JOUR 5 - La confession ne se limite pas à ce que nous disons dans la prière, c’est toutes les paroles qui sortent de nos bouches... 

VERSETS BIBLIQUES :

Psaume 8 :3
2 Corinthiens 4 :13
Colossiens 3 :8
Genèse 1 :2-3
Jacques 3 :2-12

VERSETS RÉFÉRENCE :

Psaumes 8:3 Louis Segond
3 (8:4) Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, La lune et les étoiles que tu as créées:

2 Corinthiens 4:13 Louis Segond
13 Et, comme nous avons le même esprit de foi qui est exprimé dans cette parole de l'Écriture: J'ai cru, c'est pourquoi j'ai parlé! nous aussi nous croyons, et c'est pour cela que nous parlons,

Colossiens 3:8 Louis Segond
8 Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche.

RÉFLEXIONS :

Lis Psaume 8 :3, 2 Corinthiens 4 :13 et Colossiens 3 :8 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelles sont les « paroles grossières » dont Paul parle ? Et de quelles paroles dois-tu te séparer ?

Comment vois-tu la « confession » dans ta vie de disciple ?

CONTENU :

Notre parole est importante et puissante. Nous sommes appelés à parler avec foi et par la foi, tout autant dans la prière que dans nos conversations quotidiennes. Notre vie en sera alors complètement transformée. Lorsque Dieu a prononcé les premières paroles au moment de la Création, la situation était sombre et sans réelle espérance, la Bible nous dit que la terre était informe, vide et dans les ténèbres (cf. Genèse 1 :2). Il est facile de parler positivement lorsque tout va bien, cependant il arrive parfois que nous nous trouvions dans des situations similaires à celles du début de la Genèse. Et si nous avions été là au début de la Création, nous nous serions peut-être dit : « Inutile d’insister, la situation est désespérée... Il y a bien l’Esprit à la surface des eaux, mais Il semble ne rien faire, comme toujours je me retrouve seul, j’abandonne... ». Non !

Dieu n’est pas comme cela, au contraire Il s’est réjoui car Il savait que l’Esprit n’était pas là en spectateur, mais qu'Il attendait la Parole pour agir. Il savait ce qu’Il allait faire, Il avait un plan, un rêve extraordinaire, c’est pourquoi Dieu a parlé avec foi et autorité et les choses se sont mises en place. Il a dit : « Que la lumière soit ! » et la lumière fut ! (cf. Genèse 1 :3). De la même manière, nous détenons cette autorité pour parler aux circonstances et le Saint-Esprit attend que nous ouvrions nos bouches pour se mettre en action. Ce n’est pas une question de prier, mais de dire ce que Dieu veut et de rester constants dans notre langage en tout temps, en toutes circonstances et quelles que soit les personnes présentes autour de nous.

Nous sommes appelés à être un peuple de foi, c'est-à-dire pas uniquement un peuple qui a de bonnes intentions, mais aussi qui annonce les choses qui vont arriver et qui vit à la mesure de cela. Le psaume 8 nous rappelle que ce peuple de foi n’est pas constitué uniquement d’hommes et de femmes matures dans la foi, mais également d’enfants et de nourrissons. Ainsi, confesser n’est pas réservé à une certaine élite, mais à toutes celles et ceux qui croient en Dieu et qui sont prêts à s’aligner sur Lui. L'allusion aux jeunes enfants établit une vérité importante, à savoir qu’il ne s’agit pas de connaissance intellectuelle, mais de simplicité de cœur. C’est de la simplicité et de la foi de notre cœur que notre bouche parle... Apprenons donc à rester simples et à croire en Dieu, car c’est par nos paroles que Dieu est glorifié et que Sa victoire prend place !

De plus, Paul nous exhorte à ne pas adopter de paroles grossières. Souvent nous pensons qu’il s’agit uniquement de ne pas dire de gros mots, ni de paroles déplacées. Cependant c’est beaucoup plus que cela : il s’agit de ne pas avoir de paroles inutiles, à savoir des propos qui révèlent notre incrédulité ou le fait que nous sommes centrés sur nous-mêmes et pas sur Lui. Les paroles grossières sont les paroles qui sont empreintes d’incrédulité, de doutes, de critiques... Nous récoltons toujours ce que nous semons, c’est pourquoi il est vital de savoir maîtriser notre langue même si c’est quelque chose de difficile (cf. Jacques 3 :2-12). Nous pouvons le faire en nourrissant notre foi au travers de la lecture de la Parole de Dieu et de l’intimité avec notre Père, pour ensuite permettre à notre bouche d’être l’expression de notre foi et de rien d’autre.

Le Saint-Esprit est venu vivre en nous, laissons-Le prendre toute la place et régner afin qu’Il libère dans notre cœur le rêve de Dieu pour notre génération, notre pays, notre situation, notre entourage, notre famille, notre église, etc. Et, à la mesure de Sa révélation, mets-toi en action, commence à déclarer Son rêve et la chose s’accomplira !

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 - Le Saint-Esprit nous convainc d’aimer

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 6:14-15 Louis Segond
14 Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi;
15 mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.

RÉFLEXIONS :

Le Saint-Esprit nous convainc d’aimer. Se fermer à cette conviction revient à se fermer également à la grâce de Dieu pour les perdus et à perdre sa passion pour le Royaume de Dieu

Lis Matthieu 6 :14-15 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi le fait de pardonner est-il si important pour nous qui sommes enfants de Dieu ?

A qui dois-je pardonner et qu’est-ce qui m’empêche de le faire ?

CONTENU :

Ces deux versets viennent appuyer et développer ce que Jésus nous a enseigné dans la prière du « Notre Père », qui est plus qu’une prière, mais également une véritable manière de vivre. En effet, il y est dit « Pardonne- nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés » (cf. Matt. 6 : 12). Cela révèle que le pardon que Dieu nous accorde est conditionnel, non seulement au fait que nous nous repentions pour nos fautes, mais également à notre capacité et à notre mesure de pardonner à ceux qui nous ont fait du mal. Toutefois cela ne touche pas notre salut, car en tant que disciples de Christ, nous avons reçu le pardon de nos péchés au moment de notre repentance et de notre foi. Nous avons été pardonnés de manière définitive par rapport à notre passé, c’est la justification par la foi. Nous en reparlerons plus dans la méditation suivante. Tu peux également te référer à l’histoire que Jésus relate dans Matthieu 18 : 23 à 35. Ne pas pardonner est quelque chose de sérieux qui peut avoir de graves conséquences pour nos vies.

Nous avons tous besoin du pardon de Dieu car nous ne sommes pas parfaits et cela même si nous tendons tous les jours un peu plus vers cette ressemblance avec Christ. C’est pour cette raison que le Saint-Esprit vient nous convaincre d’aimer notre prochain. Car le pardon n’est pas un acte calculé ou intéressé, c’est un acte d’amour envers l’autre. Lorsque le Saint-Esprit vient nous convaincre d’aimer, Il nous révèle l’autre non pas comme nous le percevons ou le voyons, mais comme Lui le voit : une personne imparfaite, qui a besoin de la grâce de Dieu et pour laquelle Christ a donné Sa vie.

Cette conviction d’amour que le Saint-Esprit nous donne à l’égard des autres vient confronter notre esprit de jugement et de critique (qu’on appelle trop souvent constatation). Juger et critiquer n’est rien d’autre que de l’orgueil, car nous nous plaçons dans une position de supériorité par rapport aux autres et, en agissant ainsi, nous oublions non seulement que nous ne sommes pas meilleurs que notre prochain, mais également que Dieu l’aime tout autant que nous... Nos vies ne sont que le résultat de Sa grâce et de Son amour. C’est dans cette proximité avec le Saint-Esprit que nous pouvons aimer comme Dieu nous a aimés. Le jugement appartient à Dieu et la critique au diable, ce qui veut dire que ni l’une ni l’autre n’ont de place dans nos vies... Assurons-nous donc de cultiver notre relation avec le Saint-Esprit, et ce afin d'aimer et de bénir notre prochain.

Ce n’est pas quelque chose de facile, ni de naturel à faire, mais souvenons-nous toujours que le Royaume de Dieu est contre-intuitif. C’est pour cette raison que nous avons besoin de la présence du Saint-Esprit, mais également de savoir nous faire violence contre nos sentiments et nos pensées. Car lorsque nous fermons nos cœurs à la grâce de Dieu, nous en arrivons à perdre notre paix intérieure et notre passion pour le Royaume de Dieu. Ce qui nous conduit à nous centrer sur nous-mêmes, sur nos besoins, nos émotions, etc. Nous devenons le centre de notre monde, au lieu de laisser Dieu en être le centre et constituer notre raison de vivre. Dès lors que nous parvenons à cela, Son Royaume devient naturellement la cause pour laquelle nous sommes prêts à donner notre vie.

Lorsque tu te querelles ou que tu es offensé et que tu refuses de pardonner, si dans les heures qui suivent tu essayes de témoigner de ta foi ou de prier, tu vas rapidement découvrir que d’une part rien ne se passe, mais également que tu ne te sens pas bien intérieurement. Tu as perdu ta joie, ta paix, la fraîcheur de la vie avec Christ et ta passion pour Jésus. On ne peut éviter les conflits et ces derniers font partie d’une relation saine, on ne peut non plus éviter les offenses, cependant nous avons besoin de savoir les identifier et de décider de pardonner. Et le meilleur moment de le faire est immédiatement ! Dès le moment où nous décidons de pardonner, nous retrouvons Son amour, Sa paix, Sa joie, etc., et nous pouvons à nouveau être dans une position d'amour.

Pour conclure, la seule chose qui pourrait nous empêcher de pardonner, c’est nous-mêmes, et le seul moyen de le faire est de rester ouverts et disponibles à la présence de Dieu. Car c’est Lui qui vient non seulement nous convaincre d’aimer et de pardonner, mais également qui nous donne la force de le faire. N’endurcissons jamais nos cœurs à Son égard, mais au contraire laissons-Le agir en nous et accordons-nous avec Lui. Notre vie en dépend, mais également celle de ceux qui nous entourent. Car c’est lorsque nous sommes passionnés pour le Royaume de Dieu que notre monde est transformé... Pourquoi ne pas abandonner ta vie à Dieu maintenant ? Je t'encourage à prier en ce sens.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram