JOUR 2 - Nos paroles sont des containers de bénédictions ou de malédictions et nous sommes maîtres et responsables de ce qui sort de nos bouches !

VERSETS BIBLIQUES :

Proverbes 18 :21
Jacques 3 :9-10
Esaïe 54 :17
3 Jean 2
Proverbes 26 :2
Galates 3 :13-14
Matthieu 5 : 44

VERSETS RÉFÉRENCE :

Proverbes 18:21 Louis Segond
21 La mort et la vie sont au pouvoir de la langue; Quiconque l'aime en mangera les fruits.

Jacques 3:9-10 Louis Segond
9 Par elle nous bénissons le Seigneur notre Père, et par elle nous maudissons les hommes faits à l'image de Dieu.

10 De la même bouche sortent la bénédiction et la malédiction. Il ne faut pas, mes frères, qu'il en soit ainsi.

Galates 3:13 Louis Segond
13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous-car il est écrit: Maudit est quiconque est pendu au bois,

Ésaïe 54:17 Louis Segond
17 Toute arme forgée contre toi sera sans effet; Et toute langue qui s'élèvera en justice contre toi, Tu la condamneras. Tel est l'héritage des serviteurs de l'Éternel, Tel est le salut qui leur viendra de moi, Dit l'Éternel.

RÉFLEXIONS :

Lis Proverbes 18 :21, Jacques 3 :9-10, Galates 3 :13 et Esaïe 54 :17 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que nous enseigne ces passages sur la puissance de nos paroles ? Comment est-ce que tu utilises ta langue ?

Lorsque des paroles de malédiction sont prononcées sur ta vie, que dois-tu faire ?

CONTENU :

Tu as certainement le souvenir de paroles qui t’ont encouragé à faire quelque chose que tu ne pensais pas possible ou à tenir ferme dans des temps difficiles ? Malheureusement, tu as peut-être également le souvenir de paroles qui t’ont découragé et t’ont peut-être fait abandonner ton rêve. Si c’est le cas, assure-toi de pardonner et de briser ces paroles dans la prière (cf. Esaïe 54 :17). Si Dieu porte tant d’intérêt à ce que nous disons et qu’Il désire que nous confessions Jésus comme Seigneur de nos bouches, c’est parce qu’Il nous a créés à Son image et que nos paroles établissent notre autorité. Lorsque Dieu parle, les anges dans le ciel se mettent en mouvement pour accomplir ce qu’Il a dit et toute la Création s’accorde avec Ses mots. De la même manière, lorsque nous parlons, le monde spirituel invisible qui nous entoure se met également en mouvement du fait que nous sommes revêtus de l’autorité de Christ. Bien sûr, Dieu garde le contrôle de toutes choses et notre autorité dépend de notre soumission à la sienne. Lorsque Dieu a créé Adam et Eve, Il les a établis dans le jardin d’Eden pour gouverner. Ils ont perdu leur autorité en désobéissant, mais en Christ nous retrouvons cette capacité de régner que nous avions au départ, car Jésus a vaincu le tentateur et a obéi parfaitement. C’est ainsi que nous avons également gardé une capacité de régner par nos paroles.

Très souvent, sans que nous ne le sachions ou ne le réalisions, nous déclenchons des réactions spirituelles bonnes ou mauvaises au travers de nos paroles. Il est donc très important de veiller à ce que nous disons, car une bénédiction n’est pas nécessairement une formule que nous disons du style : « Je te bénis au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit... ». Si tu dis : « Je souhaite que tu prospères à tous égards... » (cf. 3 Jean 2) ou « Tu vas y arriver... tu es un(e) champion(ne)... cela va changer... tu es super... tu es précieux(se)... », tu prononces une bénédiction parce que tu souhaites et dis du bien à quelqu’un. Il est donc très facile de bénir son prochain. De la même manière, si tu dis : « Tu es bête... tu n’y arriveras jamais... je suis stupide... », tu viens de prononcer de terribles malédictions sur cette personne ou sur toi-même. Et au travers de telles paroles, des esprits d’incapacité, de doutes, de mort, etc., peuvent se mettre en action pour retenir la personne liée. C’est pourquoi nous devons être très vigilants à ce que nous disons, cela en particulier sous le couvert de la plaisanterie. Une plaisanterie, en effet, peut cacher une méchanceté inconsciente de la part de celui qui la profère. Si cette malédiction n’est pas fondée, elle n’aboutira pas. La Bible nous enseigne qu’une malédiction sans cause n’a pas d’effets (cf. Proverbes 26 :2). Mais il se peut qu’elle corresponde à une faiblesse réelle chez l’interlocuteur. Ce dernier, au lieu d’être libéré par une parole de grâce, sera donc lié par notre plaisanterie. Et dans le cas où c'est nous qui nous trouvons maudits par quelqu’un, nous devons nous défaire de ces paroles avec autorité, dans le nom de Jésus, car nous sommes bénis de Dieu (cf. Galates 3 :13-14) et ces paroles n’ont pas d’effets sur nous (cf. Esaïe 54 :17). N’oublions pas de pardonner et de bénir la personne de qui nous délions les paroles.

Ainsi, nos paroles ont un effet sur les personnes qui nous entourent, bien au-delà de ce que nous pouvons penser, et cela encore plus sur celles et ceux qui dépendent de notre autorité. Par exemple un parent ou un enseignant qui dit à un enfant : « Tu n’es qu’un vaurien... tu n’y arriveras jamais... » ou, pour plaisanter : « Tu es un petit diable... », placent l’enfant, qui est de plus vulnérable et malléable, sous une forme de malédiction. D’une part, l’ennemi de nos âmes pourra s’en servir et, d’autre part, l’âme de l’enfant pourra être profondément blessée et marquée par ces paroles au point de ne pas réussir à faire quoique ce soit de positif tout au long de sa vie... Il est donc absolument vital de reconnaître que nos paroles sont des réservoirs de bénédictions ou de malédictions, et c'est à nous de choisir de déverser des bénédictions. C’est notre choix et nous sommes appelés à développer, au sein de nos vies et de notre entourage, une culture qui reflète le Royaume de Dieu dans notre langage quotidien.

En sachant ces choses, nous devons donc apprendre à proclamer la bénédiction, en commençant même par le faire pour nos ennemis, selon ce que Jésus nous a enseigné dans Matthieu 5 : 44 : « Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et vous persécutent. ». Agis ainsi et tu verras un changement chez toi et chez eux ! Nous sommes le peuple de la bénédiction et nous devons prier, proclamer et parler en tout temps et en toutes circonstances des paroles de bénédictions.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 7 – Témoigner, c’est semer en ayant confiance en celui qui fait croître...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 4:13-29 Louis Segond
13 Il leur dit encore : Vous ne comprenez pas cette parabole ? Comment donc comprendrez-vous toutes les paraboles ?
14 Le semeur sème la parole.
15 Les uns sont le long du chemin, où la parole est semée ; quand ils l'ont entendue, aussitôt Satan vient et enlève la parole qui a été semée en eux.
16 Les autres, pareillement, reçoivent la semence dans les endroits pierreux ; quand ils entendent la parole, ils la reçoivent d'abord avec joie ;
17 mais ils n'ont pas de racine en eux-mêmes, ils manquent de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, ils y trouvent une occasion de chute.
18 D'autres reçoivent la semence parmi les épines ; ce sont ceux qui entendent la parole,
19 mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l'invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse.
20 D'autres reçoivent la semence dans la bonne terre ; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante, et cent pour un.
21 Il leur dit encore : Apporte-t-on la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit ? N'est-ce pas pour la mettre sur le chandelier ?
22 Car il n'est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour.
23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
24 Il leur dit encore : Prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous.
25 Car on donnera à celui qui a ; mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.
26 Il dit encore : Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ;
27 qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment.
28 La terre produit d'elle-même, d'abord l'herbe, puis l'épi, puis le grain tout formé dans l'épi ;
29 et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là. 

RÉFLEXIONS :

Lis Marc 4 :13-29 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Dans ce passage, il est parlé de multiplication : quels sont les principes présentés pour vivre cela ?

Pourquoi est-il si important de bien comprendre la parabole du semeur (cf. verset 13) ?

CONTENU :

En partageant cette parabole du semeur, Jésus prépare un tournant dans la formation de Ses disciples. C’est pour cette raison qu’au verset 13 Il déclare clairement l’importance de cette histoire, la présentant comme la clé pour comprendre toutes les autres paraboles... Avant ce récit, Jésus exerçait Son ministère et les disciples suivaient et observaient, cependant Jésus s’apprête à envoyer Ses disciples témoigner du Royaume de Dieu (cf. Marc 6 :7). Cette parabole est là pour les enseigner sur le témoignage. Ainsi, nous sommes des semeurs et notre témoignage est la semence. La première chose à prendre en compte est que nous avons besoin de sortir pour semer, ce qui implique que nous devons vivre et partager l’Evangile intentionnellement autour de nous.

Ce texte parle de différents terrains. Ces derniers ne sont rien d’autre que les vies qui nous entourent... Le semeur a préparé le terrain : c'est ce que nous pouvons déduire de l'expression « bonne terre », néanmoins il sème ensuite largement sans se soucier de savoir où la semence tombe, son rôle est de semer abondamment. De la même manière, notre vie de prière prépare le terrain, alors que nous prions pour le monde qui nous entoure et pour des rendez-vous divins. Il nous suffit ensuite d’observer les terrains qui nous entourent en étant sensibles aux vies qui nous entourent afin de pouvoir semer de la bonne manière. Cependant, nous sommes appelés à témoigner largement sans nous préoccuper si la semence tombe au bon endroit ou pas.

Notre responsabilité est de semer et c’est Dieu qui s’occupe du reste, soyons donc attentifs à ne pas mélanger les choses. C’est un partenariat, nous ne pouvons pas faire croître, c’est-à-dire amener les gens au salut, c’est le Saint-Esprit qui le fait. Néanmoins Il ne pourra pas le faire si nous ne semons pas au préalable. Alors que nous témoignons et partageons la Bonne Nouvelle du Royaume autour de nous, nous pouvons simplement nous attendre à ce que cela produise du fruit, car Dieu est à l’œuvre.

En Christ, il n’y a pas de stérilité, la semence n’a pas de problème de qualité, elle est faite pour porter du fruit. Cependant, la nature nous enseigne un fait important en ce qui concerne la semence, soit elle est plantée, meurt et se multiplie ou bien elle pourrit ou est mangée. Ne gardons donc pas ce que Dieu a fait pour nous par crainte de le perdre ou de ne pas être compris, au contraire partageons les merveilles que Dieu fait dans nos vies, car c’est ce qui va permettre que cela se multiplie dans la vie d’autres personnes. Lorsque Dieu fait quelque chose dans nos vies, il est très fréquent que l'on rencontre quelqu’un qui passe par la même situation. Ce n’est pas un hasard, c’est simplement que Dieu désire que tu témoignes afin qu’Il puisse agir pour cette personne...

En outre, le verset 27 nous exprime quelque chose d’important, à savoir qu’il y a une place pour le repos dans le processus du témoignage et de la moisson. Nous n’avons pas besoin de nous inquiéter de ce qui a été semé, Dieu s’en occupe et même si nous ne voyons rien, le Saint-Esprit est à l’œuvre pour faire croître. Ne te laisse donc jamais décourager si tu ne vois pas de résultat immédiatement, aie confiance en la qualité de la semence et en Celui qui s’en occupe...

Lorsque nous décidons de témoigner, nous ne le faisons pas en réalité au petit bonheur la chance... Aucun semeur sensé ne va semer de graines sans rien attendre en retour, au contraire le semeur s’attend à moissonner en abondance. De la même manière, alors que nous témoignons, nous nous attendons à voir du fruit se produire, et tout comme un grain de blé va produire d’autres grains de blés, notre vie de disciple va produire d’autres disciples... C’est l’accomplissement de la mission que Jésus nous a donnée (cf. Matthieu 28 :18-20). Et ce qui est le plus extraordinaire, c’est le ratio de la semence, tel grain en donne trente, un autre soixante et le dernier cent... De la même manière, ta vie de disciple est appelée à produire une multitude de disciples...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 5 – L’ATTACHEMENT DES PENSÉES DE DIEU

Lorsque Dieu nous parle, nous savons que c’est Lui, car nous n’arrivons pas à nous détacher de cette pensée...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jonas 1:2-3 Louis Segond
1 La parole de l'Éternel fut adressée à Jonas, fils d'Amitthaï, en ces mots :
2 Lève-toi, va à Ninive, la grande ville, et crie contre elle ! car sa méchanceté est montée jusqu'à moi.
3 Et Jonas se leva pour s'enfuir à Tarsis, loin de la face de l'Éternel. Il descendit à Japho, et il trouva un navire qui allait à Tarsis; il paya le prix du transport, et s'embarqua pour aller avec les passagers à Tarsis, loin de la face de l'Éternel. 

Josué 14:8-12 Louis Segond
8 Mes frères qui étaient montés avec moi découragèrent le peuple, mais moi je suivis pleinement la voie de l'Éternel, mon Dieu.
9 Et ce jour-là Moïse jura, en disant : Le pays que ton pied a foulé sera ton héritage à perpétuité, pour toi et pour tes enfants, parce que tu as pleinement suivi la voie de l'Éternel, mon Dieu.
10 Maintenant voici, l'Éternel m'a fait vivre, comme il l'a dit. Il y a quarante-cinq ans que l'Éternel parlait ainsi à Moïse, lorsqu'Israël marchait dans le désert ; et maintenant voici, je suis âgé aujourd'hui de quatre-vingt-cinq ans.
11 Je suis encore vigoureux comme au jour où Moïse m'envoya ; j'ai autant de force que j'en avais alors, soit pour combattre, soit pour sortir et pour entrer.
12 Donne-moi donc cette montagne dont l'Éternel a parlé dans ce temps-là ; car tu as appris alors qu'il s'y trouve des Anakim, et qu'il y a des villes grandes et fortifiées. L'Éternel sera peut-être avec moi, et je les chasserai, comme l'Éternel a dit.

RÉFLEXIONS :

Lis Jonas 1 :1 à 2 :3 et Josué 14 :8-12 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi Jonas se retrouve-t-il dans le ventre de ce poisson et que fait-il pour en sortir ?

Combien de temps Caleb a-t-il dû attendre pour recevoir ce que Dieu Lui avait promis et, à ton avis, comment a-t-il réussi à tenir aussi longtemps ?

CONTENU :

Pour entendre la voix de Dieu, il est nécessaire d’entrer dans Son repos, ce qui ne veut pas forcément dire que nous devions trouver un lieu calme et tranquille, même si c’est une bonne chose de le faire. Cela signifie que nous avons besoin de cesser de nous battre pour essayer de faire valoir notre propre volonté ou pour justifier notre position. Nous avons besoin de céder au Saint- Esprit en décidant de Lui obéir, et cela quoiqu’Il nous dise. Car souviens-toi que Dieu ne parle pas inutilement, Il le fait à des personnes qui sont disposées à obéir et mettre en pratique Sa volonté, ce qui n’est pas toujours évident... On voit par exemple que pour Jonas cela a été un réel combat, il aurait simplement préféré annoncer le jugement. Sa difficulté n’était pas que Dieu punisse cette ville, mais au contraire il pressentait que la ville allait se repentir, demander grâce et que Dieu allait pardonner. Ce qui s’est d'ailleurs produit (cf. Jonas 4 :2). Lorsque Dieu nous parle, nous ne choisissons pas ce qu’Il va dire, par contre nous ne pouvons pas échapper à Sa volonté...

Il est donc inutile de demander à Dieu de nous parler si nous n’avons pas encore obéi à ce qu’Il nous avait déjà dit... Dieu ne parle pas dans le vide et Il ne va pas nous dire quelque chose de nouveau si nous n’avons pas encore su obéir à la dernière chose qu’Il nous a demandée. En effet, il y a toujours une dimension de progression dans les instructions de Dieu et on ne peut pas brûler les étapes. Ainsi, lorsque nous hésitons à Lui obéir, Il va insister avec fermeté. Cela ne sera probablement pas aussi radical que pour Jonas, mais une chose est sûre, c’est que nous n’arriverons pas à évacuer ce qu’Il nous a dit de notre cœur et de nos pensées tant que nous ne l’aurons pas fait.

Notre responsabilité est de savoir cultiver ce que Dieu a dit jusqu’à ce que cela devienne une réalité. C’est ce qu’avait compris Caleb : il a attendu 45 ans pour voir l'accomplissement de ce que Dieu lui avait promis. Pour cela il a dû le réclamer à Josué... Par contre, si pour Jonas sa désobéissance a généré en lui de l’angoisse et de l’oppression, au contraire pour Caleb son attachement à ce que Dieu lui avait dit a provoqué en lui de la foi et de la détermination. C’est ce qui lui a permis d’avoir à 85 ans la même vigueur que celle qu’il avait à 40 ans : il s’agit de l’énergie de la foi. Lorsque Dieu parle, Il n’est jamais restreint par notre temps à nous, cependant tout ce qu’Il dit nit toujours par se réaliser. C’est pourquoi nous devons cultiver ce que Dieu a mis dans nos cœurs, sans nous décourager, en tenant fermes jusqu’à ce que cela devienne une réalité.

Lorsque Dieu nous parle, cela impacte notre manière de vivre, nous ne pouvons plus rester les mêmes, nous allons nécessairement vivre dans la perspective de ce que Dieu a dit. Cela devient plus important que tout : imagine Caleb parcourant le camp pour compter les survivants, attendant patiemment que le dernier de sa génération décède pour pouvoir entrer dans son héritage. Sa vie était centrée sur la promesse que Dieu lui avait faite, ce qui lui a permis de conserver toute sa vigueur (cf. Josué 14 :10-11). Entendre la voix de Dieu est un privilège, mais le but est avant tout de nous transformer et de faire avancer le Royaume, ce qui suppose également que nous nous mettions en action pour obéir, et cela de manière intentionnelle.

Si Dieu désire nous parler, c’est parce qu’Il désire nous bénir et nous utiliser pour être des bénédictions ! C’est pour cette raison qu’Il va presser nos cœurs jusqu’à ce que nous nous mettions en action par rapport à ce qu’Il nous a dit, car la bénédiction suit toujours l’obéissance ! Prends un moment pour méditer ce que Dieu t’a dit afin de t’assurer de ne pas être comme Jonas, mais plutôt comme Caleb, c’est-à-dire de choisir d’obéir de manière volontaire et sans compromis. Si Dieu ne t’a pas encore parlé, investis du temps à part, fais une retraite de prière pour chercher Sa volonté...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 2 – Les limites qui nous empêchent de bien demander

VERSETS RÉFÉRENCE :

1 Jean 4:16 Louis Segond
16 Et nous, nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

Hébreux 11:6 Louis Segond
6 Or sans la foi il est impossible de lui être agréable; car il faut que celui qui s'approche de Dieu croie que Dieu existe, et qu'il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent.

Jean 8:29 Louis Segond
29 Celui qui m'a envoyé est avec moi; il ne m'a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable.

Jean 9:31 Louis Segond
31 Nous savons que Dieu n'exauce point les pécheurs; mais, si quelqu'un l'honore et fait sa volonté, c'est celui là qu'il l'exauce.

Matthieu 6:5-8 Louis Segond
5 Lorsque vous priez, ne soyez pas comme les hypocrites, qui aiment à prier debout dans les synagogues et aux coins des rues, pour être vus des hommes. Je vous le dis en vérité, ils reçoivent leur récompense.
6 Mais quand tu pries, entre dans ta chambre, ferme ta porte, et prie ton Père qui est là dans le lieu secret; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra.
7 En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s'imaginent qu'à force de paroles ils seront exaucés.
8 Ne leur ressemblez pas; car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant que vous le lui demandiez.

Éphésiens 6:11 Louis Segond
11 Revêtez-vous de toutes les armes de Dieu, afin de pouvoir tenir ferme contre les ruses du diable.

Galates 2:4 Louis Segond
4 Et cela, à cause des faux frères qui s'étaient furtivement introduits et glissés parmi nous, pour épier la liberté que nous avons en Jésus Christ, avec l'intention de nous asservir.

RÉFLEXIONS :

Lis 1 Jean 4 :16, Hébreux 11 :6, Jean 8 :29 et 9 :31, Matthieu 6 :5-8, Ephésiens 6 :11 et Galates 2 :4 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Essaye de réfléchir : pour ta propre vie, qu’est-ce qui bloque ou limite l’exaucement de tes prières ?

A l’aide des textes ci-dessus, énumère quelles sont les cinq raisons qui nous limitent dans la prière.

CONTENU :

Puisque nous pouvons TOUT demander à Dieu, qu’est-ce qui nous limite à recevoir ? Car comme un de mes amis aime à le dire, le problème n’est jamais en haut, mais toujours en bas... Pour le dire autrement, Dieu a déjà TOUT donné, nous avons TOUT reçu pleinement en Christ (Colossiens 2 :10). Alors qu’est-ce qui fait obstacle de notre côté ?

Tout d’abord, il est essentiel d’avoir une bonne image de Dieu, car autrement, cela nous empêche de croire et de vivre le « TOUT » de l’exaucement. Notre compréhension de qui est Dieu est souvent limitée par l’image qui nous a été transmise d’un Dieu sévère, sans états d’âmes, inflexible, absent et dur... Ce qui est absolument faux, car au contraire notre Dieu est un Dieu d’amour qui est bon. Certes, on peut parfois avoir l'impression qu'Il est sévère lorsqu'Il nous corrige ou lorsque nous payons les conséquences de nos erreurs, mais il faut savoir que Dieu nous corrige toujours dans l'amour. En fait, nous projetons souvent sur Dieu l'image de notre père terrestre, ce qui biaise notre façon de Le voir mais aussi notre façon de nous voir, tant L'imaginer comme sévère nous maintient dans une insécurité et nous fait nous sentir indigne de Lui) Sa nature et Son caractère ne sont que bonté et Il nous a déjà tout donné en nous donnant Jésus... C’est pour cela que nous pouvons clairement établir que la limite n’est jamais de Son côté. Ainsi, lorsque nous comprenons Son amour et Son désir de donner, nous commençons à nous attendre à recevoir de manière différente, et à demander également avec foi, sachant que nous allons recevoir.

Il y a aussi nos expériences qui nous limitent, comme par exemple toutes les prières qui n’ont pas encore été exaucées... Si nous ne sommes pas vigilants, chaque fois que nous prions sans voir de résultats, nous pouvons laisser la déception, le doute, voire l’incrédulité gagner nos cœurs. Ne rejetons jamais la faute sur Dieu et n’acceptons jamais des pensées qui voudraient nous faire croire que Dieu ne voulait pas nous répondre, qu’Il n’avait pas le temps, que nous ne le méritions pas, etc. Tout cela sont des mensonges. Lorsque notre prière n’est pas encore exaucée, adoptons cette attitude de demander à Dieu pourquoi et, si nous n'obtenons pas de réponses, nous pouvons simplement laisser cette question devant Dieu en Lui disant que nous refusons de laisser cela briser notre relation d’intimité et de foi avec Lui.

Car souvenons-nous que Dieu ne répond pas tant à la requête formulée dans la prière qu'à la prière faite dans la foi. C’est cette dernière qui ouvre les cieux pour les exaucements, car la foi n’est rien d’autre que de saisir la volonté de Dieu et de se mettre en accord avec elle. Dans Hébreux 11 :6, il est dit que sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu. Et Jésus déclare dans Jean 8 :29 que le Père ne le laisse jamais seul parce qu’Il fait toujours ce qui Lui est agréable. Par ailleurs dans Jean 9 :31, il est dit « Nous savons que Dieu n’exauce point les pécheurs ; mais si quelqu’un l’honore et fait sa volonté, il l’exauce. » La Bible est donc extrêmement claire sur le fait que Dieu désire nous exaucer. Nous ne devons pas baser nos théories et notre façon de prier sur nos expériences, mais ce sont nos expériences qui doivent s'aligner sur la Parole de Dieu. Ce faisant, nous pourrons découvrir que chaque fois que nous avons prié avec foi et conviction en accord avec la volonté de Dieu, quelque chose de bon en a résulté.

Un autre élément qui nous limite est notre chair. Parfois nos prières sont superficielles, nos motivations ne sont pas bonnes et nos buts vont à l’encontre de la volonté de Dieu. Notre chair est également une entrave dans le sens qu'elle peut venir faire obstacle à la persévérance, mais nous en parlerons davantage dans notre prochaine méditation quotidienne.

Notre entourage peut également être un facteur limitant. Lorsque nous prions avec foi pour un miracle, il n’est pas rare que des personnes autour de nous commencent à se moquer et/ou à essayer de nous décourager. La prière faite avec foi provoque souvent la jalousie (pourquoi Dieu lui répondra-t-il à lui ou à elle et pas à moi ?), et elle dérange en révélant l’incrédulité et la passivité. C’est une raison pour laquelle il est important de prier avec des personnes qui nous soutiennent et sont en phase avec nous.

Il faut également comprendre que, dans le monde qui nous entoure, les ténèbres nous environnent elles aussi. Or le monde des ténèbres cherche par tous les moyens à nous empêcher d’être exaucés. Ainsi, lorsque nous nous mettons à prier, l'ennemi tente de distiller toutes sortes d’excuses, de pensées de doutes et d’incrédulité. C’est alors que nous laissons notre foi être infiltrée par des « Si c’est Ta volonté... », « Si Tu pouvais... » ou « Tu le dis dans Ta Parole, mais si Tu voulais bien le faire pour moi... ». Ce monde des ténèbres vient également parfois interagir par des circonstances extérieures à nos vies : alors notre situation s’aggrave ou des obstacles apparaissent, etc.

Trop souvent, nous prions en fonction de nos impressions, de nos doutes et sous la pression des circonstances qui nous disent que la situation est désespérée... Prier ce n’est pas être dans la réaction, mais dans l’action ! Pour toutes ces raisons, il est fondamental de toujours prier en demeurant établi sur les promesses de la Bible et de choisir de croire ce que Dieu dit et non pas ce que nous voyons ou ressentons. Prends la décision de t’aligner sur la volonté de Dieu qui veut toujours t’exaucer et décide de ne rien laisser faire obstacle à Sa volonté...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Le Pardon : un acte d’obéissance

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 18:15-35 Louis Segond
15 Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère.
16 Mais, s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins.
17 S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Église; et s'il refuse aussi d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain.
18 Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
19 Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.
20 Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux.
21 Alors Pierre s'approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi? Sera-ce jusqu'à sept fois?
22 Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois.
23 C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.
24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.
25 Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée.
26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.
27 Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.
28 Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois.
29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.
30 Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait.
31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.
32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié;
33 ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi?
34 Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait.
35 C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.

RÉFLEXIONS :

Le pardon n'est pas lié à nos sentiments, c’est un acte d’obéissance. Souvent les sentiments ne suivent qu'à partir du moment où on prend la décision de pardonner.

Lis Matthieu 18 :15-35 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu'est-ce qui pourrait t’aider à pardonner à quelqu’un ?

Comment peut-on savoir que l’on a vraiment pardonné, par quel signe le reconnaître ?

CONTENU :

Voilà une vérité tellement importante et qui va changer ta manière de vivre... Pardonner ne dépend pas de ce que tu ressens, mais cela dépend de ce que Dieu dit. C’est pourquoi le pardon est une décision et un acte délibéré que l’on prend de manière indépendante de ce que l’on peut ressentir et penser...

Lorsque nous avons été offensés, il est naturel que tout dans nos sentiments et nos raisonnements nous dise de ne pas pardonner, et nous pouvons avoir des pensées de ce genre : « Cette personne l’a fait exprès, elle ne mérite pas mon pardon, lui pardonner serait l’encourager à recommencer, je souhaite qu'elle me le paie. C’est à elle de venir s’excuser, je suis dans mon bon droit », et ainsi de suite. Peut-être est-ce d'ailleurs ce qui tourne actuellement dans ta tête... Ce type de pensées nous conduit à dire : « Je ne peux pas pardonner maintenant, c’est trop tôt », etc. Cependant tu pourrais alors attendre dix ans de plus sans pouvoir parvenir à pardonner. Car ce ne sont pas nos sentiments qui doivent influer sur notre décision, mais c'est notre décision qui changera nos sentiments !

Comment devons-nous donc procéder ? Comme nous l’avons mentionné́ hier, Jésus a dit : « Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » (Matthieu 5 :44). Ces mots ne sont pas une option de la vie chrétienne, c’est un ordre et, comme tout ordre, il est fait pour être exécuté.

Commence donc par prier pour ceux qui t’ont offensé en mentionnant leur nom et en les bénissant, en demandant à Dieu de leur faire du bien et de les faire prospérer. C’est naturel que tu ais de la peine à le faire et que tu ais des pensées qui te disent que ce n’est pas juste et ainsi de suite... C’est au moment de prier pour quelqu’un que l’on peut réaliser à quel point nous avons un blocage vis-à-vis de cette personne.

Ce qui nous conduit naturellement, dans la prière devant Dieu, à décider de pardonner. Il est important d’être spécifique afin de bien pouvoir annuler la dette qui nous était due. Parfois, cela peut aider d’écrire sur un papier ce que nous avons à pardonner et de le donner à Dieu en décidant de pardonner, puis de simplement brûler ce papier comme un signe concret pour mettre en évidence que la dette a été annulée.

Ce pardon doit parfois être suivi (lorsque c’est possible) d’un acte concret, par exemple une lettre ou une rencontre avec la personne ‒ ce qui peut libérer la réconciliation. Au moment où tu décides de pardonner, tu tends ta main pour que l’amour de Dieu coule en toi. A ce moment-là, Dieu te montre la personne qui t’a fait du mal avec Ses yeux et tu réalises à quel point cette personne était elle-même prisonnière de sa méchanceté, de son passé et des blessures qu’elle avait elle-même reçues. Et alors que tu continues à prier pour elle, tu vas te surprendre à l’aimer comme Dieu l’aime...

Parfois notre pardon commence par une demande de pardon. Souvent les gens qui nous ont fait du mal étaient en position d’autorité par rapport à nous et notre réaction naturelle a été la rébellion et la haine face à toute forme d’autorité. En commençant par leur demander pardon pour notre attitude et à demander pardon à Dieu pour notre rébellion, nous ouvrons la porte à l’amour de Dieu et pouvons ainsi aider ces gens à reconnaître leurs torts. Le pardon peut ensuite être verbalisé. Tu ne dois pas te décourager si la personne réagit très mal sur le moment. Ta vie de prière personnelle aura un jour raison de ces murs apparemment infranchissables, notamment chez quelqu’un que tu aimes, tel un parent ou un ami proche. Tu as fait ce que Dieu te demandait. Continue simplement à prier.

La décision de pardonner nous libère mais elle est souvent suivie d'un sursaut quelques heures ou quelques jours plus tard : « Mais alors... Il/elle peut repartir libre, tranquillement, et je ne vais plus pouvoir le/la poursuivre... » ou de sentiments négatifs, car si nous avons décidé de pardonner, cela prend un peu plus de temps pour être restauré et guéri dans nos émotions. A ce moment-là, il est important de ne pas oublier notre décision de pardonner a n de ne pas retomber dans le cycle de la vengeance et de la haine. Après avoir décidé de pardonner, l'amour de Dieu ne coule pas toujours immédiatement en nous pour nous aider à aimer cette personne, c’est pourquoi il faut savoir tenir ferme sur sa décision.

Il faut savoir que le pardon est un style de vie, une décision durable. Il nous permet de vivre au niveau de la grâce et ne pas en redescendre. Il y a deux tests qui permettent de savoir si l'on a vraiment pardonné. Premièrement, il s'agit de se rendre compte si l'on est encore tenté de parler à quelqu’un d’autre de tout le mal que cette personne nous a faite... Si c’est le cas, nous n’avons pas réellement pardonné, car en racontant notre histoire, nous souhaitons secrètement trouver des supporters de notre amertume, des gens pour s’apitoyer avec nous sur notre sort. Deuxièmement, il s'agit de vérifier notre attitude intérieure lorsque l’on rencontre ces personnes et qu’on les regarde dans les yeux. Quels sont alors les sentiments qui s'agitent à l’intérieur de nous-mêmes ?

La décision de pardonner nous libère de la haine et de l’amertume. A tel point que cette libération est parfois suivie d’une guérison physique, notamment d’arthrose, d’ulcères, de maux de dos... Et toi, qu’as-tu besoin de décider aujourd’hui ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram