Jour 1 – Les miracles, les signes et les prodiges sont des interventions de Dieu dans notre quotidien

 

VERSETS RÉFÉRENCE : 

Actes 28:1-10 Louis Segond
1 Après nous être sauvés, nous reconnûmes que l'île s'appelait Malte.
2 Les barbares nous témoignèrent une bienveillance peu commune; ils nous recueillirent tous auprès d'un grand feu, qu'ils avaient allumé parce que la pluie tombait et qu'il faisait grand froid.
3 Paul ayant ramassé un tas de broussailles et l'ayant mis au feu, une vipère en sortit par l'effet de la chaleur et s'attacha à sa main.
4 Quand les barbares virent l'animal suspendu à sa main, ils se dirent les uns aux autres: Assurément cet homme est un meurtrier, puisque la Justice n'a pas voulu le laisser vivre, après qu'il a été sauvé de la mer.
5 Paul secoua l'animal dans le feu, et ne ressentit aucun mal.
6 Ces gens s'attendaient à le voir enfler ou tomber mort subitement; mais, après avoir longtemps attendu, voyant qu'il ne lui arrivait aucun mal, ils changèrent d'avis et dirent que c'était un dieu.
7 Il y avait, dans les environs, des terres appartenant au principal personnage de l'île, nommé Publius, qui nous reçut et nous logea pendant trois jours de la manière la plus amicale.
8 Le père de Publius était alors au lit, malade de la fièvre et de la dysenterie; Paul, s'étant rendu vers lui, pria, lui imposa les mains, et le guérit.
9 Là-dessus, vinrent les autres malades de l'île, et ils furent guéris.
10 On nous rendit de grands honneurs, et, à notre départ, on nous fournit les choses dont nous avions besoin. 

RÉFLEXIONS :

Lis  Actes 28 :1-10 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

En tant que disciple de Christ, comment définirais-tu le terme « miracle » en plusieurs points ?

Ce texte d’Actes 28 nous décrit une journée de l’apôtre Paul. A sa place, comment aurais-tu réagi ?

CONTENU :

Tout d’abord, il est important de bien déterminer le sens du mot « miracle », car notre vision du monde a été profondément marquée et remodelée par le rationalisme et le doute systématique. Pour être plus exact, notre pensée a été remodelée par une philosophie naturaliste et humaniste qui définit le monde comme étant le résultat de causes naturelles et matérielles. Ainsi, on ne vous empêchera pas directement de croire en Dieu : c’est beaucoup plus subtil que cela, on vous dira que vous pouvez croire ce que vous voulez, que cela est permis, mais que la réalité se limite au monde des causes naturelles. A partir de là, ce que vous croyez sur le plan du miraculeux est automatiquement relégué au domaine de l'imaginaire, et l'idée même de le tester sur le plan naturel semble absurde : les miracles n'existent pas... donc les miracles n'existent pas. Voilà en réalité la profondeur du raisonnement des philosophes qui disent que ce que vous croyez ne peut pas avoir d’influence sur la réalité, comme si la foi était totalement en dehors de la réalité. Au fond, c'est l’homme qui a créé un dieu à son image et non plus Dieu qui a créé l’Homme à Son image, ce qui conduit à un rejet et à un déni du miraculeux. On a tendance à s’appuyer sur ce que l’on connaît au lieu de reconnaître que Dieu est le Créateur de toutes choses, le Tout-Puissant qui opère des miracles.

Dans le texte que nous avons lu, nous lisons le descriptif d’une journée « normale » de l’apôtre Paul où Dieu intervient avec puissance. De la même manière, Il a prévu d’agrémenter le quotidien de chacun d'entre nous par Sa puissance. Paul fait naufrage, échappe à la mort et se retrouve sur l’île de Malte. Alors qu’il veut mettre du bois dans le feu, une vipère le mord. Les habitants du pays présents sur place se disent : « Il va mourir, c’est certainement un homme mauvais et la 'justice' l’a puni ». Car à leurs yeux et dans leur compréhension, la morsure de la vipère n’est pas le résultat des circonstances ou du hasard mais c’est une intervention surnaturelle. Par la suite, ils constatent que Paul n’est pas affecté par la morsure – ce qui est la conséquence de la promesse que Jésus nous a faite dans Marc 16 :16s. Ils en déduisent alors que Paul est un dieu. Tout cela se passe sur l’île de Malte, il y a près de 2000 ans et bien avant le rationalisme...

Qu’aurions-nous dit dans les mêmes circonstances ? Qu’il s’agit d’une chance extraordinaire, d’une coïncidence, que la vipère n’avait pas de venin, qu’elle était déjà morte, qu’en fait c’était une couleuvre, etc. ? Une chose est certaine, nous n’aurions jamais fait les mêmes déductions que les gens autour de Paul à ce moment-là. Et cela parce que notre vision du monde est différente : nous réfléchissons tout d’abord à toutes les causes naturelles possibles et nous laissons la place à la possibilité d’un miracle comme étant la dernière probabilité ! Voire souvent, cette dernière explication est tout simplement rejetée et on préfère l’appeler « hasard », tout en nous disant qu’il doit bien avoir une explication rationnelle et une cause naturelle et logique, mais que nos connaissances présentes ne nous permettent pas de l'expliquer.

Dieu ne nous demande pas d’abandonner notre logique ni de renoncer à notre quotient intellectuel parce que nous sommes disciples... Bien au contraire, Dieu nous invite à avoir l’intelligence de comprendre que le monde dans lequel nous vivons est plus grand que ce que nous pensons : il n’y a pas seulement un monde visible, il y a aussi un monde invisible et ce que nous voyons n’est que le résultat de ce qui se passe dans l'invisible (cf. Hébreux 11:3).

Un miracle est donc une irruption du monde invisible dans notre monde visible. C’est ce que nous ne voyons pas et espérons qui devient visible. Néanmoins le miracle biblique est bien plus qu’un phénomène surnaturel, c'est Dieu qui est à la source du miracle, à son origine, et non pas le diable. C’est une intervention de Dieu en faveur de sa Création. Ainsi, le simple fait que quelque chose soit surnaturel ne signifie pas nécessairement que cela vienne de Dieu.

Au travers de cette définition, il nous apparaît que les miracles accomplis par Jésus et qu’il accomplit encore aujourd’hui au travers de son corps, l’Eglise, ont toujours eu pour but pour révéler quelque chose du caractère et de la nature de Dieu. Ils sont une manifestation évidente de Son amour, de Sa compassion, ou d’autres facettes de son caractère telles que Sa justice, Sa  fidélité, Son omniscience, etc. Un vrai miracle divin va toujours amener à l’adoration de Dieu et à élever le nom de Jésus.

Un miracle n’est pas quelque chose que l’on peut faire par nous-mêmes, ce n’est pas un tour de magie ou quelque chose qui va attirer l’attention sur nous-mêmes. Dieu est l’unique auteur des miracles. Le livre des Actes montre très clairement que c’est Jésus, par le Saint-Esprit, qui opérait les miracles au travers des mains des apôtres. Pourquoi ne pas prendre un temps pour demander au Saint-Esprit de venir te rencontrer et te révéler tout ce qui pourrait faire obstacle au miraculeux dans ta vie ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 5 –  Le baptême est l’engagement dans une vie nouvelle, une vie de plénitude et d’abondance. L’obéissance à Dieu détermine la mesure de cette vie

VERSETS RÉFÉRENCE :

Colossiens 3:1-3 Louis Segond

1 Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.
2 Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre.
3 Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu.

2 Timothée 2:3-6 Louis Segond
3 Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ.
4 Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé;
5 et l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles.
6 Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits.

Romains 6:16 Louis Segond
16 Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?

1 Samuel 15:22 Louis Segond
22 Samuel dit : L'Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l'obéissance à la voix de l'Éternel ? Voici, l'obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l'observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers.

RÉFLEXIONS :

Lis Colossiens 3 :1-3, 2 Timothée 2 :3-6, Romains 6 :16 et 1 Samuel 15 :22 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que ce passage de Colossiens t’inspire et quelle influence cela peut-il avoir sur ta manière de vivre ?

Pourquoi l’obéissance est-elle si importante pour le Seigneur et quel rapport cela a-t-il avec le baptême ?

CONTENU :

Ainsi le baptême n’est pas un aboutissement, mais au contraire, c’est le démarrage de quelque chose de nouveau, une vie de disciple. Dès lors, ce qui nous motive dans la vie a changé du tout au tout, nos priorités ne sont plus les mêmes, nous nous centrons sur Christ et l'un des éléments importants de cette vie nouvelle est la discipline. D’ailleurs les mots disciple et discipline sont indissociables, à savoir qu’on ne peut être un disciple sans discipline. Il s’agit pour le disciple de savoir discipliner sa vie et ses motivations afin de laisser sa passion pour Christ grandir jusqu'à ne plus vivre que pour Lui. Car, en prenant l’engagement du baptême, nous comprenons que nous ne pouvons plus vivre pour nous-mêmes, mais que nous devons vivre pour Christ et que notre seule liberté est l’obéissance. Cependant cette dernière ne doit jamais être une contrainte, mais le résultat de notre amour pour Lui.

Dans ce passage de 2 Timothée 2, Paul décrit très clairement la réalité de la vie de disciple, il parle de souffrir, d’être un soldat, de respecter les règles, mais également de récompense. Être un disciple de Christ revient à choisir de vivre l’abondance de Dieu, en reconnaissant que, pour cela, il faut savoir faire des choix radicaux. A savoir notamment se séparer de tout ce qui nous empêche d’accomplir la volonté de Dieu et Ses projets. Les affaires de la vie dont Paul parle (cf. 2 Tim. 2 :4) ne sont pas mauvaises en soi, cependant elles ne sont pas ce qui est le plus approprié pour un soldat ! Lorsque l’on choisit de passer par les eaux du baptême, on décide de ne plus vivre pour soi-même, mais pour Christ. Ce qui implique que l’on entre dans Son armée et que l’on se soumette à Ses ordres en renonçant à tout ce qui peut nous empêcher de vivre dans Ses voies !

Cela vient souligner un aspect essentiel de la vie de disciple, à savoir la dépendance et l’obéissance. Souvent, nous avons tendance à considérer l’indépendance comme une valeur importante, néanmoins c’est quelque chose qui est détestable aux yeux de Dieu... Il désire que nous soyons autonomes, tout en étant entièrement dépendants de Lui. En réalité, plus nous grandissons dans notre vie de disciple et plus nous devenons dépendants de Christ et de Sa présence. C’est un signe de maturité ! C’est ainsi que Jésus a vécu Ses trois années de ministère avant d’être crucifié dans la dépendance à Son Père (cf. Jean 5 :19 et 12 :49). Il est donc de notre responsabilité de savoir renoncer à l’individualisme et à l’indépendance afin de nous soumettre à Dieu en choisissant de dépendre de Lui entièrement – et c’est un acte que nous avons certainement besoin de faire de manière quotidienne...

L’obéissance est quelque chose de primordial pour notre Seigneur, car en réalité si nous ne Lui obéissons pas, alors nous obéissons au péché qui conduit à la mort (cf. Romains 6 :16). Obéir est donc simplement une question de vie ou de mort ! Obéir, c’est également l’assurance de vivre dans la victoire et dans l’abondance, ce qui n’exclut pas les combats ni les épreuves, mais nous permet d’être toujours en haut et jamais en bas (cf. Deutéronome 28 :13). Si vous considérez la multitude des promesses que Dieu nous fait dans Sa Parole, un grand nombre d’entre elles sont liées de manière conditionnelle à notre capacité à obéir à Sa volonté. Regarde simplement par exemple Deutéronome 28 :1-14. Rien ne peut remplacer notre obéissance : aucune bonne action, ni aucun sacrifice, ni même notre offrande... L’obéissance est la norme de la vie de disciple et la clé de la victoire !

Cependant notre obéissance ne doit pas être un fardeau, en fait nous obéissons à Dieu parce que nous l'aimons (cf. Jean 14 :15). Nous ne devons pas obéir par devoir, mais par amour et conviction, sinon nous ne sommes plus des soldats, mais des mercenaires qui agissent par intérêt et non pas par passion. Pour vivre cette passion, c’est simple, nous avons besoin d’investir du temps avec Dieu de manière quotidienne pour développer un dialogue avec Lui. Il s’agit également de savoir rappeler à nos cœurs tout ce que Christ a fait pour nous, ce qu’Il nous a pardonné et ce dont Il nous a libéré. Prends donc un moment pour considérer ce que Christ a fait pour toi et décide de prendre ce temps de manière régulière afin de garder un cœur amoureux et passionné pour Lui et pour Son Royaume. C’est alors que l’obéissance et la discipline deviendront quelque chose de simple et de naturel.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 – Être Saint, Une marche par l’Esprit

Pour être saint, il est nécessaire de savoir reconnaître ce qui est bon de ce qui est mauvais. C’est une marche par l’Esprit

VERSETS RÉFÉRENCE :

Colossiens 3:1-10 Louis Segond

1 Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.
2 Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre.
3 Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu.
4 Quand Christ, votre vie, paraîtra, alors vous paraîtrez aussi avec lui dans la gloire.
5 Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l'impudicité, l'impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie.
6 C'est à cause de ces choses que la colère de Dieu vient sur les fils de la rébellion,
7 parmi lesquels vous marchiez autrefois, lorsque vous viviez dans ces péchés.
8 Mais maintenant, renoncez à toutes ces choses, à la colère, à l'animosité, à la méchanceté, à la calomnie, aux paroles déshonnêtes qui pourraient sortir de votre bouche.
9 Ne mentez pas les uns aux autres, vous étant dépouillés du vieil homme et de ses oeuvres,
10 et ayant revêtu l'homme nouveau, qui se renouvelle, dans la connaissance, selon l'image de celui qui l'a créé.

Galates 5:16 Louis Segond
16 Je dis donc: Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.

RÉFLEXIONS :

Lis Colossiens 3 :1-10 et Galates 5 :16 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Comment puis-je avoir le discernement de ce qui est juste et bon ?

Qu’est-ce qui dans ma vie semble ne pas correspondre aux standards de Dieu et qu’est-ce qui pourrait me retenir de m’en séparer ?

CONTENU :

Dans Sa prière, Jésus va demander à Son Père : « Sanctifie-les par la vérité, ta Parole est la vérité » (Jean 17 :17). Un des slogans de la tolérance de notre société est « à chacun sa vérité », cependant c’est un grand mensonge qui a pour but de chasser tout absolu. On peut poser la question à la personne qui nous dit « à chacun sa vérité » : est-ce ta vérité personnelle ? La Bible déclare qu’il n’y a qu’une seule et unique vérité, à savoir Jésus. Jésus a dit de Lui- même qu’Il est le chemin, la vérité et la vie (cf. Jean 14 :6). Et pourtant lorsque tu parles au Père, Jésus va te dire « ta vérité », quelle est donc cette vérité ?

Cette vérité est la Parole de Dieu, c’est par elle que le monde a été créé et qu’il est maintenu en ordre. C’est également sur cette Parole que nous construisons nos vies et modelons notre conduite. Nous ne pouvons pas fabriquer notre petite religion chrétienne à la lumière de notre bonne éducation, de nos désirs, de notre manière de penser, etc. Nous n'avons pas à créer un Dieu à notre image, mais nous devons nous rappeler que Dieu nous a créés à Son image, que c’est Lui qui fixe les règles et que c’est par Sa Parole, la Bible, que nous sommes transformés pour devenir toujours plus semblables à Lui.

Lorsque nous lisons notre Bible tous les jours, nous nous plaçons devant un miroir qui nous renvoie notre image, et nous pouvons nous voir comme Dieu nous voit. C’est par ce miroir que nous voyons nos vies dans la vérité de Dieu et cela nous amène à la repentance et à changer de style de vie dans les domaines où c’est nécessaire. La Parole de Dieu vient confronter nos vies et le Saint-Esprit l’utilise pour révéler ce qui en nous n’est pas en accord avec Dieu. Cette œuvre de sanctification a lieu lorsque nous décidons de nous repentir pour ces choses et que nous alignons nos vies, nos cœurs, nos pensées et nos désirs sur Sa Parole.

Par exemple, il arrive parfois que nous ayons de vieilles habitudes qui peuvent remonter à plusieurs générations ou à de nombreuses années. Puis, en lisant ou écoutant la Parole de Dieu, nous nous rendons compte tout-à-coup que cette habitude est mauvaise. La vérité, une fois qu’elle est connue, nous rend libres de vivre dans la sainteté. C’est le résultat de l’œuvre du Saint- Esprit qui révèle et convainc.

Lorsque vous arrivez de nuit dans une ville que vous ne connaissez pas, vous pouvez vous faire une appréciation de sa taille par les lumières que vous voyez. Ensuite, en allant de l’aéroport à votre lieu de séjour, vous pourrez vous faire une vague idée de la ville, cependant ce n’est qu’à la lumière du jour que vous découvrirez réellement le paysage et ce n'est qu'en prenant du temps pour l'explorer que vous réaliserez la véritable beauté et la richesse de l’endroit. Il en est un peu de même avec la sainteté. Au début de votre marche avec Jésus, nous avons un vague aperçu de la volonté de Dieu. Ce n’est qu’à la lumière de la Parole de Dieu que nous découvrons tout ce que Dieu désire pour nous. De plus, ce n'est que lorsque nous investissons du temps pour la lire, la méditer et nous y confronter que nous saisissons la splendeur extraordinaire de la vie avec Christ et Son œuvre de transformation en nous. Et pour cela nous avons besoin d’avoir le bon éclairage, au travers de la personne du Saint-Esprit. Soyons toujours vigilants de ne pas nous confier dans notre propre sagesse et notre propre jugement, mais de toujours chercher à connaître Dieu et Sa volonté, et cela pour chaque situation où nous ne sommes pas sûrs de Sa volonté. Investir du temps dans la prière pour demander au Saint-Esprit Sa pensée, Sa volonté, Son désir n’est jamais une perte de temps. Car Dieu désire nous parler et nous conduire afin que nous puissions vivre en conformité avec Sa volonté et Sa Parole.

Il est également important de toujours s’assurer d’avoir bien compris la Parole de Dieu et de ne pas en faire sa propre interprétation personnelle, ni vouloir imposer aux autres ce que nous avons compris. C’est le Saint-Esprit qui convainc et nous avons tous besoin de vivre en fonction des convictions qu’Il nous donne, car agir sans conviction est de l'ordre du péché (cf. Romains 14 :23). La sanctification – la mise à part pour Le servir – est d'abord une affaire personnelle. Nous ne sommes pas appelés à sanctifier les autres, mais à être un exemple de vie sanctifiée que le Saint-Esprit va pouvoir utiliser pour impacter les autres au travers de nos actions. Ainsi, dans cette démarche, nous nous apercevrons parfois que nous avons exagéré certains points de notre vie et minimisés d’autres. Nous avons besoin que Dieu nous apprenne ce qui est important à Ses yeux.

Si tu n’as pas l’habitude de le faire, c’est le bon moment pour décider d’investir du temps tous les jours pour lire la Bible (le mieux est de le faire de manière suivie, il existe de nombreux plans de lecture) et de la mettre en pratique, car c’est ainsi que la sanctification se produit... Pourquoi ne pas commencer dès aujourd’hui ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram