Jour 4 –  Par le baptême, nous nous identifions à Jésus-Christ dans Sa mort et Sa résurrection. Et il n’y a pas de vie de résurrection sans qu’il n'y ait de mort ! 

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 3:30 Louis Segond
30 Il faut qu'il croisse, et que je diminue.

Galates 2:20 Louis Segond
20 J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

2 Corinthiens 5:17-21 Louis Segond
17 Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.
19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.
20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu!
21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 3 : 30, Galates 2 :20 et 2 Corinthiens 5 :17-21 et prends un moment  pour répondre aux questions suivantes :

Quelle différence y a-t-il entre les paroles de Jean-Baptiste dans Jean 3 : 30 et celles de Paul dans Galates 2 :20 ? Et quelle différence cela produit-il dans la vie quotidienne ?

Dans le passage de 2 Corinthiens 5 :17-21, quels points importants relèves-tu et quels liens cela a-t-il avec le baptême ?

CONTENU :

Selon Romains 6, le baptême est le symbole d’un ensevelissement (l’immersion) et d’une résurrection (lorsque l’on ressort de l’eau). Cependant il s’agit bien plus que d’un simple symbole. C’est une participation, une communion à ce que Jésus-Christ a enduré pour nous à notre place par Sa mort sur la croix et par Sa résurrection. Lorsque Jésus s’est fait baptiser, Il l’a fait pour s’identifier à nous en tant que pécheurs, et c’est à partir de ce moment-là qu’Il est entré dans Son ministère terrestre. Lorsque nous nous faisons baptiser, nous nous identifions à ce que Christ a fait pour nous et, bien que ce soit un acte unique dans notre vie, nous devons continuer à aligner quotidiennement nos vies avec la mort et la résurrection de Jésus.

Jésus a déclaré qu’Il est la résurrection et la vie (cf. Jean 11 :25) et non pas la vie et la résurrection ! En fait, l’on ne peut pas vivre une vie de résurrection sans être au préalable passé par la mort. Comme Martin Luther a dit un jour : « Mon vieil homme est mort, mais bougre qu’il sait bien nager... ». Ce qu'il voulait dire, c'est que notre vieille nature est morte lors de notre baptême, cependant elle essaye de revenir et, si nous ne sommes pas vigilants, elle y arrive bien. C’est pourquoi nous devons rester proches de Jésus en nous identifiant à Son œuvre afin de vivre la plénitude de notre nouvelle nature. Une fois encore, c’est une décision que l’on a besoin de prendre quotidiennement, voire plusieurs fois par jour.

Toutes les fois où nous nous approchons, par la foi, de la croix, le Saint- Esprit nous aide à entrer dans un échange entre nos péchés et l’innocence de Jésus, entre nos maladies et Sa guérison, entre les malédictions qui se sont attachées à notre vie et Sa bénédiction, etc. Christ a été fait péché pour nous afin que nous devenions en Lui justice de Dieu (cf. 2 Corinthiens 5 :21) et cela devient une réalité par l’union avec Lui dans Sa mort et Sa résurrection. Être justice de Dieu implique non seulement que nos péchés ont été pardonnés, mais plus encore, que nous sommes morts au péché. Ce dernier ne domine plus sur nous et ce n’est plus lui qui détermine notre manière de vivre, mais c’est la vie de Christ en nous.

Parce que nous restons dans un corps de chair et que notre âme n'est pas encore toujours alignée avec notre esprit, il va encore nous arriver de pécher, bien que nous ne soyons plus obligés de le faire ! Paul le dit très clairement dans Romains 6 :11-12, lorsqu’il nous exhorte à nous considérer comme morts au péché et à ne plus obéir à ses convoitises. C’est notre responsabilité de savoir à qui et à quoi nous allons obéir, c’est à nous de décider si nous voulons vivre pour Christ ou pour notre péché... Ne cherchons pas des excuses, mais apprenons à faire les bons choix.

L’identification à la vie nouvelle, à cette vie en abondance promise (cf. Jean 10 :10), correspond à la vie de résurrection que le Saint-Esprit nous permet de vivre. Notre corps est le temple du Saint-Esprit (cf. 1 Corinthiens 6 :19) et ce dernier vient confirmer notre obéissance physique et publique en venant habiter en nous et en nous faisant entrer dans cette vie intérieure de résurrection dès notre baptême. Nous ne nous appartenons plus. Ainsi, nous sommes appelés à vivre une vie à la mesure de Sa vie. Cette vie de résurrection est directement liée avec le fait de marcher par l’Esprit (cf. Romains 8 :13). Nous pouvons nous laisser conduire par Sa présence en nous laissant habiter et diriger par le Saint-Esprit. C’est à nous de rappeler à notre chair qu’elle a été crucifiée avec Christ et qu’elle est ressuscitée avec Lui. Prends le temps de prier par rapport à cela.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Par le baptême, nous reconnaissons notre mort à nous-mêmes et notre engagement à suivre Jésus et à Lui obéir toute notre vie

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 28:19 Louis Segond
19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

1 Timothée 6:12 Louis Segond
12 Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d'un grand nombre de témoins. 

RÉFLEXIONS :

Lis Matthieu 28 :19 et 1 Timothée 6 :12 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quel est le rapport entre le fait d’être disciple et le baptême ?

Quelle est l’importance de se faire baptiser devant d'autres personnes ?

CONTENU :

Le baptême est donc un acte d’obéissance par lequel nous faisons alliance avec Dieu devant des témoins. Lorsque Paul parle dans 1 Timothée 6 :12 d’une confession publique, il se réfère très probablement au baptême de Timothée. Cet engagement devant témoins est important pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour s’identifier à ce que Christ a fait : en effet, Il a été baptisé publiquement et le Père en a profité́ pour affirmer devant tous qu’Il était Son Fils (cf. Luc 3 :21-22). De la même manière, le témoignage public de notre baptême permet au Père de nous affirmer dans notre identité de fils ou de fille devant le monde spirituel qui nous entoure ainsi que dans notre esprit.

Une autre chose qui se produit lors du témoignage public de notre baptême, c'est que nous nous rendons redevables devant ceux qui sont présents : redevables de vivre comme des disciples de Christ et dans Ses projets... Car lorsque nous prenons un engagement public, nous permettons à ceux qui étaient présents de venir nous demander des comptes. Mais il s’agit également de s’assurer de leur soutien, car ces derniers ne sont pas là comme des observateurs, mais ils sont appelés à nous soutenir dans la prière, et il s’agit également de s’encourager mutuellement dans notre marche de disciple.

Un dernier aspect du témoignage public lors du baptême est qu'il nous donne l'occasion de partager comment Jésus nous a sauvé, ce qu’Il a changé dans notre vie et pourquoi nous nous faisons baptiser... Ce qui va certainement interpeller les personnes présentes à vouloir rencontrer Dieu de manière personnelle, ou pour d’autres à décider de se faire baptiser. Ou encore il peut défier et encourager les disciples de Christ à persévérer dans leur marche avec Lui...

Se faire baptiser, c’est reconnaître de manière publique que nous sommes morts à notre vie passée et c'est aussi témoigner de notre engagement à suivre et à vivre pour Jésus tous les jours de notre vie quel qu’en soit le prix ! Il s’agit de déclarer que Jésus n’est pas seulement notre Sauveur personnel, mais qu’Il est premièrement notre Seigneur et notre Maître. C’est-à-dire celui qui a tous les droits sur notre vie et à qui l'on va obéir inconditionnellement. Il y a là une vérité importante qui rend la vie tellement plus simple... En effet, être mort à soi et vivre pour Lui, c’est l’assurance d’une vie simple : si tu y réfléchis un instant, tu verras que tout ce qui est compliqué dans nos vies vient en général du fait que nous nous accrochons trop à notre personne...

As-tu déjà remarqué que lorsqu’une personne décède, elle est libérée de toutes ses attaches à ce monde terrestre ? Par exemple, si elle te devait de l’argent, tu ne peux plus lui réclamer ton dû, et elle n'a plus à s’inquiéter de ce qu’elle laisse derrière elle. La mort produit une séparation totale et définitive, ce qui nous libère de toutes ces choses pour lesquelles nous n’avons plus de raison de nous inquiéter.... De la même manière, il n'est plus possible de juger une personne décédée, ni même de la condamner pour ses actes passés, car la mort l’en a séparé. Il en est de même pour nous après le baptême : lorsque le diable essaie de nous rappeler nos fautes et de nous accuser par rapport à notre passé, nous pouvons lui rappeler que cette personne est morte, qu’elle a été pardonnée et que de ce fait il n’a plus aucun droit... De plus, comme le disait un jour un prédicateur : « Si le diable veut te rappeler ton passé, parle- lui de son futur... ».

Pour terminer, ce n’est pas le baptême qui produit la mort, mais c’est parce que je me considère comme mort à mon ancienne vie que je me fais baptiser et, au moment du baptême, quelque chose se passe au niveau spirituel. Nous entrons alors dans une dimension nouvelle de vie et de liberté, selon ce que Jésus dit dans Jean 17 :16 : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde ». Cette séparation nous permet de ne plus vivre selon les standards et les influences du monde, mais de commencer à vivre selon les principes du Royaume de Dieu. Cela nous permet de devenir des gestionnaires de ce que Dieu nous confie. Cette décision change notre manière d'appréhender la vie et se traduit par une manière de vivre transformée. Où en es-tu par rapport à cette simplicité de la vie ? Et que peux- tu faire pour vivre cela ? Prends un moment avec Dieu pour en parler avec Lui.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 - Le Saint-Esprit nous convainc d’aimer

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 6:14-15 Louis Segond
14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi;
15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

RÉFLEXIONS :

Le Saint-Esprit nous convainc d’aimer. Se fermer à cette conviction revient à se fermer également à la grâce de Dieu pour les perdus et à perdre sa passion pour le Royaume de Dieu

Lis Matthieu 6 :14-15 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi le fait de pardonner est-il si important pour nous qui sommes enfants de Dieu ?

A qui dois-je pardonner et qu’est-ce qui m’empêche de le faire ?

CONTENU :

Ces deux versets viennent appuyer et développer ce que Jésus nous a enseigné dans la prière du « Notre Père », qui est plus qu’une prière, mais également une véritable manière de vivre. En effet, il y est dit « Pardonne- nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » (cf. Matt. 6 : 12). Cela révèle que le pardon que Dieu nous accorde est conditionnel, non seulement au fait que nous nous repentions pour nos fautes, mais également à notre capacité et à notre mesure de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal. Toutefois cela ne touche pas notre salut, car en tant que disciples de Christ, nous avons reçu le pardon de nos péchés au moment de notre repentance et de notre foi. Nous avons été pardonnés de manière définitive par rapport à notre passé, c’est la justification par la foi. Nous en reparlerons plus dans la méditation suivante. Tu peux également te référer à l’histoire que Jésus relate dans Matthieu 18 : 23 à 35. Ne pas pardonner est quelque chose de sérieux qui peut avoir de graves conséquences pour nos vies.

Nous avons tous besoin du pardon de Dieu car nous ne sommes pas parfaits et cela même si nous tendons tous les jours un peu plus vers cette ressemblance avec Christ. C’est pour cette raison que le Saint-Esprit vient nous convaincre d’aimer notre prochain. Car le pardon n’est pas un acte calculé ou intéressé, c’est un acte d’amour envers l’autre. Lorsque le Saint-Esprit vient nous convaincre d’aimer, Il nous révèle l’autre non pas comme nous le percevons ou le voyons, mais comme Lui le voit : une personne imparfaite, qui a besoin de la grâce de Dieu et pour laquelle Christ a donné Sa vie.

Cette conviction d’amour que le Saint-Esprit nous donne à l’égard des autres vient confronter notre esprit de jugement et de critique (qu’on appelle trop souvent constatation). Juger et critiquer n’est rien d’autre que de l’orgueil, car nous nous plaçons dans une position de supériorité par rapport aux autres et, en agissant ainsi, nous oublions non seulement que nous ne sommes pas meilleurs que notre prochain, mais également que Dieu l’aime tout autant que nous... Nos vies ne sont que le résultat de Sa grâce et de Son amour. C’est dans cette proximité avec le Saint-Esprit que nous pouvons aimer comme Dieu nous a aimés. Le jugement appartient à Dieu et la critique au diable, ce qui veut dire que ni l’une ni l’autre n’ont de place dans nos vies... Assurons-nous donc de cultiver notre relation avec le Saint-Esprit, et ce afin d'aimer et de bénir notre prochain.

Ce n’est pas quelque chose de facile, ni de naturel à faire, mais souvenons-nous toujours que le Royaume de Dieu est contre-intuitif. C’est pour cette raison que nous avons besoin de la présence du Saint-Esprit, mais également de savoir nous faire violence contre nos sentiments et nos pensées. Car lorsque nous fermons nos cœurs à la grâce de Dieu, nous en arrivons à perdre notre paix intérieure et notre passion pour le Royaume de Dieu. Ce qui nous conduit à nous centrer sur nous-mêmes, sur nos besoins, nos émotions, etc. Nous devenons le centre de notre monde, au lieu de laisser Dieu en être le centre et constituer notre raison de vivre. Dès lors que nous parvenons à cela, Son Royaume devient naturellement la cause pour laquelle nous sommes prêts à donner notre vie.

Lorsque tu te querelles ou que tu es offensé et que tu refuses de pardonner, si dans les heures qui suivent tu essayes de témoigner de ta foi ou de prier, tu vas rapidement découvrir que d’une part rien ne se passe, mais également que tu ne te sens pas bien intérieurement. Tu as perdu ta joie, ta paix, la fraîcheur de la vie avec Christ et ta passion pour Jésus. On ne peut éviter les conflits et ces derniers font partie d’une relation saine, on ne peut non plus éviter les offenses, cependant nous avons besoin de savoir les identifier et de décider de pardonner. Et le meilleur moment de le faire est immédiatement ! Dès le moment où nous décidons de pardonner, nous retrouvons Son amour, Sa paix, Sa joie, etc., et nous pouvons à nouveau être dans une position d'amour.

Pour conclure, la seule chose qui pourrait nous empêcher de pardonner, c’est nous-mêmes, et le seul moyen de le faire est de rester ouverts et disponibles à la présence de Dieu. Car c’est Lui qui vient non seulement nous convaincre d’aimer et de pardonner, mais également qui nous donne la force de le faire. N’endurcissons jamais nos cœurs à Son égard, mais au contraire laissons-Le agir en nous et accordons-nous avec Lui. Notre vie en dépend, mais également celle de ceux qui nous entourent. Car c’est lorsque nous sommes passionnés pour le Royaume de Dieu que notre monde est transformé... Pourquoi ne pas abandonner ta vie à Dieu maintenant ? Je t'encourage à prier en ce sens.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram