nous invite à avoir l’intelligence de comprendre que le monde dans lequel nous vivons est plus grand que ce que nous pensons : il n’y a pas seulement un monde visible, il y a aussi un monde invisible et ce que nous voyons n’est que le résultat de ce qui se passe dans l'invisible (cf. Hébreux 11:3).

Un miracle est donc une irruption du monde invisible dans notre monde visible. C’est ce que nous ne voyons pas et espérons qui devient visible. Néanmoins le miracle biblique est bien plus qu’un phénomène surnaturel, c'est Dieu qui est à la source du miracle, à son origine, et non pas le diable. C’est une intervention de Dieu en faveur de sa Création. Ainsi, le simple fait que quelque chose soit surnaturel ne signifie pas nécessairement que cela vienne de Dieu.

Au travers de cette définition, il nous apparaît que les miracles accomplis par Jésus et qu’il accomplit encore aujourd’hui au travers de son corps, l’Eglise, ont toujours eu pour but pour révéler quelque chose du caractère et de la nature de Dieu. Ils sont une manifestation évidente de Son amour, de Sa compassion, ou d’autres facettes de son caractère telles que Sa justice, Sa  fidélité, Son omniscience, etc. Un vrai miracle divin va toujours amener à l’adoration de Dieu et à élever le nom de Jésus.

Un miracle n’est pas quelque chose que l’on peut faire par nous-mêmes, ce n’est pas un tour de magie ou quelque chose qui va attirer l’attention sur nous-mêmes. Dieu est l’unique auteur des miracles. Le livre des Actes montre très clairement que c’est Jésus, par le Saint-Esprit, qui opérait les miracles au travers des mains des apôtres. Pourquoi ne pas prendre un temps pour demander au Saint-Esprit de venir te rencontrer et te révéler tout ce qui pourrait faire obstacle au miraculeux dans ta vie ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 2 – Les miracles ne sont pas des actes extraordinaires qui n'ont lieu que très rarement, au contraire, ils font partie du quotidien de Dieu et peuvent faire partie du nôtre !

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 14:12-13 Louis Segond
12 En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les oeuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père;
13 et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.

1 Corinthiens 4:20 Louis Segond
20 Car le royaume de Dieu ne consiste pas en paroles, mais en puissance.

Hébreux 11:33-34 Louis Segond
33 qui, par la foi, vainquirent des royaumes, exercèrent la justice, obtinrent des promesses, fermèrent la gueule des lions,
34 éteignirent la puissance du feu, échappèrent au tranchant de l'épée, guérirent de leurs maladies, furent vaillants à la guerre, mirent en fuite des armées étrangères.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 14 :12-13, 1 Corinthiens 4 :20 et Hébreux 11 :33-34 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que ces passages t'inspirent ?

Vis-tu une vie de miracles dans ton quotidien ? Si oui, qu'est-ce qui te permet de vivre ainsi et, si non, qu’est-ce qui y fait obstacle ?

CONTENU :

Dans notre langage, le mot miracle implique quelque chose qui est hors norme et exceptionnel, voire extraordinaire. De ce fait, nous pouvons avoir tendance à enfermer le miraculeux dans le tiroir des exceptions, ce qui va nous conduire à vivre nos vies de disciples par nos propres forces. Si c’est le cas, il est important de se repentir, de changer de manière de voir, car Dieu a prévu que les miracles ne soient pas des exceptions dans la vie du disciple, car en fait ils en sont la règle et la norme...

Le miracle est quelque chose de surnaturel, c’est une intervention divine dans notre monde. Ce surnaturel est en réalité le naturel de Dieu, ce qui implique qu'ils doivent devenir le naturel pour nous qui sommes Ses enfants. Lorsque nous lisons les Evangiles et les Actes des Apôtres, nous découvrons très rapidement que le miraculeux faisait partie du quotidien de Jésus et par la suite de l’Eglise. C’était quelque chose de normal et de naturel, ceux qui suivaient Jésus ne pouvaient même plus imaginer que cela ne se produise pas. Non seulement eux, mais même les religieux de l’époque qui ne croyaient pas en Jésus savaient que le miraculeux était la norme pour Lui, ce qui les conduisaient à l’observer et à attendre le miracle pour l’accuser (cf. Marc 3 :2). En tant qu’enfants de Dieu et disciples de Christ, Son naturel est appelé à devenir notre naturel.

La vie de disciple ne peut pas être vécue bibliquement sans la dimension du surnaturel, car sinon cela indique que nous vivons selon la chair et non par l’Esprit. Le miracle est le résultat normal et direct de la collaboration du Saint- Esprit avec nous. Dieu désire manifester Sa puissance et révéler Son amour, c’est pour cette raison que Jésus a dit que nous ferions de plus grandes œuvres que Lui (cf. Jean 14 :12). Car Dieu est proche de nous, Il s’intéresse à nous et désire profondément agir dans notre vie quotidienne, et ce à chaque instant et en tous lieux. Dès lors, pour vivre le miraculeux, nous devons arrêter de compter sur nos propres forces et sur nos capacités ainsi que renoncer à vouloir limiter Dieu à ce que nous pensons possible. De la même manière que la plupart des miracles de Jésus ont eu lieu en dehors de la synagogue, nous sommes appelés à vivre la plus grande partie des miracles en dehors des murs de nos bâtiments d’églises. Ils sont un signe pour le monde qui viennent révéler l’amour de Dieu pour permettre aux gens de rencontrer Jésus.

Car le miracle ne consiste pas uniquement dans des choses spectaculaires, tels un paralytique qui marche ou une personne aveugle qui voit. Dieu désire manifester Sa Puissance et Son intervention dans tous les domaines de nos vies, y compris les plus petites choses, pour nous ainsi que pour les personnes qui nous entourent. C’est ce qui permet à Paul de dire que le Royaume de Dieu ne consiste pas dans des mots, mais dans de la puissance (cf. 1 Corinthiens 4 :20). Saisir cette réalité nous permet de ne plus être de celles et de ceux qui subissons les événements, mais au contraire d'être de celles et de ceux qui les provoquons et qui écrivons l’Histoire.

Sans le miraculeux, notre vie n'entrera jamais dans son plein potentiel et nous passerons à côté de notre destinée. Alors, entre dans Son naturel, commence à t’attendre à Dieu dans toutes les situations que tu peux rencontrer. Prends un moment de prière pour dire à Dieu ta soif de vivre Ses projets au quotidien et décide d’aligner ton agenda sur le Sien... Vivre le miraculeux, c’est simple, c’est une question de relation et de partenariat avec Dieu.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Être témoin, c’est transmettre notre passion...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Romains 1:16 Louis Segond
16 Car je n'ai point honte de l'Évangile: c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec,

 2 Timothée 1:6-12 Louis Segond
6 C'est pourquoi je t'exhorte à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l'imposition de mes mains.
7 Car ce n'est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné, mais un esprit de force, d'amour et de sagesse.
8 N'aie donc point honte du témoignage à rendre à notre Seigneur, ni de moi son prisonnier. Mais souffre avec moi pour l'Évangile,
9 par la puissance de Dieu qui nous a sauvés, et nous a adressé une sainte vocation, non à cause de nos oeuvres, mais selon son propre dessein, et selon la grâce qui nous a été donnée en Jésus Christ avant les temps éternels,
10 et qui a été manifestée maintenant par l'apparition de notre Sauveur Jésus Christ, qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Évangile.
11 C'est pour cet Évangile que j'ai été établi prédicateur et apôtre, chargé d'instruire les païens.
12 Et c'est à cause de cela que je souffre ces choses ; mais j'en ai point honte, car je sais en qui j'ai cru, et je suis persuadé qu'il a la puissance de garder mon dépôt jusqu'à ce jour-là.

RÉFLEXIONS :

Lis Romains 1 :16 et 2 Timothée 1 :6-12 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi est-ce que le témoignage est si important ?

Paul parle de souffrances à cause du témoignage de l’Evangile, qu’est-ce qui le motive à continuer de témoigner et qu’est-ce que cela m’inspire pour ma vie ?

CONTENU :

Lorsque l’on parle de témoigner, il est important de souligner à nouveau que c’est simple. Ce n’est pas quelque chose que nous devons nous forcer à faire, au contraire c’est quelque chose qui doit devenir naturel. Tout d’abord parce que nous ne parlons pas d’une religion, mais d’une relation que nous entretenons avec le Dieu vivant. Nous ne parlons pas non plus de règles, ni de lois mais d’une relation d’amour avec un Dieu qui nous a tellement aimés qu’Il a choisi de prendre notre punition afin que nous soyons réconciliés avec le Père par Sa mort et Sa résurrection. Nous ne parlons pas non plus d’une vie ennuyeuse mais au contraire d’une vie extraordinaire, pleine de fun, de défis et de victoires. Témoigner est simple, il s’agit de vivre une vie de disciple et de partager l’amour de Dieu et la puissance de l’Evangile dans nos vies. Cela n’a rien de théorique, c’est du vécu et vient d'une relation passionnée avec Dieu.

J’ai un ami qui est réellement passionné de chasse, ce qui le pousse à toujours finir par me parler de choses liées à la chasse lorsque nous passons du temps ensemble. Bien que ce ne soit pas un sujet qui m’intéresse particulièrement, j’ai remarqué que par moment sa passion est telle que j’ai même envie de l’accompagner pour vivre cette expérience avec lui. C’est normal, car la passion est communicative et c’est ainsi que notre témoignage se doit d’être le débordement de notre relation passionnée pour Christ.

Ainsi, le témoignage ressemble à une allumette enflammée qui s’approche d’autres allumettes. Vous savez ce que cela va produire : ces autres allumettes vont à leur tour s'enflammer ! De même, sans ce feu du Saint-Esprit à l’intérieur de nos vies, cette passion divine pour le Royaume de Dieu et pour voir des vies rencontrer Christ, sans cette compassion pour celles et ceux qui passeront l’éternité en enfer s’ils n’entendent et ne répondent pas favorablement au message de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, sans tout cela, témoigner n’est qu’une contrainte pour nous et que nous infligeons à tous ceux à qui nous témoignons... Il est donc de notre responsabilité de cultiver une vie passionnée pour Christ, et de ne jamais permettre que notre vie chrétienne devienne une routine.

Paul déclare qu’il n’a pas honte de l’Evangile car c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit... Pour bien comprendre la puissance de ces paroles, nous avons besoin de revenir à un fondement que nous avons posé, à savoir le fait que le salut ne concerne pas uniquement l’éternité, mais qu'il commence dès notre conversion et implique l’esprit, l’âme et le corps de toute personne qui choisit de croire. Comprendre cela donne du sens à notre témoignage... Tout d’abord, nous sommes passionnés non seulement d’amour pour notre Dieu, mais également pour ce que Dieu désire faire dans la vie des gens que nous côtoyons. Ce que Dieu a fait pour nous et en nous, Il peut et veut également le faire pour eux...

Notre témoignage est quelque chose de personnel que personne ne peut nous ôter, ni discuter. Car si on peut discuter de théologie, débattre des questions de foi ou contester l’existence de Dieu, personne ne peut mettre en doute ce que Dieu a fait pour nous et en nous... La puissance du témoignage, c’est qu’il ne repose pas sur des principes ou des théories, mais sur du vécu. Et lorsque nous racontons notre histoire et ce que nous vivons avec Dieu, le Saint-Esprit est à l’œuvre pour toucher les cœurs de nos auditeurs... Cette flamme du Saint-Esprit qui est en nous touche les autres, car le Saint-Esprit est toujours à l’œuvre lorsque nous partageons la Bonne Nouvelle du Royaume de Dieu autour de nous. Par ailleurs, le désir de Dieu est que tous soient sauvés (cf. 1 Timothée 2 :4).

Pour conclure, nous sommes appelés à être des témoins en tous lieux et en toutes circonstances, car le témoignage n’est que le résultat de notre passion pour Christ et de notre amour pour notre prochain. Pour vivre ainsi, il nous faut nous décentrer de nous-mêmes afin de nous centrer uniquement sur Christ. La passion est quelque chose qui s’entretient et se développe... Prends donc des habitudes de vies qui vont te permettre de cultiver cette passion. Réfléchis à une ou deux choses que tu peux faire tous les jours pour cela, ensuite note-les dans ta Bible et fais-en une habitude...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 6 – ÉCOUTER DIEU : PARTAGER ET SOUMETTRE SES PENSÉES

Ecouter Dieu, c’est aussi savoir partager et soumettre ce que nous pensons avoir reçu avec des personnes de confiance...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Actes 21:10-14 Louis Segond
10 Comme nous étions là depuis plusieurs jours, un prophète, nommé Agabus, descendit de Judée,
11 et vint nous trouver. Il prit la ceinture de Paul, se lia les pieds et les mains, et dit : Voici ce que déclare le Saint Esprit : L'homme à qui appartient cette ceinture, les Juifs le lieront de la même manière à Jérusalem, et le livreront entre les mains des païens.
12 Quand nous entendîmes cela, nous et ceux de l'endroit, nous priâmes Paul de ne pas monter à Jérusalem.
13 Alors il répondit : Que faites-vous, en pleurant et en me brisant le cœur ? Je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus.
14 Comme il ne se laissait pas persuader, nous n'insistâmes pas, et nous dîmes : Que la volonté du Seigneur se fasse !

2 Samuel 7:1-13 Louis Segond
1 Lorsque le roi habita dans sa maison, et que l'Éternel lui eut donné du repos, après l'avoir délivré de tous les ennemis qui l'entouraient,
2 il dit à Nathan le prophète : Vois donc ! j'habite dans une maison de cèdre, et l'arche de Dieu habite au milieu d'une tente.
3 Nathan répondit au roi : Va, fais tout ce que tu as dans le coeur, car l'Éternel est avec toi.
4 La nuit suivante, la parole de l'Éternel fut adressée à Nathan :
5 Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle l'Éternel : Est-ce toi qui me bâtirais une maison pour que j'en fasse ma demeure ?
6 Mais je n'ai point habité dans une maison depuis le jour où j'ai fait monter les enfants d'Israël hors d'Égypte jusqu'à ce jour ; j'ai voyagé sous une tente et dans un tabernacle.
7 Partout où j'ai marché avec tous les enfants d'Israël, ai-je dit un mot à quelqu'une des tribus d'Israël à qui j'avais ordonné de paître mon peuple d'Israël, ai-je dit : Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdre ?
8 Maintenant tu diras à mon serviteur David : Ainsi parle l'Éternel des armées : Je t'ai pris au pâturage, derrière les brebis, pour que tu fusses chef sur mon peuple, sur Israël ;
9 j'ai été avec toi partout où tu as marché, j'ai exterminé tous tes ennemis devant toi, et j'ai rendu ton nom grand comme le nom des grands qui sont sur la terre ;
10 j'ai donné une demeure à mon peuple, à Israël, et je l'ai planté pour qu'il y soit fixé et ne soit plus agité, pour que les méchants ne l'oppriment plus comme auparavant
11 et comme à l'époque où j'avais établi des juges sur mon peuple d'Israël. Je t'ai accordé du repos en te délivrant de tous tes ennemis. Et l'Éternel t'annonce qu'il te créera une maison.
12 Quand tes jours seront accomplis et que tu seras couché avec tes pères, j'élèverai ta postérité après toi, celui qui sera sorti de tes entrailles, et j'affermirai son règne.
13 Ce sera lui qui bâtira une maison à mon nom, et j'affermirai pour toujours le trône de son royaume.

RÉFLEXIONS :

Lis Actes 21 :10-14 et 2 Samuel 7 :1-13 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

A ton avis, pourquoi est-ce que Paul se rend quand même à Jérusalem et cela malgré la parole prophétique donnée par Agabus ?

Qu’est-ce que ce récit de 2 Samuel 7 t’inspire par rapport au fait de partager ce que tu as reçu de Dieu ?

CONTENU :

Si entendre Dieu est simple, nous avons besoin de reconnaître que parfois ce que nous avons entendu n’est que le fruit de nos propres désirs ou de notre imagination... Car même lorsque nous sommes passionnés d’amour pour Christ, nous vivons dans un corps charnel et ce que nous recevons peut venir de nous-mêmes, être déformé ou simplement mal interprété... C’est le cas pour David dans le texte que nous avons lu. Ce dernier a bien reçu de Dieu qu’il fallait bâtir un temple, cependant il n’avait pas compris que ce n’était pas à lui de le faire. Dieu lui avait parlé afin qu’il puisse préparer les choses à cet effet. C’est pour ces raisons que nous avons besoin d’avoir l’humilité de soumettre ce que nous avons reçu à des personnes qui sauront nous aider à le comprendre et à le vivre.

Le choix des personnes à qui nous partageons ce que nous pensons avoir reçu de Dieu est très important, car il ne s’agit pas seulement d’évaluer ce que nous avons reçu, mais également de savoir comment éventuellement le vivre. Ces personnes seront donc un soutien et des garants à qui nous pourrons rendre des comptes par la suite. Car souvenons-nous toujours que Dieu ne nous parle pas uniquement pour nous informer mais pour que nous agissions, c’est pour cela qu’il est important de choisir de rendre des comptes concernant nos actes. Quant à David, il s’est confié auprès du prophète Nathan. Or ce dernier avait une caractéristique particulière : il reflétait le caractère de Dieu qui dit « oui » s’Il ne dit pas « non ». C’est ainsi que Nathan va dire à David « Va, et fais tout ce que tu as dans le cœur... ». Les personnes à qui nous allons partager ce que nous pensons avoir entendu de Dieu ne sont pas là pour nous limiter, nous contrôler ou nous retenir, mais au contraire pour nous soutenir, nous encourager et nous accompagner afin que nous entrions toujours plus dans le plan de Dieu. Nathan a ce cœur et en même temps il reste à l’écoute de Dieu, c’est ce qui va lui permettre d’expliquer à David ce qu’il a reçu et de permettre à ce que la volonté de Dieu se fasse...

Pour ce qui est du texte d’Actes 7 où Dieu avertit Paul au travers du prophète Agabus, il ne s’agit pas là de l’empêcher de faire ce qu’il a sur son cœur, mais au contraire de le préparer à ce qui va arriver. L’entourage de Paul tente de retenir Paul de partir à Jérusalem, alors que celui-ci a compris que c'est une confirmation de ce que Dieu lui avait déjà dit. N’oublions pas que lors de son appel, il avait été dit qu’il serait un témoin devant les nations (ceux qui ne connaissent pas Christ comme Seigneur et Sauveur), les rois et les enfants d’Israël, mais aussi qu’il allait souffrir (cf. Actes 9 :15-16). C’est exactement ce qui s’est produit par la suite. Lorsque Dieu nous parle, Il ne change jamais d’avis, mais Il confirme ce qu’Il a déjà dit et nous entraîne plus loin... Ici le partage de ce qui est reçu a été interprété par l’entourage de Paul de manière émotionnelle. Cela nous rappelle que ce que nous partageons doit toujours être évalué à la lumière, non seulement des Ecritures, mais aussi de ce que Dieu a déjà dit. Il y a là également un enseignement important, celui de savoir parfois avoir les confirmations dont nous avons besoin. Car ce que Dieu fait se situe toujours dans une continuité : plus on prend de l’âge et plus, en regardant en arrière, on voit que la voix de Dieu dans notre vie est cohérente et s'inscrit dans une continuité.

Lorsque nous avons partagé ce que nous pensons avoir entendu à des personnes – qui nous aiment assez pour nous dire la vérité et qui veulent notre réussite (assurons-nous également que ces individus soient assez « fous » pour croire ce que Dieu dit sans vouloir restreindre ou limiter ce que Dieu veut faire) – nous restons responsables de ce que nous allons faire de ce que nous avons entendu. Soit nous avons l’humilité, comme David l'a eu, de réévaluer les choses et d'agir en conséquence, soit nous avons comme Paul la détermination et la foi de persévérer dans notre obéissance à ce que Dieu a dit. Néanmoins, au bout du compte, c’est notre décision, et celles et ceux à qui nous avons partagé ce que nous avons reçu sont là pour prier pour nous, pour nous soutenir et nous relever si nous nous trompons...

Les Proverbes nous disent que le salut se trouve dans le nombre des conseillers (cf. Proverbes 11 :14 et 24 :6) : il y a une véritable puissance dans le partage. Développe donc des relations de confiance qui te permettront de vivre cela. Tu vas découvrir qu’en partageant ce que tu penses avoir entendu de Dieu, cela va être élargi et enrichi et que Son Royaume va s’étendre... Qui sont les gens que Dieu a mis autour de toi afin que tu puisses partager ton cœur et tes rêves ? N’attends pas pour prendre du temps avec eux.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 – Le Salut Corps, Âme et Esprit

VERSETS RÉFÉRENCE :

1 Thessaloniciens 5:23 Louis Segond (LSG)
23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus Christ!

Jean 10:10 Louis Segond (LSG)
10 Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu'elles soient dans l'abondance.

Luc 5:17-25 Louis Segond (LSG)
17 Un jour Jésus enseignait. Des pharisiens et des docteurs de la loi étaient là assis, venus de tous les villages de la Galilée, de la Judée et de Jérusalem; et la puissance du Seigneur se manifestait par des guérisons.
18 Et voici, des gens, portant sur un lit un homme qui était paralytique, cherchaient à le faire entrer et à le placer sous ses regards.
19 Comme ils ne savaient par où l'introduire, à cause de la foule, ils montèrent sur le toit, et ils le descendirent par une ouverture, avec son lit, au milieu de l'assemblée, devant Jésus.
20 Voyant leur foi, Jésus dit: Homme, tes péchés te sont pardonnés.
21 Les scribes et les pharisiens se mirent à raisonner et à dire: Qui est celui-ci, qui profère des blasphèmes? Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul?
22 Jésus, connaissant leurs pensées, prit la parole et leur dit: Quelles pensées avez-vous dans vos coeurs?
23 Lequel est le plus aisé, de dire: Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, et marche?
24 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés: Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.
25 Et, à l'instant, il se leva en leur présence, prit le lit sur lequel il était couché, et s'en alla dans sa maison, glorifiant Dieu.

RÉFLEXIONS :

Le salut vient du mot grec « sozo » qui implique notre être tout entier, à savoir notre esprit, notre âme et notre corps

Lis 1 Thessaloniciens 5 :23 et Jean 10 :10 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelles sont les parties de nos vies que Jésus est venu sauver en donnant Sa vie à la croix ? Et, à ton avis, qu’est-ce que le salut touche en premier : l’esprit, l’âme ou le corps ?

➤  Quelle est la promesse de Jésus dans Jean 10 :10 ? Qu’est-ce que cela veut dire, et est-ce pour aujourd’hui ou pour l’éternité ?

Lis encore Luc 5 :17-25 : dans quel verset voit-on que le salut a touché d’abord son esprit, avant son âme et son corps ? Et comment le salut se manifeste-t-il ?

CONTENU :

Parlons un peu plus de la réalité du salut, car c’est bien plus que simplement la vie éternelle, c’est la vie en abondance ici et maintenant. Suivre Jésus, c’est marcher dans la réalité du salut et notre salut comporte une dimension de progression. Dans Philippiens 2 :12, Paul nous encourage à travailler à notre salut et dans Ephésiens 2 :8, littéralement il est dit que nous sommes en train d’être sauvés. Pour mieux comprendre cela, il faut revenir au grec (langue dans laquelle le Nouveau Testament a été écrit). Le salut vient du mot grec « SOZO » qui implique l’être tout entier – l’esprit, l’âme et le corps. Jésus n’est pas venu donner Sa vie pour nous changer les idées, ou pour nous donner bonne conscience... Il n’est pas venu uniquement pour nous donner la vie éternelle : trop de chrétiens croient cela et subissent la vie en attendant la mort comme une délivrance qui leur permettra d’entrer dans l’éternité avec Dieu. Jésus est venu pour nous sauver entièrement, esprit, âme et corps (cf. 1 Thessaloniciens 5 :23) et ainsi nous donner la vie en abondance (cf. Jean 10 :10). Car Dieu a pour nous une vie de plénitude à tous niveaux, ici, dès maintenant et pour l’éternité !

Le salut se manifeste tout d’abord dans notre esprit, car c’est là où nous recevons Son pardon et l’assurance que Dieu nous appelle Ses enfants, Ses Fils et Ses Filles (cf. Romains 8 :16). Le Saint-Esprit, la troisième personne de la trinité vient éveiller notre esprit, ce qui nous permet de vivre une relation avec Dieu, et la relation qui avait été brisée par la désobéissance d’Adam et Eve est ainsi restaurée. Ainsi notre esprit est la partie la plus puissante de nos vies, celle qui doit diriger le reste de notre être, car c’est par lui que nous sommes en communion avec Dieu.

Au niveau de notre âme, lorsque le salut se manifeste, nos pensées sont remplies de la pensée de Christ et notre volonté Lui est soumise. Ce n’est plus notre âme qui dirige notre vie au travers de nos émotions ou de nos désirs, mais c’est le Saint-Esprit qui dirige. Car notre âme est soumise à notre esprit qui lui-même est soumis au Saint-Esprit. Vivre par la foi, c’est vivre en accord avec la Parole de Dieu et non pas selon nos états d’âmes, nos émotions et nos sentiments... Pour ce qui est de notre corps, nous recevons la guérison physique. La maladie ne vient pas de Dieu, aucune maladie ne vient de Lui, la maladie est le résultat de la chute. Le salut acquis par Jésus-Christ à la croix amène également la restauration et la guérison dans nos corps. Dans 1 Pierre 2 :24, nous pouvons lire que c'est par les meurtrissures de Christ que nous avons été guéris. C’est un acquis et si nous ôtons la réalité de la guérison acquise à la croix, nous ne pouvons pas prétendre garder celle du pardon des péchés. Ainsi à la croix, nous obtenons également la guérison dans notre corps.

Comme je l’ai dit tout à l’heure, c’est une progression, un chemin sur lequel l’on suit Jésus et Son salut continue de se manifester dans nos vies... Nous sommes donc invités à persévérer dans la foi à Sa suite, sans lâcher prise, jusqu’à ce que la plénitude de Son salut se manifeste dans nos vies. Ainsi le salut touche premièrement notre esprit, c’est la raison pour laquelle au début de notre rencontre avec Jésus on se demande ce qui nous arrive, car notre esprit est éveillé et nous ne pouvons pas expliquer ce que nous vivons. Ensuite le salut touche notre âme et notre corps. Et c’est toujours ainsi que cela se passe, ce qui veut dire que la guérison physique qui s’opère dans notre corps commence par une révélation dans notre esprit. On peut voir par exemple le cas du paralytique dans Luc 5 :24 auquel Jésus dit : « Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés : Je te l’ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison. » Et l’homme se lève entièrement guéri. En fait ce paralytique a été guéri dans son esprit au moment où Jésus lui a dit : « Voyant leur foi, Jésus dit : Homme, tes péchés te sont pardonnés. » (Luc 5 :20). Et la guérison physique a été une conséquence directe du pardon de ses péchés dans son esprit.

Le salut de Jésus pour nous concerne notre être tout entier... Le Saint- Esprit désire répandre le fruit de notre salut dans notre esprit, dans notre âme et dans notre corps.

Suivre Jésus, c’est vivre dans la dépendance vis-à-vis de Lui dans notre esprit, dans notre âme et dans notre corps. Assure-toi de vivre dans le bon alignement spirituel, à savoir ton esprit soumis au Saint-Esprit, ton âme soumise à ton esprit et ton corps soumis à ton âme. Vivre ainsi fait toute la différence !

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram