Jour 7 – Bien que le baptême ne se fasse qu’une seule fois dans notre vie, notre engagement doit être renouvelé et la Sainte-Cène est un moment particulier qui nous rappelle ce que Christ a fait pour nous et notre choix de vivre et de mourir pour Lui...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Luc 22:15-20 Louis Segond
15 Il leur dit: J'ai désiré vivement manger cette Pâque avec vous, avant de souffrir;
16 car, je vous le dis, je ne la mangerai plus, jusqu'à ce qu'elle soit accomplie dans le royaume de Dieu.
17 Et, ayant pris une coupe et rendu grâces, il dit : Prenez cette coupe, et distribuez-la entre vous ;
18 car, je vous le dis, je ne boirai plus désormais du fruit de la vigne, jusqu'à ce que le royaume de Dieu soit venu.
19 Ensuite il prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant : Ceci est mon corps, qui est donné pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.
20 Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.

1 Corinthiens 11:23-31 Louis Segond
23 Car j'ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné ; c'est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain,
24 et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous ; faites ceci en mémoire de moi.
25 De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang ; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.
26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu'à ce qu'il vienne.
27 C'est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.
28 Que chacun donc s'éprouve soi-même, et qu'ainsi il mange du pain et boive de la coupe ;
29 car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.
30 C'est pour cela qu'il y a parmi vous beaucoup d'infirmes et de malades, et qu'un grand nombre sont morts.
31 Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.

Actes 2:46 Louis Segond
46 Ils étaient chaque jour tous ensemble assidus au temple, ils rompaient le pain dans les maisons, et prenaient leur nourriture avec joie et simplicité de coeur,

RÉFLEXIONS :

Lis Luc 22 :15-20, 1 Corinthiens 11 :23-31, Actes 2 :46 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Lorsque l’on parle de Sainte-Cène, qu’est-ce qui te semble essentiel ?

Dans la Sainte-Cène, il y a un rapport avec le passé, le présent et le futur : est-ce que tu peux décrire cela ?

CONTENU :

Quel rapport le baptême a-t-il avec la Sainte-Cène, te demandes-tu ? En fait, les deux sont intimement liés. Comme nous l’avons déjà vu, lors du baptême nous choisissons de mourir à nous-mêmes pour vivre pour et avec Christ Sa vie de résurrection. Et, en prenant la Sainte-Cène, nous nous rappelons ce que Christ a fait pour nous, ainsi que notre engagement de disciple... Est-ce que cela veut dire qu’il faut être baptisé pour prendre la Sainte-Cène ? Certainement pas, cependant il ne serait pas juste de prendre régulièrement la Sainte-Cène sans vouloir s’engager dans les eaux du baptême. Ainsi l’ordre n’a pas d’importance, ce qui l’est c’est que l'un et l'autre soient pratiqués. Ces deux symboles (Baptême et Sainte-Cène) se rapportent à la même chose : la mort et la résurrection de Christ. Toutefois, prendre la Sainte-Cène sans vouloir accepter le baptême (à moyen ou long terme) serait contradictoire : ce serait vouloir bénéficier de l’alliance sans en prendre les responsabilités.

La Sainte-Cène n'a rien d'un acte religieux, c’est un moment de joie et de partage. Initialement la Sainte-Cène était un repas qui se prenait dans la simplicité (cf. Actes 2 :46). Ce qui malheureusement contraste avec l’attitude qui prévaut parfois dans nos églises où c’est devenu un rite rempli de traditions religieuses... De la même manière, ce ne sont pas les éléments qui sont importants, le pain et le fruit de la vigne ne sont pas saints, ce ne sont que des symboles... Ce qui est saint – mis-à-part – c’est le temps de rencontre et d’intimité avec Christ. Ainsi la Sainte-Cène est un temps de vie, c’est manger à la table du Roi. Jésus est celui qui préside et c’est Lui que nous rencontrons, c’est un temps d’intimité particulier avec notre bien-aimé Seigneur et, chaque fois que nous prenons le pain et la coupe, le Saint-Esprit désire nous toucher d’une manière particulière. C’est pour cette raison qu’il est important de ne pas prendre ce repas par tradition, ou comme un acte religieux, mais de pratiquer la Sainte-Cène intentionnellement afin d'être touché et visité par Dieu.

Il y a dans la Sainte-Cène un rapport au passé : nous nous souvenons que Jésus a donné Sa vie pour que nous soyons pardonnés et réconciliés avec Dieu. C’est une occasion de le remercier et de le célébrer pour Son œuvre accomplie à la croix. C’est aussi le moment où nous nous rappelons que notre passé a été pardonné, que nous sommes une nouvelle créature et que nous avons choisi de marcher dans cette nouveauté de vie. Il y a également un rapport au présent : nous sommes un corps, une Eglise, ce qui nous donne accès à la communion fraternelle. C'est pourquoi il est important de s’examiner soi-même afin de ne pas garder de rancœur ou d'amertume à l’égard d’un autre disciple de Christ. La Sainte-Cène nous rappelle que nous sommes un et que nous sommes appelés à vivre dans cette unité en aimant notre prochain. La coupe nous rappelle aussi l'alliance que Christ a fait avec nous et dans laquelle nous vivons. En prenant ce repas, nous manifestons simplement à nouveau notre allégeance et notre obéissance à notre Seigneur. En fin, la Sainte-Cène comporte un rapport au futur, à savoir l’espérance et la joie du retour prochain de Jésus. Nous cultivons l’urgence de Son retour et la joie de passer l’éternité avec Lui. Avoir les pieds sur terre, mais les yeux fixés dans l’éternité change notre manière de vivre (cf. Romains 8 :18).

Ainsi, sois attentif à ne jamais prendre la Sainte-Cène de manière légère, mais dispose ton cœur à rencontrer Dieu et libère-toi de tout poids, péchés et fardeaux... Attends-toi à Dieu et tu seras étonné de ce que tu vas vivre... Il est normal de vivre des guérisons, des libérations ou des percées lorsque l'on prend la Sainte-Cène...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 6 –  Le baptême nous rappelle que notre foi ne touche pas seulement notre tête, mais notre être tout entier.

Notre esprit, notre âme et notre corps doivent vivre dans Son alignement...

VERSETS RÉFÉRENCE :

1 Thessaloniciens 5:23 Louis Segond
23 Que le Dieu de paix vous sanctifie lui-même tout entiers, et que tout votre être, l'esprit, l'âme et le corps, soit conservé irrépréhensible, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus-Christ !

Galates 5:16-17 Louis Segond
16 Je dis donc : Marchez selon l'Esprit, et vous n'accomplirez pas les désirs de la chair.
17 Car la chair a des désirs contraires à ceux de l'Esprit, et l'Esprit en a de contraires à ceux de la chair ; ils sont opposés entre eux, afin que vous ne fassiez point ce que vous voudriez.

Romains 12:1-2 Louis Segond
1 Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable.
2 Ne vous conformez pas au siècle présent, mais soyez transformés par le renouvellement de l'intelligence, afin que vous discerniez quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, agréable et parfait.

Psaumes 103:2 Louis Segond
2 Mon âme, bénis l'Éternel, Et n'oublie aucun de ses bienfaits

RÉFLEXIONS :

Lis 1 Thessaloniciens 5 :23, Galates 5 :16-17, Romains 12 :1-2 et Psaumes 103 :2 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Comment décrirais-tu ce que sont l’esprit, l’âme et le corps ?

Lorsque Paul parle de marcher par l’Esprit en opposition à la chair, que veut-il dire et qu’est-ce que cela implique pour ta vie quotidienne ?

CONTENU :

Ce message est fondamental et peut complètement bouleverser ta manière de vivre... Comprendre cela et l’appliquer dans ta vie quotidienne est ce qui va te permettre d’être toujours en haut et jamais en bas (cf. Deutéronome 28 :13). Car être en haut ne dépend pas de ce qui nous entoure ou nous arrive, c’est une décision : celle de marcher par l’Esprit ! Lorsque Dieu a tout créé, Il a établi des lois, telles que la loi de la gravité, et tout est fait pour fonctionner de manière ordonnée. Ainsi Dieu a créé l’homme en trois parties distinctes bien qu’unies, et chacune d’elle est prévue pour fonctionner avec ordre et en lien avec les autres (cf. 1 Thessaloniciens 5 :23).

Tout d’abord l’esprit est la partie éternelle en nous qui continuera à vivre au-delà de notre vie physique (cf. Ecclésiaste 12 :7). C’est par l’esprit, qui est l’élément le plus élevé chez l’homme, que nous comprenons les vérités spirituelles et que nous sommes en relation avec Dieu. Notre esprit est la partie la plus puissante de notre être. C’est lui qui décide si un comportement sera bon ou mauvais, dans cette connexion avec Dieu.

L’âme comprend la vie émotionnelle, les désirs, la volonté, les pensées, les raisonnements, l’inconscient et l’intelligence. Notre âme peut être divisée en trois parties : notre intelligence (ce que nous pensons), nos émotions (ce que nous ressentons) et notre volonté (ce que nous décidons). C’est l’âme qui nous donne le plus intensément conscience de notre appartenance terrestre.

En ce qui concerne le corps, Genèse 2 :7 nous parle de la matière physique dont nous avons été créés. Depuis la chute, le corps n’est plus parfait puisque nous pouvons être atteints par la maladie, la faiblesse et la fatigue. L’impact de la chute a également touché notre esprit et notre âme. Le corps est sujet à la mort et destiné à mourir (cf. Hébreux 9 :27), c’est lui qui abrite notre esprit et notre âme au cours de notre vie terrestre.

Ainsi, parce qu’ils ont des fonctions différentes, l’esprit, l’âme et le corps doivent interagir dans l’ordre et l’harmonie pour que l’homme devienne un être accompli. C’est le dessein de Dieu pour nous. Dieu a créé l’homme pour qu’il soit un être spirituel dont l'esprit dirige l'être tout entier. Ainsi, si au lieu de marcher par l’Esprit, c’est-à-dire de laisser notre esprit diriger, nous marchons selon la chair, en laissant notre âme au contrôle, nous vivrons constamment une vie en dent de scie.... Bien qu’étant croyants nés de nouveau, il est possible que nous sortions de l’alignement que Dieu a prévu, à savoir notre esprit soumis au Saint-Esprit, notre âme soumise à notre esprit et notre corps soumis à notre âme. Watchman Nee a dit : « Un homme spirituel n’est pas un homme né de nouveau, mais un homme né de nouveau et qui marche dans l’alignement ». Et ce n’est pas quelque chose d'inné, ni de facile, c’est une bataille car jusqu'à notre nouvelle naissance c'est notre âme qui avait l'habitude de diriger, et elle aimerait bien rester au contrôle...

Si nous marchons par la chair et que notre âme dirige, cela implique que lorsque Dieu parlera à notre esprit, tout sera filtré au travers de nos pensées, de notre imagination, de notre intelligence, de nos émotions, etc. Par conséquent, la voix de Dieu et Sa direction seront affaiblies ou perdues. Dès lors, nous serons en proie aux mensonges de l’ennemi. Vivre dans l’alignement, c’est permettre à Dieu de parler à notre esprit de telle sorte que notre être tout entier s'accorde sur cela. C'est également ne pas laisser notre corps être prisonnier de ses pulsions et déterminer nos choix. C'est pourquoi nous pouvons parler à notre corps et lui ordonner d’être en bonne santé, tout comme nous pouvons ordonner à notre âme de se réjouir en Dieu et de Le louer.

Afin de voir rapidement du changement dans ta manière de vivre, voici une prière que je t’encourage à faire tous les jours de ta vie... Prie-la et approprie-toi cette prière en la disant avec tes propres mots...

« Je soumets mon esprit au Saint-Esprit, afin de pouvoir entendre la voix de Dieu et Lui obéir, je soumets mon âme à mon esprit lui-même soumis au Saint-Esprit et je renverse les raisonnements qui s’élèvent contre la connaissance de Dieu, j’amène mes pensées captives à l’obéissance de Christ et j’ordonne à mon inconscient, à mes désirs et à ma volonté de s’aligner sur la volonté et les projets de Dieu. Et, enfin, je soumets mon corps à mon âme elle-même soumise à mon esprit qui, lui, est soumis au Saint-Esprit. J’ordonne à mon corps de s’aligner sur la Parole de Dieu et je proclame la vigueur et l’énergie de la foi dans chaque cellule de mon corps. » Amen.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 5 –  Le baptême est l’engagement dans une vie nouvelle, une vie de plénitude et d’abondance. L’obéissance à Dieu détermine la mesure de cette vie

VERSETS RÉFÉRENCE :

Colossiens 3:1-3 Louis Segond

1 Si donc vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses d'en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu.
2 Affectionnez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la terre.
3 Car vous êtes morts, et votre vie est cachée avec Christ en Dieu.

2 Timothée 2:3-6 Louis Segond
3 Souffre avec moi, comme un bon soldat de Jésus Christ.
4 Il n'est pas de soldat qui s'embarrasse des affaires de la vie, s'il veut plaire à celui qui l'a enrôlé;
5 et l'athlète n'est pas couronné, s'il n'a combattu suivant les règles.
6 Il faut que le laboureur travaille avant de recueillir les fruits.

Romains 6:16 Louis Segond
16 Ne savez-vous pas qu'en vous livrant à quelqu'un comme esclaves pour lui obéir, vous êtes esclaves de celui à qui vous obéissez, soit du péché qui conduit à la mort, soit de l'obéissance qui conduit à la justice ?

1 Samuel 15:22 Louis Segond
22 Samuel dit : L'Éternel trouve-t-il du plaisir dans les holocaustes et les sacrifices, comme dans l'obéissance à la voix de l'Éternel ? Voici, l'obéissance vaut mieux que les sacrifices, et l'observation de sa parole vaut mieux que la graisse des béliers.

RÉFLEXIONS :

Lis Colossiens 3 :1-3, 2 Timothée 2 :3-6, Romains 6 :16 et 1 Samuel 15 :22 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Qu’est-ce que ce passage de Colossiens t’inspire et quelle influence cela peut-il avoir sur ta manière de vivre ?

Pourquoi l’obéissance est-elle si importante pour le Seigneur et quel rapport cela a-t-il avec le baptême ?

CONTENU :

Ainsi le baptême n’est pas un aboutissement, mais au contraire, c’est le démarrage de quelque chose de nouveau, une vie de disciple. Dès lors, ce qui nous motive dans la vie a changé du tout au tout, nos priorités ne sont plus les mêmes, nous nous centrons sur Christ et l'un des éléments importants de cette vie nouvelle est la discipline. D’ailleurs les mots disciple et discipline sont indissociables, à savoir qu’on ne peut être un disciple sans discipline. Il s’agit pour le disciple de savoir discipliner sa vie et ses motivations afin de laisser sa passion pour Christ grandir jusqu'à ne plus vivre que pour Lui. Car, en prenant l’engagement du baptême, nous comprenons que nous ne pouvons plus vivre pour nous-mêmes, mais que nous devons vivre pour Christ et que notre seule liberté est l’obéissance. Cependant cette dernière ne doit jamais être une contrainte, mais le résultat de notre amour pour Lui.

Dans ce passage de 2 Timothée 2, Paul décrit très clairement la réalité de la vie de disciple, il parle de souffrir, d’être un soldat, de respecter les règles, mais également de récompense. Être un disciple de Christ revient à choisir de vivre l’abondance de Dieu, en reconnaissant que, pour cela, il faut savoir faire des choix radicaux. A savoir notamment se séparer de tout ce qui nous empêche d’accomplir la volonté de Dieu et Ses projets. Les affaires de la vie dont Paul parle (cf. 2 Tim. 2 :4) ne sont pas mauvaises en soi, cependant elles ne sont pas ce qui est le plus approprié pour un soldat ! Lorsque l’on choisit de passer par les eaux du baptême, on décide de ne plus vivre pour soi-même, mais pour Christ. Ce qui implique que l’on entre dans Son armée et que l’on se soumette à Ses ordres en renonçant à tout ce qui peut nous empêcher de vivre dans Ses voies !

Cela vient souligner un aspect essentiel de la vie de disciple, à savoir la dépendance et l’obéissance. Souvent, nous avons tendance à considérer l’indépendance comme une valeur importante, néanmoins c’est quelque chose qui est détestable aux yeux de Dieu... Il désire que nous soyons autonomes, tout en étant entièrement dépendants de Lui. En réalité, plus nous grandissons dans notre vie de disciple et plus nous devenons dépendants de Christ et de Sa présence. C’est un signe de maturité ! C’est ainsi que Jésus a vécu Ses trois années de ministère avant d’être crucifié dans la dépendance à Son Père (cf. Jean 5 :19 et 12 :49). Il est donc de notre responsabilité de savoir renoncer à l’individualisme et à l’indépendance afin de nous soumettre à Dieu en choisissant de dépendre de Lui entièrement – et c’est un acte que nous avons certainement besoin de faire de manière quotidienne...

L’obéissance est quelque chose de primordial pour notre Seigneur, car en réalité si nous ne Lui obéissons pas, alors nous obéissons au péché qui conduit à la mort (cf. Romains 6 :16). Obéir est donc simplement une question de vie ou de mort ! Obéir, c’est également l’assurance de vivre dans la victoire et dans l’abondance, ce qui n’exclut pas les combats ni les épreuves, mais nous permet d’être toujours en haut et jamais en bas (cf. Deutéronome 28 :13). Si vous considérez la multitude des promesses que Dieu nous fait dans Sa Parole, un grand nombre d’entre elles sont liées de manière conditionnelle à notre capacité à obéir à Sa volonté. Regarde simplement par exemple Deutéronome 28 :1-14. Rien ne peut remplacer notre obéissance : aucune bonne action, ni aucun sacrifice, ni même notre offrande... L’obéissance est la norme de la vie de disciple et la clé de la victoire !

Cependant notre obéissance ne doit pas être un fardeau, en fait nous obéissons à Dieu parce que nous l'aimons (cf. Jean 14 :15). Nous ne devons pas obéir par devoir, mais par amour et conviction, sinon nous ne sommes plus des soldats, mais des mercenaires qui agissent par intérêt et non pas par passion. Pour vivre cette passion, c’est simple, nous avons besoin d’investir du temps avec Dieu de manière quotidienne pour développer un dialogue avec Lui. Il s’agit également de savoir rappeler à nos cœurs tout ce que Christ a fait pour nous, ce qu’Il nous a pardonné et ce dont Il nous a libéré. Prends donc un moment pour considérer ce que Christ a fait pour toi et décide de prendre ce temps de manière régulière afin de garder un cœur amoureux et passionné pour Lui et pour Son Royaume. C’est alors que l’obéissance et la discipline deviendront quelque chose de simple et de naturel.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 4 –  Par le baptême, nous nous identifions à Jésus-Christ dans Sa mort et Sa résurrection. Et il n’y a pas de vie de résurrection sans qu’il n'y ait de mort ! 

VERSETS RÉFÉRENCE :

Jean 3:30 Louis Segond
30 Il faut qu'il croisse, et que je diminue.

Galates 2:20 Louis Segond
20 J'ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n'est plus moi qui vis, c'est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi au Fils de Dieu, qui m'a aimé et qui s'est livré lui-même pour moi.

2 Corinthiens 5:17-21 Louis Segond
17 Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles.
18 Et tout cela vient de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par Christ, et qui nous a donné le ministère de la réconciliation.
19 Car Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec lui-même, en n'imputant point aux hommes leurs offenses, et il a mis en nous la parole de la réconciliation.
20 Nous faisons donc les fonctions d'ambassadeurs pour Christ, comme si Dieu exhortait par nous; nous vous en supplions au nom de Christ: Soyez réconciliés avec Dieu!
21 Celui qui n'a point connu le péché, il l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu.

RÉFLEXIONS :

Lis Jean 3 : 30, Galates 2 :20 et 2 Corinthiens 5 :17-21 et prends un moment  pour répondre aux questions suivantes :

Quelle différence y a-t-il entre les paroles de Jean-Baptiste dans Jean 3 : 30 et celles de Paul dans Galates 2 :20 ? Et quelle différence cela produit-il dans la vie quotidienne ?

Dans le passage de 2 Corinthiens 5 :17-21, quels points importants relèves-tu et quels liens cela a-t-il avec le baptême ?

CONTENU :

Selon Romains 6, le baptême est le symbole d’un ensevelissement (l’immersion) et d’une résurrection (lorsque l’on ressort de l’eau). Cependant il s’agit bien plus que d’un simple symbole. C’est une participation, une communion à ce que Jésus-Christ a enduré pour nous à notre place par Sa mort sur la croix et par Sa résurrection. Lorsque Jésus s’est fait baptiser, Il l’a fait pour s’identifier à nous en tant que pécheurs, et c’est à partir de ce moment-là qu’Il est entré dans Son ministère terrestre. Lorsque nous nous faisons baptiser, nous nous identifions à ce que Christ a fait pour nous et, bien que ce soit un acte unique dans notre vie, nous devons continuer à aligner quotidiennement nos vies avec la mort et la résurrection de Jésus.

Jésus a déclaré qu’Il est la résurrection et la vie (cf. Jean 11 :25) et non pas la vie et la résurrection ! En fait, l’on ne peut pas vivre une vie de résurrection sans être au préalable passé par la mort. Comme Martin Luther a dit un jour : « Mon vieil homme est mort, mais bougre qu’il sait bien nager... ». Ce qu'il voulait dire, c'est que notre vieille nature est morte lors de notre baptême, cependant elle essaye de revenir et, si nous ne sommes pas vigilants, elle y arrive bien. C’est pourquoi nous devons rester proches de Jésus en nous identifiant à Son œuvre afin de vivre la plénitude de notre nouvelle nature. Une fois encore, c’est une décision que l’on a besoin de prendre quotidiennement, voire plusieurs fois par jour.

Toutes les fois où nous nous approchons, par la foi, de la croix, le Saint- Esprit nous aide à entrer dans un échange entre nos péchés et l’innocence de Jésus, entre nos maladies et Sa guérison, entre les malédictions qui se sont attachées à notre vie et Sa bénédiction, etc. Christ a été fait péché pour nous afin que nous devenions en Lui justice de Dieu (cf. 2 Corinthiens 5 :21) et cela devient une réalité par l’union avec Lui dans Sa mort et Sa résurrection. Être justice de Dieu implique non seulement que nos péchés ont été pardonnés, mais plus encore, que nous sommes morts au péché. Ce dernier ne domine plus sur nous et ce n’est plus lui qui détermine notre manière de vivre, mais c’est la vie de Christ en nous.

Parce que nous restons dans un corps de chair et que notre âme n'est pas encore toujours alignée avec notre esprit, il va encore nous arriver de pécher, bien que nous ne soyons plus obligés de le faire ! Paul le dit très clairement dans Romains 6 :11-12, lorsqu’il nous exhorte à nous considérer comme morts au péché et à ne plus obéir à ses convoitises. C’est notre responsabilité de savoir à qui et à quoi nous allons obéir, c’est à nous de décider si nous voulons vivre pour Christ ou pour notre péché... Ne cherchons pas des excuses, mais apprenons à faire les bons choix.

L’identification à la vie nouvelle, à cette vie en abondance promise (cf. Jean 10 :10), correspond à la vie de résurrection que le Saint-Esprit nous permet de vivre. Notre corps est le temple du Saint-Esprit (cf. 1 Corinthiens 6 :19) et ce dernier vient confirmer notre obéissance physique et publique en venant habiter en nous et en nous faisant entrer dans cette vie intérieure de résurrection dès notre baptême. Nous ne nous appartenons plus. Ainsi, nous sommes appelés à vivre une vie à la mesure de Sa vie. Cette vie de résurrection est directement liée avec le fait de marcher par l’Esprit (cf. Romains 8 :13). Nous pouvons nous laisser conduire par Sa présence en nous laissant habiter et diriger par le Saint-Esprit. C’est à nous de rappeler à notre chair qu’elle a été crucifiée avec Christ et qu’elle est ressuscitée avec Lui. Prends le temps de prier par rapport à cela.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 3 – Par le baptême, nous reconnaissons notre mort à nous-mêmes et notre engagement à suivre Jésus et à Lui obéir toute notre vie

VERSETS RÉFÉRENCE :

Matthieu 28:19 Louis Segond
19 Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit,

1 Timothée 6:12 Louis Segond
12 Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d'un grand nombre de témoins. 

RÉFLEXIONS :

Lis Matthieu 28 :19 et 1 Timothée 6 :12 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quel est le rapport entre le fait d’être disciple et le baptême ?

Quelle est l’importance de se faire baptiser devant d'autres personnes ?

CONTENU :

Le baptême est donc un acte d’obéissance par lequel nous faisons alliance avec Dieu devant des témoins. Lorsque Paul parle dans 1 Timothée 6 :12 d’une confession publique, il se réfère très probablement au baptême de Timothée. Cet engagement devant témoins est important pour plusieurs raisons. Tout d’abord, pour s’identifier à ce que Christ a fait : en effet, Il a été baptisé publiquement et le Père en a profité́ pour affirmer devant tous qu’Il était Son Fils (cf. Luc 3 :21-22). De la même manière, le témoignage public de notre baptême permet au Père de nous affirmer dans notre identité de fils ou de fille devant le monde spirituel qui nous entoure ainsi que dans notre esprit.

Une autre chose qui se produit lors du témoignage public de notre baptême, c'est que nous nous rendons redevables devant ceux qui sont présents : redevables de vivre comme des disciples de Christ et dans Ses projets... Car lorsque nous prenons un engagement public, nous permettons à ceux qui étaient présents de venir nous demander des comptes. Mais il s’agit également de s’assurer de leur soutien, car ces derniers ne sont pas là comme des observateurs, mais ils sont appelés à nous soutenir dans la prière, et il s’agit également de s’encourager mutuellement dans notre marche de disciple.

Un dernier aspect du témoignage public lors du baptême est qu'il nous donne l'occasion de partager comment Jésus nous a sauvé, ce qu’Il a changé dans notre vie et pourquoi nous nous faisons baptiser... Ce qui va certainement interpeller les personnes présentes à vouloir rencontrer Dieu de manière personnelle, ou pour d’autres à décider de se faire baptiser. Ou encore il peut défier et encourager les disciples de Christ à persévérer dans leur marche avec Lui...

Se faire baptiser, c’est reconnaître de manière publique que nous sommes morts à notre vie passée et c'est aussi témoigner de notre engagement à suivre et à vivre pour Jésus tous les jours de notre vie quel qu’en soit le prix ! Il s’agit de déclarer que Jésus n’est pas seulement notre Sauveur personnel, mais qu’Il est premièrement notre Seigneur et notre Maître. C’est-à-dire celui qui a tous les droits sur notre vie et à qui l'on va obéir inconditionnellement. Il y a là une vérité importante qui rend la vie tellement plus simple... En effet, être mort à soi et vivre pour Lui, c’est l’assurance d’une vie simple : si tu y réfléchis un instant, tu verras que tout ce qui est compliqué dans nos vies vient en général du fait que nous nous accrochons trop à notre personne...

As-tu déjà remarqué que lorsqu’une personne décède, elle est libérée de toutes ses attaches à ce monde terrestre ? Par exemple, si elle te devait de l’argent, tu ne peux plus lui réclamer ton dû, et elle n'a plus à s’inquiéter de ce qu’elle laisse derrière elle. La mort produit une séparation totale et définitive, ce qui nous libère de toutes ces choses pour lesquelles nous n’avons plus de raison de nous inquiéter.... De la même manière, il n'est plus possible de juger une personne décédée, ni même de la condamner pour ses actes passés, car la mort l’en a séparé. Il en est de même pour nous après le baptême : lorsque le diable essaie de nous rappeler nos fautes et de nous accuser par rapport à notre passé, nous pouvons lui rappeler que cette personne est morte, qu’elle a été pardonnée et que de ce fait il n’a plus aucun droit... De plus, comme le disait un jour un prédicateur : « Si le diable veut te rappeler ton passé, parle- lui de son futur... ».

Pour terminer, ce n’est pas le baptême qui produit la mort, mais c’est parce que je me considère comme mort à mon ancienne vie que je me fais baptiser et, au moment du baptême, quelque chose se passe au niveau spirituel. Nous entrons alors dans une dimension nouvelle de vie et de liberté, selon ce que Jésus dit dans Jean 17 :16 : « Ils ne sont pas du monde, comme moi je ne suis pas du monde ». Cette séparation nous permet de ne plus vivre selon les standards et les influences du monde, mais de commencer à vivre selon les principes du Royaume de Dieu. Cela nous permet de devenir des gestionnaires de ce que Dieu nous confie. Cette décision change notre manière d'appréhender la vie et se traduit par une manière de vivre transformée. Où en es-tu par rapport à cette simplicité de la vie ? Et que peux- tu faire pour vivre cela ? Prends un moment avec Dieu pour en parler avec Lui.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 2 –Le baptême du grec « baptizo » plonger, immerger

VERSETS RÉFÉRENCE :

Romains 6:1-14 Louis Segond
1 Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde?
2 Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
7 car celui qui est mort est libre du péché.
8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
9 sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui.
10 Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit.
11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.
12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises.
13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.
14 Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce.

1 Corinthiens 10:2 Louis Segond
2 qu'ils ont tous été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer,

RÉFLEXIONS :

Lis Romains 6 :1-14 et 1 Corinthiens 10 :2 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi le fait d’être complètement plongé dans l’eau est-il si important pour le baptême ?

En quoi la traversée de la Mer Rouge est-elle un symbole de notre baptême ?

CONTENU :

La forme du baptême n’est pas anodine, il y a une réelle puissance dans le fait d’être totalement immergé dans l’eau. Le réformateur Martin Luther a dit : « Je souhaite que ceux que l’on doit baptiser, soient totalement immergés dans l’eau selon la signification du mot et de l’ordonnance. Il serait bon d’avoir un signe parfait et accompli d’une chose si parfaite et accomplie ». Et Thomas d’Aquin, qui a eu une grande influence sur le catholicisme jusqu’à aujourd’hui, se plaisait à parler du baptême par immersion comme le mode de baptême le plus louable. En effet, bibliquement parlant, le baptême implique une immersion totale dans l’eau, comme le mot grec « baptizo » l’indique très clairement.

Le contexte biblique nous révèle que le baptême était toujours pratiqué dans des lieux où il y avait beaucoup d’eau et l’histoire de l’Eglise montre que ce n’est que vers le 14ème siècle que le baptême par aspersion est devenu la norme. Avant cela les baptêmes étaient essentiellement pratiqués par immersion. De ce fait, on peut dire qu’une personne ayant reçu quelques gouttes d’eau sur la tête n’a pas réellement été baptisée selon les Écritures. Ce qui implique dans ce cas que le fait de passer par les eaux du baptême n’est pas un « re-baptême », mais il s’agit de l’acte du baptême enseigné par Jésus Lui-même.

En prenant le baptême, on fait exactement comme ce grand général qui, à peine débarqué dans le pays à conquérir, a fait brûler tous les navires de son armée afin de s’assurer que personne ne puisse être tenté de battre en retraite. C’était la victoire ou la mort ! De la même manière, le baptême est non seulement une immersion totale comme son nom l’indique, mais c’est aussi un point de non-retour, une rupture totale et définitive avec la vie passée pour entrer dans cette nouvelle vie de disciple et de victoire.

Dans 1 Corinthiens 10 :2, Paul parle de la traversée de la Mer Rouge par le peuple d’Israël lors de sa sortie d’Egypte comme d’un symbole, d'une préfiguration du baptême. Lorsqu'elle s'est refermée, la Mer Rouge a recouvert les Egyptiens (Exode 14 :21-31) qui poursuivaient les Israélites. Si, comme certains l’ont suggéré, il ne s’agissait pas d’une mer, mais d’un marécage, il aurait fallu un miracle extraordinaire pour faire couler toute une armée dans un simple marécage qui pouvait être traversé à pied sec... Non, la Mer Rouge était profonde et le miracle de son ouverture par Dieu est le symbole de la puissance du baptême qui nous sépare définitivement du passé, en nous libérant de l’esclavage du péché, et qui coupe la route à l’ennemi qui voudrait nous faire renoncer à notre décision de suivre Jésus.

A ce propos, il est important de noter que ce peuple qui sortait de l’esclavage a été entièrement guéri de toutes maladies et infirmités lors de la traversée de la Mer Rouge. De la même manière, il y a dans le baptême une puissance pour la guérison et la libération de l’esclavage du péché ou des dépendances. Le baptême n’est pas un symbole ou un rite religieux, c’est un véritable acte de foi qui a une portée spirituelle puissante. Lorsque tu sors des eaux du baptême, il y a une véritable séparation d'avec ta vie passée. Ce qui explique la raison pour laquelle il y a souvent un combat intérieur, voire familial, assez fort durant le temps qui précède le baptême...

Si ce combat est mal compris, la personne risquera de repousser son baptême, voire de l’annuler en prétextant que ce n’est pas nécessaire pour son salut ou qu’elle n’est pas prête. S’il est certain que seule la foi sauve, le fait de ne pas prendre le baptême conduit généralement à un échec de notre vie chrétienne sur cette terre. Car nous ne sommes pas sauvés uniquement pour aller au ciel, mais également pour manifester la gloire de Dieu sur la terre, pour devenir des disciples de Christ qui font à leur tour des disciples et pour jouir de la plénitude de Ses promesses et de la vie en abondance qui nous a été offerte ! Médite au sujet de ce que cette rupture totale avec cette vie passée et cette libération veulent dire pour toi aujourd'hui.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 1 –  Le baptême n’est pas facultatif, c’est un acte d’obéissance à Dieu qui marque la porte d’entrée dans la vie de disciple

VERSETS RÉFÉRENCE :

Romains 6:1-14 Louis Segond
1 Que dirons-nous donc ? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde ?
2 Loin de là ! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché ?
3 Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés ?
4 Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie.
5 En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection,
6 sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché;
7 car celui qui est mort est libre du péché.
8 Or, si nous sommes morts avec Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui,
9 sachant que Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n'a plus de pouvoir sur lui.
10 Car il est mort, et c'est pour le péché qu'il est mort une fois pour toutes; il est revenu à la vie, et c'est pour Dieu qu'il vit.
11 Ainsi vous-mêmes, regardez-vous comme morts au péché, et comme vivants pour Dieu en Jésus Christ.
12 Que le péché ne règne donc point dans votre corps mortel, et n'obéissez pas à ses convoitises.
13 Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d'iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice.
14 Car le péché n'aura point de pouvoir sur vous, puisque vous êtes, non sous la loi, mais sous la grâce. 

Actes 2:38 Louis Segond
38 Pierre leur dit: Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, pour le pardon de vos péchés; et vous recevrez le don du Saint Esprit.

Marc 16:16 Louis Segond
16 Celui qui croira et qui sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné.

1 Pierre 3:21 Louis Segond
21 Cette eau était une figure du baptême, qui n'est pas la purification des souillures du corps, mais l'engagement d'une bonne conscience envers Dieu, et qui maintenant vous sauve, vous aussi, par la résurrection de Jésus Christ, 

RÉFLEXIONS :

Lis Romains 6 :1-14, Actes 2 :38, Marc 16 :16 et 1 Pierre 3 :21 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Pourquoi est-ce que le baptême n’est pas quelque chose de facultatif pour un enfant de Dieu ? Merci de développer ta réponse.

Quel engagement prend-t-on lorsque l’on se fait baptiser et quel impact est-ce que cela va avoir sur notre vie ?

CONTENU :

Le jour de la Pentecôte, qui marqua la naissance de l’Église, Pierre prêche à la foule, et tous ceux dont le cœur fut touché par les paroles de Pierre et par l’action du Saint-Esprit demandèrent ce qu’ils devaient faire pour suivre et obéir à Jésus. La réponse de Pierre est très simple et sans équivoque : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé́ au nom de Jésus-Christ... » (Actes 2 :38). Dans Marc 16 :16, Jésus a dit : « Celui qui croira et qui sera baptisé́ sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné ». La Bible nous révèle donc très clairement que le baptême fait partie intégrante du processus de la conversion.

Pierre n’a pas dit : « Repentez-vous et, si vous voulez vraiment vous engager dans l’Église, alors faites-vous baptiser ». Non c’est une injonction : « que chacun de vous soit baptisé́ » ! Il n’y a pas de place pour l’hésitation car la conversion n’est pas séparée de l’engagement du baptême, ce dernier devrait naturellement suivre le processus de la conversion. Par contre, il faut comprendre que ce n’est pas le baptême qui sauve, mais la foi. Relis Marc 16 :16 : le fait de croire produit le salut et le baptême est l’engagement concret qui scelle la foi ; ne pas croire, c’est être condamné, ici il n’est plus question du baptême.

Ainsi, on ne se fait pas baptiser pour être sauvé, mais c’est parce que Christ nous a sauvés que nous nous faisons baptiser. 1 Pierre 3 :21 déclare que le baptême est l'engagement d’une bonne conscience devant Dieu et dans Romains 6, Paul parle de cette obéissance symbolisée et réalisée par le baptême. Si Actes 2 présente le baptême comme un ordre, Paul développe cela dans Romains 6 en mettant l’accent sur ce qui se passe au moment du baptême : il s’agit d’un passage, d’une mise à mort et d’une résurrection. C’est dans ce sens que le baptême scelle notre conversion. Le baptême est l’engagement concret et manifeste de renoncer à sa propre vie et de se séparer d’avec le péché et d'avec ses désirs pour vivre pour Christ. Se faire baptiser est un acte d’obéissance volontaire, de son plein gré et qui vient du cœur.

La personne qui se fait baptiser prend la décision de suivre Jésus car elle a été saisie par l’amour de Celui qui s’est livré Lui-même pour elle sur la croix. Dans les eaux du baptême, la personne choisit de s’identifier à Christ dans Sa mort, en décidant de mourir à sa nature pécheresse pour vivre uniquement pour Jésus-Christ. Se faire baptiser, c’est reconnaître que Jésus est Seigneur tout autant que Sauveur ! Il s’agit donc d’une obéissance libre, profonde, personnelle, qui implique toute notre vie et qui est symbolisée par une immersion totale. Car la forme du baptême est importante. On ne peut « mourir » en recevant quelques gouttes d’eau sur la tête. Le baptême d'eau suppose d'être totalement immergé, ce qui représente le fait d'être enseveli comme Christ l'a été. Mais nous y reviendrons dans la méditation suivante...

De la même manière, il est évident que le baptême des enfants ou des nouveaux-nés n’est pas possible, car ces derniers ne peuvent choisir de s’identifier à la mort et à la résurrection de Christ et d’obéir en engageant leur foi. Personne ne peut obéir à la place d’un autre, l’obéissance est personnelle et vient du cœur ! Cependant l’engagement des parents pour leurs enfants est important et a de la valeur, c’est pour cette raison que nous encourageons toujours ces derniers à présenter leur enfant au Seigneur devant l’Eglise, et cette dernière est alors témoin de l’engagement de la famille et prie pour elle.

Le baptême par immersion est la porte d’entrée dans la vie de disciple, Jésus a clairement dit dans Son ordre de mission formulé en Matthieu 28 :19 : « Faites de toutes les nations des disciples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit et enseignez-leur à garder tout ce que je vous ai prescrit ». Ainsi, deux choses doivent être claires : on ne peut être disciple sans vivre cette réalité du baptême et, deuxièmement, l’obéissance à la Parole de Dieu implique le baptême. Ce qui veut dire que tu n’as pas besoin d’avoir tout compris ou d’être parfait pour te faire baptiser, tu as besoin de croire et de choisir de mourir à tout ce que tu étais afin de vivre pour Christ.

Si tu n’as pas encore été baptisé par immersion en tant qu’adulte, je t’encourage à considérer cela sérieusement, parles-en avec Dieu et choisis d’entrer dans la vie de disciple que Christ a pour toi. Vois avec ton leader ou ton pasteur comment organiser ton baptême...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 7 – Témoigner, c’est semer en ayant confiance en celui qui fait croître...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Marc 4:13-29 Louis Segond
13 Il leur dit encore : Vous ne comprenez pas cette parabole ? Comment donc comprendrez-vous toutes les paraboles ?
14 Le semeur sème la parole.
15 Les uns sont le long du chemin, où la parole est semée ; quand ils l'ont entendue, aussitôt Satan vient et enlève la parole qui a été semée en eux.
16 Les autres, pareillement, reçoivent la semence dans les endroits pierreux ; quand ils entendent la parole, ils la reçoivent d'abord avec joie ;
17 mais ils n'ont pas de racine en eux-mêmes, ils manquent de persistance, et, dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, ils y trouvent une occasion de chute.
18 D'autres reçoivent la semence parmi les épines ; ce sont ceux qui entendent la parole,
19 mais en qui les soucis du siècle, la séduction des richesses et l'invasion des autres convoitises, étouffent la parole, et la rendent infructueuse.
20 D'autres reçoivent la semence dans la bonne terre ; ce sont ceux qui entendent la parole, la reçoivent, et portent du fruit, trente, soixante, et cent pour un.
21 Il leur dit encore : Apporte-t-on la lampe pour la mettre sous le boisseau, ou sous le lit ? N'est-ce pas pour la mettre sur le chandelier ?
22 Car il n'est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être mis au jour.
23 Si quelqu'un a des oreilles pour entendre, qu'il entende.
24 Il leur dit encore : Prenez garde à ce que vous entendez. On vous mesurera avec la mesure dont vous vous serez servis, et on y ajoutera pour vous.
25 Car on donnera à celui qui a ; mais à celui qui n'a pas on ôtera même ce qu'il a.
26 Il dit encore : Il en est du royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ;
27 qu'il dorme ou qu'il veille, nuit et jour, la semence germe et croît sans qu'il sache comment.
28 La terre produit d'elle-même, d'abord l'herbe, puis l'épi, puis le grain tout formé dans l'épi ;
29 et, dès que le fruit est mûr, on y met la faucille, car la moisson est là. 

RÉFLEXIONS :

Lis Marc 4 :13-29 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Dans ce passage, il est parlé de multiplication : quels sont les principes présentés pour vivre cela ?

Pourquoi est-il si important de bien comprendre la parabole du semeur (cf. verset 13) ?

CONTENU :

En partageant cette parabole du semeur, Jésus prépare un tournant dans la formation de Ses disciples. C’est pour cette raison qu’au verset 13 Il déclare clairement l’importance de cette histoire, la présentant comme la clé pour comprendre toutes les autres paraboles... Avant ce récit, Jésus exerçait Son ministère et les disciples suivaient et observaient, cependant Jésus s’apprête à envoyer Ses disciples témoigner du Royaume de Dieu (cf. Marc 6 :7). Cette parabole est là pour les enseigner sur le témoignage. Ainsi, nous sommes des semeurs et notre témoignage est la semence. La première chose à prendre en compte est que nous avons besoin de sortir pour semer, ce qui implique que nous devons vivre et partager l’Evangile intentionnellement autour de nous.

Ce texte parle de différents terrains. Ces derniers ne sont rien d’autre que les vies qui nous entourent... Le semeur a préparé le terrain : c'est ce que nous pouvons déduire de l'expression « bonne terre », néanmoins il sème ensuite largement sans se soucier de savoir où la semence tombe, son rôle est de semer abondamment. De la même manière, notre vie de prière prépare le terrain, alors que nous prions pour le monde qui nous entoure et pour des rendez-vous divins. Il nous suffit ensuite d’observer les terrains qui nous entourent en étant sensibles aux vies qui nous entourent afin de pouvoir semer de la bonne manière. Cependant, nous sommes appelés à témoigner largement sans nous préoccuper si la semence tombe au bon endroit ou pas.

Notre responsabilité est de semer et c’est Dieu qui s’occupe du reste, soyons donc attentifs à ne pas mélanger les choses. C’est un partenariat, nous ne pouvons pas faire croître, c’est-à-dire amener les gens au salut, c’est le Saint-Esprit qui le fait. Néanmoins Il ne pourra pas le faire si nous ne semons pas au préalable. Alors que nous témoignons et partageons la Bonne Nouvelle du Royaume autour de nous, nous pouvons simplement nous attendre à ce que cela produise du fruit, car Dieu est à l’œuvre.

En Christ, il n’y a pas de stérilité, la semence n’a pas de problème de qualité, elle est faite pour porter du fruit. Cependant, la nature nous enseigne un fait important en ce qui concerne la semence, soit elle est plantée, meurt et se multiplie ou bien elle pourrit ou est mangée. Ne gardons donc pas ce que Dieu a fait pour nous par crainte de le perdre ou de ne pas être compris, au contraire partageons les merveilles que Dieu fait dans nos vies, car c’est ce qui va permettre que cela se multiplie dans la vie d’autres personnes. Lorsque Dieu fait quelque chose dans nos vies, il est très fréquent que l'on rencontre quelqu’un qui passe par la même situation. Ce n’est pas un hasard, c’est simplement que Dieu désire que tu témoignes afin qu’Il puisse agir pour cette personne...

En outre, le verset 27 nous exprime quelque chose d’important, à savoir qu’il y a une place pour le repos dans le processus du témoignage et de la moisson. Nous n’avons pas besoin de nous inquiéter de ce qui a été semé, Dieu s’en occupe et même si nous ne voyons rien, le Saint-Esprit est à l’œuvre pour faire croître. Ne te laisse donc jamais décourager si tu ne vois pas de résultat immédiatement, aie confiance en la qualité de la semence et en Celui qui s’en occupe...

Lorsque nous décidons de témoigner, nous ne le faisons pas en réalité au petit bonheur la chance... Aucun semeur sensé ne va semer de graines sans rien attendre en retour, au contraire le semeur s’attend à moissonner en abondance. De la même manière, alors que nous témoignons, nous nous attendons à voir du fruit se produire, et tout comme un grain de blé va produire d’autres grains de blés, notre vie de disciple va produire d’autres disciples... C’est l’accomplissement de la mission que Jésus nous a donnée (cf. Matthieu 28 :18-20). Et ce qui est le plus extraordinaire, c’est le ratio de la semence, tel grain en donne trente, un autre soixante et le dernier cent... De la même manière, ta vie de disciple est appelée à produire une multitude de disciples...

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Jour 6 – Le témoignage est lié à la parole, mais également aux actes...

VERSETS RÉFÉRENCE :

Galates 5:19-22 Louis Segond
19 Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l'impudicité, l'impureté, la dissolution,
20 l'idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes,
21 l'envie, l'ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d'avance, comme je l'ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n'hériteront point le royaume de Dieu.
22 Mais le fruit de l'Esprit, c'est l'amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance ;

Colossiens 4:3-6 Louis Segond
3 Priez en même temps pour nous, afin que Dieu nous ouvre une porte pour la parole, en sorte que je puisse annoncer le mystère de Christ, pour lequel je suis dans les chaînes,
4 et le faire connaître comme je dois en parler.
5 Conduisez-vous avec sagesse envers ceux du dehors, et rachetez le temps.
6 Que votre parole soit toujours accompagnée de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment il faut répondre à chacun.

RÉFLEXIONS :

Lis Galates 5 :19-22 et Colossiens 4 :3-6 et prends un moment pour répondre aux questions suivantes :

Quel est le rapport entre ces versets de Galates et notre vie de témoignage ?

Pourquoi est-il si important que nos actions soient en accord avec nos paroles ?

CONTENU :

Lorsque Jésus parle d’être la lumière du monde (cf. Matthieu 5 :14), il est évident que cela ne concerne pas uniquement nos paroles, mais notre être tout entier, y compris nos actions ! Nos actions sont importantes car elles révèlent ce que nous croyons réellement. Nos paroles résument ce que nous pensons, mais nos actions révèlent qui nous sommes. Ainsi nous pouvons parler avec nos bouches de l’amour de Dieu pour ceux qui nous entourent, cependant ce sont nos actions qui révèlent véritablement cet amour. C'est pourquoi nous devons être vigilants à ne pas simplement dire aux gens que Dieu les aime mais à le manifester également par nos actes. Ainsi notre manière de vivre convaincra davantage que nos paroles.

Certains chrétiens essaient parfois de témoigner de Jésus à tout le monde alors que les gens ne sont pas prêts à les écouter parce que les vies de ces chrétiens ne font pas envie et ne reflètent en rien les valeurs du Royaume de Dieu. Il y a des années, Dieu a mis sur mon cœur de faire du porte à porte pour proposer aux gens de prier pour leurs besoins et parler de Son amour. Avec mon ami, au début nous étions timides et coincés, ne sachant trop comment faire, et je dois vous dire que les portes se refermaient rapidement : nous ne faisions pas envie... Après quelques temps, nous avons acquis de l’expérience et de la liberté, nous étions joyeux, détendus et aimants lorsque nous sonnions aux portes, et la réponse était nettement plus positive.

Soyons donc attentifs à cultiver les valeurs du Royaume de Dieu dans nos vies, qui sont l’amour, la paix, la joie, la bonté, etc. (cf. Galates 5 :22) Il ne s’agit pas ici de sentiments, ni d’émotions, mais du fruit de l’Esprit, ce qui veut dire que le Saint-Esprit libère ce fruit dans notre esprit ; alors notre âme s’aligne simplement sur cela et notre corps n’a plus qu’à suivre... Souvenons-nous que personne ne veut rejoindre une équipe de perdants... Nous désirons tous être dans une équipe qui gagne ! Et l’Eglise est cette équipe qui gagne, car nous avons une espérance – l’éternité –, une joie constante – celle du salut –, une paix en toutes circonstances, car nous savons que Christ est assis sur le trône de grâce...

Pour autant, cela n’exclut pas les défis et les difficultés, au contraire, et c’est là que nos actes témoignent de la vérité de l’Evangile. Lorsqu’un disciple est éprouvé par le chômage, la perte d’un être cher, la maladie, une injustice, etc., il ou elle sera un témoin par sa paix, sa joie, son attitude forte malgré les difficultés, sa droiture, son équité... Sa manière de vivre va ouvrir une porte pour que ses paroles soient écoutées et reçues. Notre réaction dans l’épreuve ne dépend pas des circonstances extérieures mais de qui vit en nous, le Saint- Esprit, qui donne la Vie, la force et la puissance...

On raconte l’histoire de ces missionnaires qui arrivèrent un jour dans un village reculé et qui commencèrent à parler de Jésus. Les gens du village, après avoir entendu la description des missionnaires, dirent qu’ils avaient connu cet homme et que celui-ci avait habité dans leur village. Ces missionnaires n’arrivaient pas à comprendre comment ces villageois avaient pu voir Jésus, jusqu’à ce que ces derniers les conduisent devant une tombe à l’extérieur du village pour leur expliquer qu’un homme blanc était enterré là et qu’il correspondait parfaitement à la description du Jésus en question. Alors ils comprirent qu’un autre missionnaire avait déjà atteint ce village et avait manifesté l’Evangile par son style de vie.

Être témoin, c’est simplement savoir refléter Christ dans tous les aspects de notre vie. Le mot « chrétien », qui signifie petit Christ, a été donné aux disciples du fait de leur ressemblance à Christ (cf. Actes 11 :26). C'est donc une lourde responsabilité qui nous est confiée : nos attitudes, nos réactions et notre manière de vivre ne nous concernent pas seulement nous-mêmes, elles ont un impact sur les gens qui nous entourent. Nous n’avons pas le droit de dire : « C’est ma vie et j'en fais ce que je veux », car nous ne vivons pas pour nous-mêmes, mais pour Christ et pour le monde qui a besoin de notre lumière ! Prends du temps avec ton Seigneur pour te positionner par rapport à ce que tu viens de lire.

MA DÉCISION:

Ce que j’ai compris pour ma vie personnelle :

Ce que je décide pour ma vie par rapport à ce que je viens d’apprendre :

Ce que tu décides aujourd’hui détermine qui et ce que tu seras demain !

Ces méditations sont tirées du livre « un disciple en marche », un véritable manuel de disciples. Qui plus est, c’est un outil pratique pour faire des disciples de manière simple et pratique. La multiplication de disciple commence par toi et c’est pour toi… Pour en savoir plus tu peux trouver le livre sur www.vievictorieuse.org

Vie Victorieuse a pour objectif de publier des livres et des articles qui encouragent les disciples de Christ à vivre leur vie à la mesure de ce que Dieu a prévu pour eux, afin qu’ils soient de ceux qui écrivent l’Histoire et ne la subisse pas. Le but est de t’aider, toi et tes amis à grandir en Christ, à former des disciples et implanter des églises.
© COPYRIGHT 2024 UNE VIE VICTORIEUSE ALL RIGHTS RESERVED.
envelopecartphone-handset linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram