JOUR 7 - Nos paroles ont un impact sur la vie et le succès des gens qui nous entourent, il est donc important de savoir proclamer ce que Dieu dit...

VERSETS BIBLIQUES :

Juges 6 :11-15
Jean 1 :42
Proverbes 18 :21

VERSETS RÉFÉRENCE :

Juges 6:11-15 Louis Segond
11 Puis vint l'ange de l'Éternel, et il s'assit sous le térébinthe d'Ophra, qui appartenait à Joas, de la famille d'Abiézer. Gédéon, son fils, battait du froment au pressoir, pour le mettre à l'abri de Madian.
12 L'ange de l'Éternel lui apparut, et lui dit: L'Éternel est avec toi, vaillant héros!
13 Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, si l'Éternel est avec nous, pourquoi toutes ces choses nous sont-elles arrivées? Et où sont tous ces prodiges que nos pères nous racontent, quand ils disent: L'Éternel ne nous a-t-il pas fait monter hors d'Égypte? Maintenant l'Éternel nous abandonne, et il nous livre entre les mains de Madian!
14 L'Éternel se tourna vers lui, et dit: Va avec cette force que tu as, et délivre Israël de la main de Madian; n'est-ce pas moi qui t'envoie?
15 Gédéon lui dit: Ah! mon seigneur, avec quoi délivrerai-je Israël? Voici, ma famille est la plus pauvre en Manassé, et je suis le plus petit dans la maison de mon père.

Jean 1:42 Louis Segond
42 Et il le conduisit vers Jésus. Jésus, l'ayant regardé, dit: Tu es Simon, fils de Jonas; tu seras appelé Céphas (ce qui signifie Pierre).

RÉFLEXIONS :

Lis Juges 6 :11-15 et Jean 1 :42 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

L’ange appelle Gédéon « vaillant héros », alors qu’il ne l’est pas encore, pourquoi dit-il cela ?

Jésus change le nom de Pierre, pourquoi fait-il cela ?

CONTENU :

Le véritable fruit de nos vies ce n’est pas nous qui le portons, mais ce sont ceux que nous avons influencé. Le véritable succès n’est pas dans ce que nous possédons, ni dans ce que nous accomplissons, le succès c’est influencer et libérer les autres pour qu’ils deviennent ce que Dieu désire, qu’ils entrent dans leur destinée. Saisir cette réalité du succès implique de savoir parler de la bonne manière, car notre langue nous donne le pouvoir de donner la vie ou la mort (cf. Proverbes 18 :21). Ce que nous disons a une influence importante sur les autres, cela peut changer le cours de leur vie et de leur éternité.

Dans ce texte de Juges 6, l’ange de l’Eternel vient à la rencontre de Gédéon. Ce dernier n’a pas une haute estime de lui-même et sa position familiale et sociale est loin d’être favorable. D’un point de vue humain, il est loin d’être un héros et il ne semble pas en avoir les prédispositions. Et pourtant, l’ange de l’Eternel va le saluer par cette déclaration surprenante : « L’Eternel est avec toi vaillant héros ! » (cf. Juges 6 :12). En fait, Dieu ne traite pas Gédéon à la mesure de ce qu’il semble être, ni ce qu’il pense de lui-même et encore moins de ce que les autres pensent. Dieu s’adresse à Gédéon selon ce qu’Il pense de Lui, Il le voit comme un vaillant héros et c'est la destinée qu'Il a prévue pour lui.

Personne ne naît héros, mais nous le devenons par nos choix, nos décisions et nos actions. Ainsi, de la même manière, nous ne sommes pas appelés à traiter l’autre en fonction de ce qu’il ou elle est aujourd’hui, mais en fonction de ce que Dieu dit et voit. Si nous traitons notre prochain et parlons à l’autre selon ce qui est aujourd’hui, cette personne ne pourra pas changer, alors que si nous agissons et déclarons ce qui doit être, nous permettons à cette personne de devenir ce qu'elle est destinée à être. Nos paroles ne sont pas des constatations, mais des déclarations de ce que Dieu voit, veut et dit. Il nous incombe de savoir discerner ce que l’autre doit devenir et agir et de parler en fonction de cela.

Il ne s’agit pas ici de parler ou d’agir de manière hypocrite, à savoir en disant des choses que l’on ne pense pas. Il est nécessaire de s’accorder avec Dieu en mettant notre foi en accord avec Lui. Il ne s’agit pas non plus de caresser les gens dans le sens du poil sans oser rien dire d’autre, et l’exemple parfait est celui de Jésus. Lorsqu’Il rencontre Simon, Il va changer son nom pour l’appeler Pierre. Cela peut vous sembler anodin et pourtant en agissant ainsi Jésus fait une déclaration forte, Il traite Pierre à la mesure de ce qu’Il doit être. Dès lors, il n'est plus dé ni comme un suiveur (Simon veut dire « celui qui écoute »), mais comme un rocher sur lequel des générations de disciples vont être bâties. Car dans la pensée juive de l’époque, le nom était directement relié à l’identité. Ainsi, chaque fois que Jésus s’adressait à Pierre, Il déclarait ce que celui-ci était appelé à devenir : un homme qui serait un roc pour l’Evangile et un soutien pour beaucoup. Vous pouvez également lire Genèse 17 et vous verrez que Dieu fait la même chose avec Abraham.

Être disciple de Christ et marcher dans la victoire, ce n’est pas seulement s’écarter de la critique et des paroles négatives, mais c’est également savoir utiliser nos bouches pour édifier les gens qui nous entourent afin qu’ils deviennent des héros au sein de leur génération. Apprenons donc à utiliser notre langue pour bâtir, bénir et traiter l’autre selon ce que Dieu dit et veut. Cela commence par savoir garder nos oreilles attentives à ce que Dieu dit et nos cœurs centrés sur Son Royaume. Dieu fait de toi quelqu’un qui lève des héros et cela commence maintenant. Décide donc d’aligner ta langue sur Sa volonté, car l’Eternel est avec toi, vaillant héros...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 7 – Entrer dans une vie de sainteté par la repentance

Pour entrer dans une vie de sainteté,
il est nécessaire de vivre dans une vie de repentance

VERSETS RÉFÉRENCE :

Psaumes 139:23-24 Louis Segond
23 Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon coeur! Éprouve-moi, et connais mes pensées !
24 Regarde si je suis sur une mauvaise voie, Et conduis-moi sur la voie de l'éternité !

Psaumes 19:13 Louis Segond
13 (19:14) Préserve aussi ton serviteur des orgueilleux; Qu'ils ne dominent point sur moi ! Alors je serai intègre, innocent de grands péchés.

RÉFLEXIONS :

Lis Psaumes 139 :23-24 et Psaumes 19 :13 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Que nous montrent ces deux versets sur l’attitude de David à l’égard de Dieu ?

Prends un moment pour prier ces versets du psaume 139 :23-24.

CONTENU :

On considère souvent la repentance comme quelque chose de négatif et on l’associe aux fautes et à une certaine forme de culpabilité. C'est tellement loin de la réalité... En fait la repentance est quelque chose d’extrêmement positif et réjouissant. Il n’y a aucune accusation, ni punition et encore moins culpabilité dans la repentance. Se repentir est l’action qui devrait suivre naturellement la prise de conscience de notre péché et de notre état de séparation d’avec Dieu. Il s’agit simplement de reconnaître les choses devant Dieu en Lui demandant pardon, tout en s’engageant à se séparer de ce péché. Lorsque nous nous sommes repentis, nous continuons de marcher avec Dieu dans Ses projets et Sa volonté. En fait la repentance n’est rien d’autre que la clé pour vivre le Royaume de Dieu (cf. Matthieu 4 :17).

La repentance est une clé de la vie de disciple et ce n’est pas quelque chose que l’on fait une fois pour toutes, nous devons repasser par là de manière régulière. Car notre chair, notre nature humaine, est faible et toujours encline à s'éloigner de Dieu (cf. Galates 5 :17). Se repentir, ce n’est pas répéter toujours la même chose, c’est continuer de vivre dans cette dimension de renoncement à soi afn de vivre pour Christ en choisissant de se séparer de tout ce qui nous sépare de Dieu et de Sa volonté. Il arrive parfois que des personnes disent quelque chose comme : « Je sais que ce n’est pas la volonté de Dieu, mais je ne veux pas changer. Ou je n’ai pas le choix, ou je n’ai pas envie de m’en débarrasser, voire même j’ai envie de continuer... ». Ce genre de prise de position est dangereuse car c'est en réalité une désobéissance volontaire et délibérée au Saint-Esprit. Car le fait de connaître la vérité et de ne pas vouloir se soumettre à la volonté de Dieu amène à se couvrir petit à petit d’une carapace et à perdre la sensibilité au Saint-Esprit. Et seul le Saint-Esprit peut nous amener à une réelle conviction de péché qui peut produire une vraie repentance. C’est pour cette raison qu’il est important de ne pas L’attrister et de savoir Lui demander pardon pour nos attitudes rebelles et dures. Il est vital que nous sachions toujours garder un cœur ouvert et sensible au Saint-Esprit, car Il est notre ami, notre partenaire, Celui qui nous conduit dans toute la vérité (cf. Jean 16 :13).

La Bible nous parle de David comme étant un homme selon le cœur de Dieu (cf. Actes 13 :22) et c’est lui qui a écrit les deux psaumes mentionnés ci-dessus. Non pas que David ait été quelqu’un de parfait, loin s’en faut, et la Bible parle clairement de quelques-uns de ses péchés, comme l’adultère, le meurtre avec préméditation, le mensonge, etc. Cependant, Dieu a dit de lui qu'il était un homme selon Son cœur. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’il avait un désir constant de plaire à Dieu et que sa vie soit proche de Lui (cf. Psaumes 139 :23-24). Il était prêt à se remettre en question et à permettre à Dieu de sonder son cœur afin de lui révéler ses erreurs et ses manquements. C’est ce qui l’a amené à prier pour se repentir devant Dieu même des péchés dont il n’avait pas conscience (cf. Psaumes 19 :13). Et ce psaume, comme tous les autres, n’était pas juste une prière occasionnelle, mais bien plus un état d'esprit et un modèle de prière pour tous.

C’est exactement cette attitude de cœur que Dieu recherche encore aujourd’hui dans nos vies. Nous devons devenir des hommes et des femmes selon Son cœur. Il est important que ces mêmes prières puissent jaillir de nos cœurs tel un cri vers Dieu. Il peut également être bon d’investir parfois de manière régulière dans des temps de jeûne et de prières, comme des moments de mise à part pour laisser le Saint-Esprit sonder nos vies et nous transformer afin que nous devenions conformes à l’image de Jésus-Christ.

C’est le moment de vivre dans la plénitude du Royaume de Dieu en faisant de la repentance ton style de vie... Et pourquoi ne pas commencer maintenant ?

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 6 – Le pardon nous libère

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 2:3-12Louis Segond
3 Des gens vinrent à lui, amenant un paralytique porté par quatre hommes.
4 Comme ils ne pouvaient l'aborder, à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et ils descendirent par cette ouverture le lit sur lequel le paralytique était couché.
5 Jésus, voyant leur foi, dit au paralytique: Mon enfant, tes péchés sont pardonnés.
6 Il y avait là quelques scribes, qui étaient assis, et qui se disaient au dedans d'eux:
7 Comment cet homme parle-t-il ainsi? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul?
8 Jésus, ayant aussitôt connu par son esprit ce qu'ils pensaient au dedans d'eux, leur dit: Pourquoi avez-vous de telles pensées dans vos coeurs?
9 Lequel est le plus aisé, de dire au paralytique: Tes péchés sont pardonnés, ou de dire: Lève-toi, prends ton lit, et marche?
10 Or, afin que vous sachiez que le Fils de l'homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés:
11 Je te l'ordonne, dit-il au paralytique, lève-toi, prends ton lit, et va dans ta maison.
12 Et, à l'instant, il se leva, prit son lit, et sortit en présence de tout le monde, de sorte qu'ils étaient tous dans l'étonnement et glorifiaient Dieu, disant: Nous n'avons jamais rien vu de pareil.

Jean 8:34-36 Louis Segond
34 En vérité, en vérité, je vous le dis, leur répliqua Jésus, quiconque se livre au péché est esclave du péché.
35 Or, l'esclave ne demeure pas toujours dans la maison; le fils y demeure toujours.
36 Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.

RÉFLEXIONS :

Le pardon nous libère, mais peut aussi parfois produire la guérison et le salut pour la personne pardonnée

Lis Marc 2 :3-12 et Jean 8 :34-36 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quelle est la conséquence du pardon des péchés sur la vie de cet homme ?

Qu’est-ce que le pardon peut produire dans ta vie ? Et pour celui ou celle à qui tu pardonnes ?

CONTENU :

Le péché nous sépare de Dieu, mais il nous maintient également sous l’esclavage de la culpabilité, de l’accusation et de la destruction, lesquelles nous mènent à la mort (cf. Romains 6 :16). Lorsque nous entrons dans une dimension de repentance en nous tournant vers Dieu pour Lui confesser nos péchés tout en choisissant de nous en détourner, Christ nous pardonne et nous libère. La culpabilité et l’accusation ne viennent jamais de Dieu, par contre ce dernier, par l'intermédiaire du Saint-Esprit, vient nous convaincre de péché, de justice et de jugement (cf. Jean 16 :8). La conviction de péché révèle notre état de misère du fait que nous sommes séparés de Dieu. La conviction de justice vient attester dans nos cœurs que le prix a été payé au travers de la mort et de la résurrection de Jésus ; et la conviction de jugement n’est pas à notre égard, mais à l’encontre du prince de ce monde : le diable, qui n’a de cesse de vouloir nous accuser afin de nous garder esclaves de son joug. Ainsi le pardon nous libère de l’accusation et du jugement afin de nous permettre de vivre dans Sa liberté...

Dans Jean 8 :36, Jésus dit clairement qu’Il veut nous libérer et que dès lors nous serons libres par rapport au péché. Ce qui ne veut pas dire que nous n’allons plus jamais pécher, mais cela implique que nous avons désormais la liberté sur ce dernier... Jésus parle ici de « demeurer dans la maison ». En fait le péché nous fait quitter la maison du Père. Le péché peut nous pousser à faire semblant de servir Dieu alors qu’en réalité nous servons nos mauvais désirs. Mais cela ne peut perdurer. Le fils prodigue est retourné à la maison du Père en souhaitant être un esclave afin de pouvoir au moins manger à sa faim ; mais il en était hors de question pour le père qui ne lui a pas laissé le temps de formuler cette demande et qui l’a accueilli comme un fils, le libérant de sa fausse image de l’amour de Dieu. Jésus nous libère en tant que fils/ filles : Lui seul connaît cet amour incompréhensible du Père, mais la bonne nouvelle est aussi qu'Il peut nous le révéler. Le cœur du fils prodigue a été profondément transformé lorsque son image du Père a été bouleversée, lorsque son père l’a accueilli sans conditions.

Une autre liberté qui nous est acquise par le pardon, celle que nous obtenons lorsque nous choisissons de pardonner aux autres, car tant que nous ne le faisons pas, nous sommes liés avec la ou les personnes qui nous ont offensées. Nous nous enfermons alors dans une prison qui vient lier nos pensées et nos émotions. Au contraire, dès que nous choisissons de pardonner, nous recouvrons notre liberté face à ces personnes. Nous pouvons les aimer, les regarder dans les yeux sans aucune crainte ni difficulté́. Pardonner, c’est vivre dans la liberté relationnelle à l’égard de tous. Et la clé de cette liberté nous appartient ! Qui plus est, pardonner va également libérer la personne à qui nous pardonnons, car tant que nous ne l’avons pas fait, nous la gardons dans la prison de notre non pardon. Il est étonnant de noter qu’il arrive souvent que le pardon accordé libère l’autre de telle sorte que cette personne rencontre Jésus comme son Seigneur et Sauveur (si ce n’était pas encore fait)...

Où en es-tu aujourd’hui, as-tu besoin de vivre la libération que le pardon permet ? Jésus est venu pour cela et Il t'a donné ce pouvoir de vivre dans Sa liberté par le moyen du pardon... Ce n’est pas une question d’envie, mais une nécessité ! Prends donc un temps avec Dieu et laisse le Saint-Esprit te parler et te conduire.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 1 - Le pardon, une dette morale

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 18:15-35 Louis Segond

15 Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère.
16 Mais, s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins.
17 S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Église; et s'il refuse aussi d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain.
18 Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.
19 Je vous dis encore que, si deux d'entre vous s'accordent sur la terre pour demander une chose quelconque, elle leur sera accordée par mon Père qui est dans les cieux.
20 Car là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d'eux.
21 Alors Pierre s'approcha de lui, et dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il péchera contre moi? Sera-ce jusqu'à sept fois?
22 Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à septante fois sept fois.
23 C'est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs.
24 Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents.
25 Comme il n'avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu'il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu'il avait, et que la dette fût acquittée.
26 Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit: Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout.
27 Ému de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette.
28 Après qu'il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l'étranglait, en disant: Paie ce que tu me dois.
29 Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant: Aie patience envers moi, et je te paierai.
30 Mais l'autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu'à ce qu'il eût payé ce qu'il devait.
31 Ses compagnons, ayant vu ce qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé.
32 Alors le maître fit appeler ce serviteur, et lui dit: Méchant serviteur, je t'avais remis en entier ta dette, parce que tu m'en avais supplié;
33 ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon, comme j'ai eu pitié de toi?
34 Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il eût payé tout ce qu'il devait.
35 C'est ainsi que mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son coeur.

RÉFLEXIONS :

Le pardon, c’est remettre une dette à quelqu’un qui nous doit quelque chose ou qui nous a fait du mal et qui, par conséquent, a envers nous une dette morale

Lis Matthieu 18 :15-35 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Que nous enseigne Jésus ?

A ton avis, qu’est-ce qui caractérise le vrai pardon ?

Quelles sont les conséquences du pardon selon toi ?

CONTENU :

Ce texte commence par les mots : « Si ton frère a péché... », car en réalité le pardon est la suite normale et la réponse logique du péché selon le cœur de Dieu. Comme nous l’avons vu précédemment dans le chapitre « Rencontrer Jésus et Le suivre », le péché est grave car il nous sépare de Dieu. Et Jésus nous enseigne ici d’abord sur la gravité du péché et le moyen d'aider une personne dans la foi qui a désobéi à la volonté de Dieu. Jésus nous révèle comment gagner la confiance et le cœur de cette personne a n de lui permettre de réaliser son erreur et de revenir vers Dieu avec repentance a n de recevoir le pardon. Car Dieu n’est pas là pour nous juger, mais pour nous pardonner et nous libérer.

Comme Jésus le relève ici, nous ne devons surtout pas cautionner le péché de quelqu’un par amour. Car en réalité si nous couvrons ou fermons l'œil sur le péché d’autrui, nous ne l’aimons pas vraiment : au contraire, nous le laissons s’éloigner de Dieu. Alors que lorsque nous aimons notre prochain, nous pouvons le confronter avec sa désobéissance avec amour, sans jugement, afin de l’accompagner dans la repentance et le processus de restauration...

Souvent les gens disent facilement : « il faut pardonner... ». En fait souvent ces personnes sont elles-mêmes dans le péché et ne veulent pas le régler, donc elles espèrent que Dieu va fermer les yeux sur leur péché quand elles arriveront dans l’éternité. Et donc elles aimeraient que l’on fasse la même chose pour eux ici sur la terre. Cependant pardonner n’est pas passer l'éponge sur les choses comme si de rien n’était, il s'agit de reconnaître et confronter les choses afin de les traiter, car cela nous détruit... C’est pour cette raison que Jésus prend le péché très au sérieux et nous appelle à en faire de même.

Il y a ensuite dans ce texte cette question de Pierre : « Si mon frère pèche contre moi... ». Là il ne s’agit plus de la relation de l’autre à l’égard de Dieu, mais de sa relation avec moi. Pierre sait qu’il a été offensé et qu'il le sera encore, cela fait partie de la vie, et il sait qu’il est sensé pardonner, cependant il aimerait savoir jusqu’où le pardon peut aller... Et c’est certainement la même chose pour nous aujourd’hui...

Il faut dire tout d’abord que le pardon nécessite de savoir reconnaître que l’on a été offensé, bafoué, trahi, abandonné, méprisé, victime d’une injustice, etc. Cela provoque en nous une blessure dans notre cœur qui, si elle n’est pas traitée, vient détruire notre relation avec l’autre, notre relation avec Dieu et parfois même notre identité.

Une fois que nous avons reconnu la dette matérielle, physique ou morale, provoquée du fait que nous ayons été offensés, il nous reste à prendre une décision : celle de remettre cette dette en choisissant de l’effacer. Car pardonner n’est pas passer sur les choses comme si de rien n’était, c’est reconnaître ce qui s’est passé et, devant Dieu, décider de pardonner à la personne qui nous a offensé. Cela revient à renoncer à notre droit de faire souffrir la personne jusqu’à ce qu’elle me donne ce qu’elle me doit, jusqu’à ce qu’elle paye sa dette envers moi... L’histoire à la fin de ce texte de Matthieu donne un exemple de non pardon : cet homme avait le droit de mettre son débiteur en prison, ce qu’il a fait. De la même manière, lorsque nous ne pardonnons pas, nous mettons les gens dans les prisons de notre non-pardon. Cependant Jésus nous a donné l'exemple lorsqu’Il a dit sur la croix : « Père, pardonne-leur... » (Luc 23 :34).

Pardonner, c’est donc premièrement reconnaître que l’on nous doit quelque chose, que nous avons un droit, et c'est alors faire le choix d’y renoncer sans condition, ni contrepartie... Le véritable pardon consiste à oublier ce qui s’est passé, à choisir de ne pas le remettre sur le tapis à l'avenir... On ne revient alors plus sur ce qui a été pardonné... Ainsi, si nous sommes à nouveau en conflit, nous ne pouvons plus dire des phrases comme : « c’est toujours la même chose », « tu m’avais fait cela », etc. Ce qui est pardonné appartient à Dieu et non plus à nous. C’est également ce que notre Dieu a fait avec nous : Il ne nous traite pas à la mesure de ce que nous avons fait en nous rappelant nos erreurs, Il nous a pardonné, libéré et Il nous traite à la mesure de Sa grâce... Agissons donc de même à l’égard de ceux à qui nous avons pardonné !

Savoir pardonner est puissamment libérateur car cela libère la personne à qui nous pardonnons et cela peut nous permettre de vivre une relation renouvelée avec elle. Mais cela nous permet également de sortir du piège de la haine et de l’amertume qui nous détruit... Avant d’aller plus loin, je t’encourage à prendre un temps avec le Saint-Esprit pour qu’Il puisse t'aider à sonder l'état de ton cœur. Laisse-Le te révéler si tu as laissé de l'amertume envers certaines personnes prendre racine afin que tu puisses prendre la décision de leur pardonner...

MA DÉCISION:

➤  Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

➤  Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

➤  Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
Nos plans YouVersion
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram